En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus Accepter
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Lundi 19 Février 2018

Williams embauche Doug McKiernan, ancien de chez McLaren
Williams a recruté un nouvel ingénieur en chef en la personne de Doug McKiernan, qui est un ancien chef aérodynamicien de chez McLaren. McKiernan avait rejoint l'équipe de Woking en 1999 avant de grimper les échelons jusqu'à être nommé à la tête d'un département, avant de quitter l'équipe en 2015.

"C'est un plaisir de rejoindre Williams" a déclaré McKiernan. "L'équipe a des plans prometteurs pour le futur et c'est génial de voir le travail qui a déjà été fait sur la FW41 d'un point de vue de l'aérodynamique tout autant que sur l'ingénierie."

"L'équipe a déjà un environnement de travail solide et j'espère que je pourrai apporter ma patte afin de faire évoluer encore la FW41 et les voitures suivantes."

Une arrivée dont se félicite également Paddy Lowe, le directeur technique de Williams, qui travaillera étroitement avec McKiernan: "J'ai travaillé de près avec Doug entre 2007 et 2012 et je suis sûr que son talent et son expérience renforceront grandement l'équipe."

"Depuis que je suis revenu chez Williams l'année dernière, il est devenu évident que nous avons besoin de plus grandes ressources d'ingénierie pour que l'équipe progresse. Nous avons déjà commencé à faire des progrès avec Dirk de Beer, notre chef du département aérodynamique."

"L'ajout de Doug à l'équipe en soutien de notre designer en chef, Ed Wood, et de Dirk en particulier, nous permettra de mieux nous concentrer sur les stratégies techniques et d'optimiser l'architecture de notre voiture au travers du design et de l'aérodynamique."
source: Nextgen-Auto.com

La France va-t-elle conserver son Grand Prix de Formule 1?
2018 a marqué un retour inespéré pour les fans tricolores de Formule 1: le retour du Grand Prix de France. Une épreuve mythique quasiment fondatrice de la discipline.

Le hongrois Ferenc Szisz, mécanicien attitré de Louis Renault, gagna la première édition sur le circuit du Mans en 1906, après que son employeur passa la nuit à lui fabriquer des lunettes révolutionnaires lui permettant de voir la route mieux que les autres. Il entra dans le circuit de Formule 1 en 1950. A partir de là, il se déroula alternativement à Reims, Charade (en Auvergne), Rouen-Les-Essarts et, à partir de 1971, sur le circuit Paul Ricard du Castellet, dans le Var. C'est ce circuit qui est dans l'inconscient collectif le plus représentatif de l'épreuve, même si elle fut délocalisée à partir de 1991 sur le circuit de Nevers Magny Cours.

Puis à partir de 2008, la sentence tomba. La crise et l'émergence de pays orientaux ont poussé la France à abandonner l'idée d'avoir son Grand Prix. Il revient donc cette année, grâce à des passionnés et une meilleure santé économique générale. La France a organisé les plus grands évènements sportifs mondiaux, depuis le Championnat d'Europe de football en 2016 au European Poker Tour (saisons régulières), mais a eu du mal à réorganiser son Grand Prix de Formule 1. Alors, la question se pose: l'événement va-t-il être pérenne et se réinstaller durablement dans l'élite du sport automobile mondiale? Tentative de réponse.

"Oui", répondent les décideurs de la région PACA (qui sont donc en charge du dossier) lors d'une conférence de presse organisée en décembre 2016 pour annoncer la bonne nouvelle aux médias. Ils annoncent assez rapidement que l'accord s'étale sur une durée de cinq ans. La durée du bail est assez importante, mais encore aucune info n'a filtré sur ce qui pourrait advenir après. Quelques indices peuvent tout de même donner des pistes. Tout d'abord les investissements réalisés. Depuis 2002, les actionnaires ont investi 80 millions, classant le circuit comme numéro un français dans ce domaine. Preuve que l'actionnariat est à la fois solide et ambitieux. Un actionnariat regroupé au sein de la société Excelis, dont le chiffre d'affaire avoisine les 16 millions d'euros. Grâce à un audit, les retombées directes et indirectes sont chiffrées à 65 millions d'euros, pour un investissement initial d'une trentaine. À cet investissement se rajoute celui engagé par la région PACA, qui comblera le probable déficit direct que causera la course en s'en servant de manière intensive comme levier de communication.

