En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus Accepter
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Dimanche 11 Mars 2018

Renault F1 a effectué sa démonstration à Nice
Renault F1 a ravi ses fans azuréens aujourd'hui, avec une spectaculaire démonstration organisée sur la Promenade des Anglais de Nice.

Nico Hülkenberg et Alain Prost ont fait rugir les Formule 1 E20 à moteur V8 de 2012 et RE40 de 1983 au bord de la Baie des Anges. Il s'agissait d'un prélude au Grand Prix de France, qui se déroulera sur le Circuit Paul Ricard dans un peu plus de cent jours.

Malgré une pluie torrentielle et un ciel bouché, des milliers de passionnés s'étaient massés pour voir évoluer le pilote Renault Sport Formula One Team et le quadruple Champion du monde sur une des plus célèbres artères de France.

"C'était un très bel événement. C'est incroyable de pouvoir conduire sur la Promenade des Anglais au volant d'une Formule 1. Le son était mythique. C'est un endroit réellement célèbre sur la Côte d'Azur et ce n'est pas quelque chose que l'on peut faire chaque jour... C'est dommage que le beau temps n'ait pas été de la partie, mais j'ai vu que les gens avaient tout de même le sourire. Je pense que nous leur avons offert un bon spectacle, en donnant un avant-goût du Grand Prix de France", commente Nico Hülkenberg.

"C'était formidable d'être ici à Nice, tout près du Circuit Paul Ricard qui accueillera bientôt le Grand Prix de France", ajoute Alain Prost.

"L'initiative vient de Christian Estrosi, qui est à la fois le Maire de Nice, le Président du GIP Grand Prix de France et l'artisan du retour de la F1 dans sa région. C'était un beau symbole de ressortir la RE40 et la E20 de 2012. L'union de monoplaces anciennes et modernes illustre le retour du GP de France au calendrier après dix ans d'absence. Le seul point négatif concerne la météo, mais l'événement a tout de même réuni beaucoup de monde. J'espère qu'il en sera de même en juin, lors du Grand Prix."
source: Nextgen-Auto.com

Canal+ annonce un dispositif spécial pour le Grand Prix de France
Pour la 6ème année consécutive, Canal+ diffuse le Championnat du monde de Formule 1 en direct et en intégralité.

Des essais aux Grands Prix en passant par les qualifications, plus de 10 heures de direct sont diffusées chaque week-end. Le spectacle s'annonce grandiose entre nouveautés techniques, arrivée de nouveaux pilotes et retour du Grand Prix de France.

Une couverture spéciale pour le GP de France:

La saison 2018 est marquée par le retour très attendu du Grand Prix de France après dix ans d'absence. La course se disputera sur le circuit Paul Ricard au Castellet, et occupera une place à part sur les antennes de Canal+.

Le dimanche 24 juin, Canal+ mettra en place une couverture inédite pour la manche française du Championnat du monde. En 2018, les Grands Prix changent d'horaires. Désormais, le départ des Grands Prix européens sera donné à 15H10, et à 16H10 pour le Grand Prix de France.

Pour le Grand Prix de France, C+ mettra en place un dispositif spécial pour plus de 30 heures de direct dans le week-end des 21-22-23 et 24 juin 2018.

Du jeudi au dimanche, les antennes se transporteront au circuit Paul Ricard. Sur C+, C+SPORT et INFOSPORT+, les abonnés ne manqueront rien de l'événement. Pour le retour de la France au calendrier de la Formule 1, les pilotes nationaux seront mis à l'honneur. Romain Grosjean, Pierre Gasly et Esteban Ocon disputeront leur premier Grand Prix de France de F1.

Dimanche 24 juin 2018: journée spéciale 100% sports mécaniques. Toutes les courses, la parade des pilotes, les animations sur le circuit sont à suivre en direct sur C+ et C+SPORT. Studio de direct sur le circuit Paul Ricard, interviews et réactions des principaux acteurs, reportages exclusifs: les abonnés C+ profiteront d'une couverture inédite.

LE TOUR DE FRANCK SPÉCIAL PAUL-RICARD

Dans cette rubrique, Franck Montagny fait découvrir chaque week-end les plus beaux circuits du monde. Pour l'occasion, Jean Alesi et Alain Prost reviendront sur les virages clés du tracé du Paul Ricard, là où Jean Alesi a débuté sa carrière en Formule 1 en 1989, là où Alain Prost a gagné le dernier Grand Prix de France organisé au Castellet, en 1990.