Le ciel semble donc dégagé sur l'avenir du Grand Prix de France, à moins que.... Il semble que l'édifice tienne par la volonté publique, surtout au niveau des investissements. Les décideurs sont des passionnés, certaines étant même anciens champions de moto, très aficionados des sports mécaniques. Depuis l'annonce de ce dossier, les décideurs ont changé, ces derniers étant moins fan de sports mécaniques (auxquels ils préfèrent le football) et surtout porté sur les économies. Ils ne se sont pas prononcé sur le dossier, pour l'instant. Le moment de vérité se déroulera dans à peu près 3 ans, au moment où le contrat sera renégocié. Il faudra alors qu'Excelis présente un bilan financier encourageant, afin de conserver le tandem gagnant du circuit, seule manière de pérenniser le Grand Prix de France. Pour le grand plaisir des passionnés de Formule 1 en France, et on sait qu'ils sont nombreux. Maintenant, on croise les doigts.
source: Nextgen-Auto.com

Les négociations en F1 continueront à faire les gros titres des médias
En cette année 2018, les équipes devront continuer leurs négociations avec Liberty Media et la FIA pour mettre en place les accords commerciaux qui régiront la Formule 1 en 2021.

Les Américains souhaitent tout remettre à plat et insérer plus d'équité dans le sport, notamment en termes de revenus. Mais cela signifie forcément des concessions pour les top teams actuels, Ferrari en tête.

Il risque donc d'y avoir de vives tensions et elles devraient se retrouver dans les médias, comme au temps de Bernie Ecclestone. C'est ce que prédit Zak Brown, le directeur de McLaren.

"Chase Carey n'a pas cessé de nous répéter, lors de nos réunions, de garder nos négociations en privé. Mais, comme vous le savez, les médias ont un pouvoir d'influence et cela peut jouer un grand rôle dans des négociations en cours", explique l'Américain.

"Je ne pense pas que nous réussirons à mettre en place les accords de 2021 de manière sympathique et discrète, en coulisses uniquement."

La Formule 1 a toujours été un sport à part: le jeu de pouvoir, la politique, les négociations, les tensions... tout cela s'est toujours étalé dans les médias et les fans ont toujours suivi cela avec intérêt, en plus de l'aspect purement sportif.

"Les gens doivent en effet reconnaitre ça. Cela existe dans tous les sports mais en Formule 1 c'est encore plus chargé sur le plan politique. Les sponsors, les fans, les gens impliqués doivent être à l'aise avec ça et cela risque bien de continuer comme ça l'a toujours été (avec des tensions publiques)."

Brown ajoute que les annonces de Liberty Media pour améliorer le sport vont se multiplier. De quoi couvrir les tensions?

"Il serait en effet mieux de se concentrer sur le fait que nous avons un nouveau propriétaire, qui investit dans notre sport. Ils se concentrent sur les fans. J'espère que les gens pourront se concentrer là-dessus, pendant que, en parallèle, le bruit des négociations qui se poursuivent sera toujours là. Mais ça fera aussi les gros titres dont la Formule 1 raffole!"
source: Nextgen-Auto.com

Il faudra se lever tôt pour découvrir la McLaren MCL33
Le bal des présentations se poursuivra demain avec Alfa Romeo Sauber et Renault F1, qui ont prévu des lancements un peu plus importants que Red Bull aujourd'hui.

Mais le calendrier continue à se préciser avec les horaires des présentations à venir.

Après Ferrari, qui a annoncé plus tôt que sa voiture serait lancée à 15h jeudi, c'est McLaren qui a indiqué, via un compte à rebours sur son site Internet, que nous pourrons découvrir la future McLaren Renault MCL33 dès 8h du matin vendredi.

Seules Mercedes et Force India n'ont pas encore indiqué précisément quand nous pourrons voir leurs nouvelles monoplaces 2018.

Voici le résumé des dates et heures de présentation des monoplaces:

- Haas VF-18: 14 février
- Williams FW41: 15 février à 20h
- Red Bull RB14: 19 février à 10h
- Alfa Romeo Sauber C37: 20 février à 12h30
- Renault R.S.18: 20 février à 16h
- Ferrari (nom inconnu): 22 février à 15h
- Mercedes F1 W09: 22 février
- McLaren MCL33: 23 février à 8h
- Force India VJM11: 25 février
- Toro Rosso STR13: 26 février à 8h10
source: Nextgen-Auto.com

En piste ou dans le simulateur, Latifi a hâte de servir Force India
Le rôle de troisième pilote de Nicholas Latifi chez Force India sera loin d'être purement honorifique. Le natif de Toronto aura le privilège de rouler devant son public, lors du Grand Prix de Canada, le vendredi matin, en essais libres 1. Il participera aussi à deux autres séances d'essais libres durant la saison, et surtout, prendra le volant de la Force India dès cet hiver, pendant deux jours d'essais à Barcelone.

A l'heure actuelle, le 5ème du dernier championnat de Formule 2 (il courait pour Dams) continue de découvrir l'usine et les ingénieurs de Force India.

"Il est encore tôt et je suis toujours en train d'apprendre à connaître le personnel de l'écurie, mais pour le moment tout va bien. La taille d'une écurie de F1 m'impressionne encore et je suis toujours en train d'apprendre le nom de tout le monde. L'accueil que j'ai reçu a été très chaleureux et j'ai déjà noué de bonnes relations avec les ingénieurs avec qui je travaille dans le simulateur. J'ai visité l'usine plusieurs fois et l'ambiance est géniale. J'apprécie de faire partie cette équipe."

L'hiver de Nicholas Latifi a été studieux afin de bien préparer les essais hivernaux de Barcelone. Il s'agit de ne pas décevoir d'entrée Force India!

"L'hiver est toujours le meilleur moment pour affûter votre forme physique. Quand nous commençons à voyager, il est difficile de conserver un programme d'entraînement régulier donc j'ai vraiment travaillé dur ces trois derniers mois pour être dans une grande forme. J'ai fait un peu de tout: du cardio, du travail musculaire, et même un peu de karting en Floride. J'aime vraiment le fitness donc ce n'est pas vraiment pénible pour moi!"

Si Nicholas Latifi roulera donc sur la piste dans la Force India, l'essentiel de son travail de pilote essayeur se déroulera dans le simulateur de l'écurie. En quoi ce travail dans le simulateur n'est-il pas frustrant, mais au contraire profitable pour un jeune pilote?

"Quels que soient les bénéfices qu'obtient l'équipe grâce au simulateur, c'est toujours un outil utile pour un pilote, en particulier pour un jeune pilote comme moi. J'ai toujours autant envie de rouler sur la piste, mais la réalité, c'est que la F2 et la F1 sont strictement limitées en termes d'essais privés. Donc tout ce que je peux faire pour avoir du temps de pilotage en plus, même dans le monde virtuel, représente un avantage considérable. C'est d'une grande aide quand il faut appréhender le pilotage d'une nouvelle voiture, parce que vous pouvez ainsi vous familiariser avec les procédures de la monoplace et avec tous les boutons sur le volant."

Pour maximiser les bénéfices de son travail, Nicholas Latifi devra travailler en bonne intelligence avec les deux pilotes titulaires de l'écurie. A-t-il déjà fait connaissance avec eux?

"Je ne connais pas bien Sergio, mais je connais Esteban depuis quelques années et nous étions coéquipiers en F3. Ils sont des pilotes talentueux et Sergio est en F1 depuis longtemps. Je suis certain que je pourrai apprendre d'eux deux."
source: Nextgen-Auto.com

Glock milite pour l'abandon du HALO et l'adoption du 'windscreen'
Timo Glock s'est déjà exprimé à plusieurs reprises sur le HALO, expliquant à chaque fois que le nouveau système de sécurité présent en Formule 1 n'était pas esthétique et que les monoplaces en étaient victimes sur l'aspect visuel.

"Cela fait du mal à l'esthétique des voitures, c'est très dommage" explique l'ancien pilote. "C'est une bonne chose pour la sécurité mais visuellement, c'est une horreur de voir une barre de sécurité comme cela sur des monoplaces de Formule 1."

L'IndyCar travaille sur une solution différente pour l'avenir, après avoir testé récemment une bulle de protection sur la nouvelle monoplace, aux mains de Scott Dixon. Glock pense qu'elle serait préférable et assure qu'il ne rejette pas l'idée de renforcer la sécurité.

"Je pense que le danger fait partie de ce sport et c'est pourquoi je serais ravi qu'ils trouvent une autre solution. L'écran de protection pourrait être une option. Une chose est sure, il sera très difficile de s'habituer au HALO."
source: Nextgen-Auto.com

Leclerc ne veut pas oublier Sauber derrière Alfa Romeo
Charles Leclerc va faire ses débuts en Formule 1 avec Alfa Romeo Sauber. Le Monégasque est impatient de se lancer dans cette nouvelle grande aventure et va collaborer avec Fred Vasseur, le directeur français de l'équipe.

Vasseur et Leclerc se connaissent depuis que ce dernier était en karting et ont déjà travaillé ensemble dans des disciplines précédant la Formule 1. L'an dernier, Leclerc a disputé plusieurs séances d'essais et Vasseur s'est montré ravi de l'assiduité de son pilote, qui n'a pas manqué une seule réunion en lien avec les séances qu'il a disputées.

Le pilote est quant à lui fier de piloter pour Sauber et de porter les couleurs d'Alfa Romeo, dont il reconnaît que la puissance minimise parfois la présence de Sauber en tant qu'équipe.

"Il y a beaucoup de gens qui me disent que je cours pour Alfa, en oubliant presque Sauber, mais c'est la force d'un grand nom. Faire partie d'une équipe à l'âme italienne est une belle chose" déclare Leclerc.

"Ce sera toutefois difficile de reproduire ma saison de F2. Tout a été parfait d'un point de vue personnel et professionnel. Maintenant, tout change, la F1 est totalement différente."

Vasseur est certain de son duo de pilotes, malgré le manque de résultats de Marcus Ericsson, qui entamera pourtant sa cinquième saison: "Il a rarement eu une bonne voiture donc ses chances ont été limitées" justifie Vasseur. "Il a été bon en deuxième partie de saison, il a beaucoup progressé et il joue pour l'équipe tout en donnant de bons retours."

En attendant, la monoplace 2018 de Sauber prendra la piste la semaine prochaine et Vasseur confirme qu'elle est prête: "Elle sera aux premiers essais de Barcelone. Dans les prochains jours, les pièces vont arriver et nous allons débuter son assemblage. Comme toutes les équipes, nous allons travailler jusqu'à la dernière minute."
source: Nextgen-Auto.com

Rosberg critique l'extension de la gamme Pirelli
Nico Rosberg ne fait pas partie des soutiens des décisions récentes de Pirelli. Le Champion du monde 2016 ne considère pas qu'ajouter deux composés à la gamme du manufacturier soit une bonne idée.

Rosberg rejoint le clan des partisans d'un affichage plus simple. Pirelli a créé son arc-en-ciel de couleurs en voulant montrer à quel point les pneus étaient tendres, et estime qu'il en va de son intérêt commercial de prouver sa capacité à développer une vaste gamme.

"Je pense que posséder autant de couleurs de pneus est la mauvaise approche" précise Rosberg. "Personne ne s'intéresse à de tels détails. A chaque course, les équipes ont des tendres, des médiums et des durs, et le marquage devrait être le même à chaque fois."

Rosberg confirme que selon lui, le public ne s'intéresse pas à la capacité du manufacturier italien à développer de nombreux composés: "Le nombre de composés n'intéresse pas les spectateurs."
source: Nextgen-Auto.com

Renault F1 s'associe à Alibaba et Tmall pour la saison 2018
Renault Sport Formula One Team et Tmall, une entreprise du Groupe Alibaba, s'associent pour la saison 2018 du Championnat du monde FIA de Formule 1. Le chat Tmall, emblématique logo de la plateforme e-commerce chinoise, sera placé en évidence sur la Renault R.S.18.

De plus amples détails seront communiqués en mars.

Marché stratégique, la Chine représente la priorité du plan Drive The Future incarnant la vision à moyen terme du Groupe Renault. Sur place, sa joint-venture Dongfeng Renault Automotive Company y a pour objectif de vendre annuellement 400 000 véhicules particuliers d'ici 2022 grâce à neuf modèles développés pour le marché local.

"L'un des principaux objectifs de notre retour en F1 était d'exploiter cette plateforme globale pour le Groupe Renault", commente Cyril Abiteboul, Directeur Général de Renault Sport Racing. "La Chine a été identifiée comme un marché d'importance stratégique. Un partenariat avec une entreprise comme Tmall, filiale du Groupe Alibaba, nous offre l'opportunité d'améliorer considérablement la notoriété et la perception de la marque Renault en Chine avec une très forte visibilité lors du Grand Prix de Shanghai mais aussi tout au long de la saison de Formule 1."

"Nous sommes ravis de nous associer à Renault Sport Formula One Team pour transformer nos activités autour du Grand Prix de Chine en véritable succès. Nous avons hâte de collaborer étroitement avec l'écurie afin d'offrir des expériences uniques à nos clients", conclut Wei Yu, Directeur Général de Tmall Auto.
source: Nextgen-Auto.com

Marchionne - Les leçons d'Enzo Ferrari sont encore valables
L'Italie a célébré hier les 120 ans de la naissance d'Enzo Ferrari. L'événement a été tenu dans son ancienne demeure de Modène et Sergio Marchionne était évidemment présent pour célébrer la vie du fondateur de l'une des marques, et des équipes, les plus emblématiques de l'automobile et de la F1.

"Les leçons d'Enzo Ferrari sont encore valables aujourd'hui" a déclaré Marchionne. "Il semble incroyable de penser qu'Enzo Ferrari est né dans les années 1800 car ses leçons sont modernes et encore actuelles."

"C'était un homme avec une vision incroyable et une capacité à gérer les personnes et les ressources. C'était une personne avec un fort sens de l'entrepreneuriat et du courage."

Au milieu de l'énumération des qualités du Commendatore, Marchionne se demande ce qu'aurait donné la vision d'Enzo Ferrari au milieu des technologies actuelles et avec l'accès à des infrastructures telles qu'on en trouve aujourd'hui.

"On se demande les objectifs que Ferrari aurait atteint s'il avait eu accès à la technologie et à la connaissance actuelles. L'héritage de Ferrari est une source de fierté pour tout le monde dans l'équipe et dans la marque, tout autant que pour l'Italie.»
source: Nextgen-Auto.com

Ferrari annonce l'heure de présentation de sa monoplace
Les présentations des nouvelles monoplaces ont commencé et au milieu de celles-ci, les précisions sur les horaires et modalités de présentation continuent d'affluer.

C'est désormais Ferrari qui donne les détails de sa présentation, qui se fera ce jeudi, le 22 février, à 15h. La présentation se fera lors d'un événement en présence des pilotes et des dirigeants de l'équipe.

Le nom de la monoplace est tenu secret et sera révélé en même temps que celle-ci. Il est fort possible que Ferrari ait passé un accord avec sa rivale Mercedes, cette dernière devant révéler sa monoplace le même jour. Ainsi, il ne serait pas étonnant de voir l'équipe allemande présenter sa monoplace le matin.

Voici le résumé des dates et heures de présentation des monoplaces:

- Haas VF-18: 14 février
- Williams FW41: 15 février à 20h
- Red Bull RB14: 19 février à 9h
- Alfa Romeo Sauber C37: 20 février à 12h30
- Renault R.S.18: 20 février à 16h
- Ferrari (nom inconnu): 22 février à 15h
- Mercedes F1 W09: 22 février
- McLaren MCL33: 23 février
- Force India VJM11: 25 février
- Toro Rosso STR13: 26 février à 8h10
source: Nextgen-Auto.com

La Red Bull RB14 a été présentée
Red Bull a présenté, comme prévu, sa nouvelle RB14... avec une heure de retard. La monoplace a été dévoilée dans une livrée intermédiaire, en ligne.

La nouvelle Red Bull a été conçue sous la direction d'Adrian Newey, dont l'implication dans la conception de la monoplace a été totale. Après avoir travaillé sur l'Aston Martin Valkyrie, née d'un partenariat entre les deux entités, Newey a commencé à travailler sur le concept de la RB14 en mars dernier.

Aston Martin est le nouveau sponsor titre de l'équipe et la marque prend, de fait, beaucoup plus de place sur la carrosserie. Dans cette livrée bleu foncé, la RB14 n'est pas sans rappeler (un peu) les couleurs utilisées par Toro Rosso l'an dernier... en attendant de connaitre les couleurs définitives!

Le communiqué de l'équipe confirme que les couleurs seront révélées la semaine prochaine à Barcelone: "La RB14 est en piste. Aujourd'hui, Daniel Ricciardo emmène la toute nouvelle Aston Martin Red Bull Racing Tag Heuer RB14 rouler sur le circuit de Silverstone alors que nous faisons notre journée de tournage d'avant saison."

"Nous avons perturbé nos systèmes et procédés habituels de manière à lancer notre nouvelle monoplace plus tôt que d'habitude. La RB14 porte une livrée spéciale. Nous gardons nos couleurs de course sous les couvertures et elles seront dévoilées à Barcelone la semaine prochaine. Les formes peu conventionnelles sous la peinture sont, cependant, définitives."

Le communiqué explique ensuite la volonté de boucler plus tôt que les autres années la conception de la monoplace, et ainsi de la révéler rapidement. Lors des années précédentes, Red Bull avait été la dernière équipe à révéler sa monoplace.

"Le schéma des années précédentes a été de lancer la voiture tardivement. Cela permettait au département de design d'avoir un maximum de temps pour modifier la monoplace jusqu'au moment où le design est gelé et la voiture mise en production. Ce n'est pas une petite chose d'avoir la voiture terminée, démarrée et envoyée en Espagne pour les essais, le tout en un seul jour."

"Cela a un objectif, et on ne le ferait pas si ce n'était pas nécessaire. Cette année, ce n'était d'ailleurs pas nécessaire. Il est préférable de terminer la voiture plus tôt et de gérer tout petit problème se présentant quand la voiture est en piste pour le roulage promotionnel, plutôt que d'utiliser nos huit précieuses journées sur le circuit de Catalunya pour ça." (voir la présentation)

photo
source: Nextgen-Auto.com

Marko admet que Red Bull pense au moteur Honda pour 2019
Red Bull pourrait bien décider de passer au moteur Honda en 2019, comme il avait été sous-entendu lors de l'accord entre Toro Rosso et le manufacturier japonais pour 2018.

Helmut Marko confirme que Red Bull prendra la décision d'un changement de motoriste lors de la première partie de 2018 et assure que les premiers retours de Toro Rosso au sujet du moteur Honda sont positifs.

"Jusqu'ici, nous sommes surpris positivement par Honda, ainsi que par leur dévotion et leur enthousiasme" déclare Marko.

"Je pense qu'ils ont appris des erreurs qui ont certainement eu lieu. Jusqu'ici, en se basant sur les tests effectués, le moteur est fiable. Je pense qu'il sera possible pour le moteur de rattraper le Renault à la mi-saison."

Une déclaration à prendre avec des pincettes quand on connaît la faculté de Marko à se montrer négatif au sujet du Renault. Si c'était le cas, il reconnaît que Red Bull ferait le saut vers un nouveau motoriste sans hésiter.

"Les règles ont changé et il faut annoncer son motoriste pour l'année suivante avant l'été. Nous analyserons entièrement les données et nous prendrons une décision."
source: Nextgen-Auto.com

Kubica évoque son rôle chez Williams... et va tester la LMP1 de Manor
Robert Kubica ne sera pas titulaire cette saison avec Williams, mais le Polonais aura au moins l'occasion de prendre le volant de la FW41 à plusieurs reprises, en essais libres ou hivernaux.

Le Polonais juge absolument "fondamentale" pour lui la possibilité de pouvoir tester la Williams en piste, non pas seulement pour le bien de sa carrière, mais encore pour le bien de l'écurie britannique elle-même.

"Pour travailler du mieux possible, il était important pour moi d'avoir une chance de conduire la voiture en piste. Avec le règlement actuel, les essais en F1 sont très limités. Le simulateur joue un rôle très important. Puisque je fais partie du projet Williams, il est important pour moi de construire des ponts entre la réalité et le simulateur, pour être certain d'utiliser cet outil du mieux possible dans le futur."

Robert Kubica dresse un parallèle intéressant pour évoquer son nouveau rôle chez Williams, en tant que pilote essayeur: il se rappelle qu'il fut aussi troisième pilote de BMW Sauber en 2006, et que cette expérience l'avait finalement conduit à une titularisation.

"A cette époque le règlement en F1 était beaucoup plus ouvert, et par conséquent, les pilotes de réserve étaient beaucoup plus actifs. Mais je vais toujours avoir aujourd'hui beaucoup de travail à fournir dans le simulateur de l'écurie à l'usine, pour essayer de soutenir l'équipe. Les gars [Lance Stroll et Sergey Sirotkin] auront besoin d'aide, et si je peux les aider, ce sera plus que bienvenu pour eux."

Le vainqueur du Grand Prix du Canda 2008 croit toujours en ses chances de redevenir un jour titulaire en F1, même si Sergey Sirotkin l'a finalement battu au finish dans la course au volant Williams.

"Je suis plus que jamais convaincu aujourd'hui que je suis capable de conduire une F1 avec mes limitations physiques. Bien sûr je préférais être un pilote titulaire, mais si l'on regarde les choses d'un point de vue différent, vous verrez qu'il y a douze mois, personne ne pensait que je serais en situation de conduire une F1."

Robert Kubica va entretenir son coup de volant non seulement en F1, mais encore en endurance. A l'image de Fernando Alonso, il pourrait participer à la super-saison du WEC et donc disputer les prochaines 24 Heures du Mans.

Le Polonais testera la Manor-Mecachrome LMP1 la semaine prochaine, sur le circuit d'Aragon, pour une session de trois jours. Si l'évaluation est positive, il pourrait donc avoir un nouveau défi à relever cette saison.

Rappelons que Manor alignera deux LMP1 pour la saison 2018-2019 en endurance, qui commencera à Spa, en mai prochain. Manor a pour le moment confirmé la titularisation de deux pilotes pour cette campagne, Oliver Rowland et Charlie Robertson.

D'autres anciennes structures de LMP2 comme Rebellion Racing, viendront défier cette année Toyota dans un championnat LMP1 en pleine crise existentielle, après le désistement des constructeurs historiques, Audi et Porsche.
source: Nextgen-Auto.com
Suivez l'évolution du marché des transferts et découvrez le calendrier définitif du championnat 2019.

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Jeu ::.
>> Le paddock perd la mémoire!
memory • Retrouvez toutes les associations nom + image en retournant les cartes deux par deux!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.