SPORT REPORTER

Nouvelle émission dédiée au reportage, le samedi à 20H00 sur C+SPORT, SPORT REPORTER proposera un numéro spécial F1: "Sur la route du Grand Prix de France ". De Reims à Magny-Cours, en passant par Rouen, Dijon ou Charade, retour sur les lieux qui ont forgé la légende du Grand Prix de France. Le duel Arnoux-Villeneuve à Dijon, la dernière victoire d'Alain Prost au Castellet, le cinquième titre de Michael Schumacher à Magny-Cours.
source: Nextgen-Auto.com

Brawn a bon espoir de garder Silverstone au calendrier de la F1
Liberty Media doit composer avec plusieurs problématiques actuellement et l'une d'entre elles est le maintien au calendrier du circuit de Silverstone. Devant les coûts toujours plus élevés de la F1, le circuit britannique a décidé de faire jouer sa clause de rupture, mais le propriétaire de la Formule 1 ne l'entend pas comme ça.

"Je pense que Silverstone a un avenir brillant en tant que course de Formule 1" a déclaré Ross Brawn. "Le sujet du Grand Prix va rapidement être mis sur la table mais nous sommes très optimistes pour trouver la solution correcte entre nous et le circuit pour l'avenir."

Le circuit n'est pourtant pas en crise puisque le Grand Prix de Grande-Bretagne affiche complet chaque année et qu'il accueille aussi la MotoGP qui pourrait représenter son avenir.

Certaines inquiétudes ont été affirmées quant à la possibilité que Silverstone perde sa place centrale dans le sport auto britannique, mais Ross Brawn assure que Silverstone a largement de quoi survivre en tant que tel.

"Il y a un centre technique, une école et de nombreuses entreprises qui sont basées là-bas. C'est génial de voir Silverstone se développer. Le circuit a vécu des moments difficiles dans le passé mais il est sur une trajectoire ascendante" conclut Brawn.
source: Nextgen-Auto.com

Vandoorne attend les évolutions de Melbourne pour juger
Stoffel Vandoorne a terminé ses essais privés hivernaux jeudi sur une bonne impression, avec un chrono satisfaisant et beaucoup de kilomètres, même si la fiabilité de la McLaren Renault MCL33 pose encore des questions.

Cela n'inquiète toutefois pas le Belge, qui se confie à la presse de son pays.

"Si je suis inquiet? Non, pas du tout", dit-il au journal 'La Dernière Heure'.

"Nous avons certes perdu pas mal de temps de piste ces derniers jours à cause de petits problèmes nous immobilisant parfois longtemps dans le garage. Mais la base de cette MCL33 est saine. Le feeling est bon. Tant Fernando que moi, on se sent à l'aise."

Et il révèle: "En Australie où nous bénéficierons de beaucoup d'évolutions ne pouvant être prêtes pour Barcelone. Il ne faut pas tenir compte des chronos réalisés ici. Avec ce nouvel asphalte, cela ne ressemble à rien. Il y a moyen de couper partout sur les vibreurs. Cela n'a rien à voir au niveau réglages avec ce que nous rencontrerons lors du premier GP."

Vandoorne affirme aussi que "beaucoup d'équipe ont caché leur jeu", y compris McLaren.

"Nous n'avons pas cherché la performance. On n'a jamais roulé avec un minimum d'essence. Et qui sait quels sont les modes moteurs utilisés par chacun? Je ne crois cependant pas que Ferrari et Mercedes soient nos objectifs cette année."

Le Belge espère "des points" pour Melbourne. "Ce serait un bon début, oui!"
source: Nextgen-Auto.com

Marko veut voir le verre à moitié plein après les essais de Barcelone
Mercedes, qui domine la Formule 1 depuis 4 ans, semble à l'issue des tests hivernaux toujours aussi puissante, avec de nombreuses innovations techniques sur sa W09.

Malgré ces solutions que beaucoup d'écuries lui envient déjà, il faudra sans aucun doute compter cette année avec Ferrari, qui, depuis la saison dernière, a réussi a rattraper les Flèches d'Argent, ainsi que Red Bull, qui semble également très en forme après avoir solutionné les difficultés rencontrées en 2017.

Le consultant Helmut Marko se livre à quelques prédictions et donne sa propre analyse de ces essais.

Une des cartes maîtresses que possède Mercedes est son fameux mode de qualification qui a déjà prouvé son efficacité. Malgré le fait que les règles concernant la consommation d'huile se sont encore durcies durant l'hiver, l'Autrichien croit toujours que Mercedes possède une botte secrète dans ce domaine.

"C'est même notre plus grand handicap", affirme-t-il face à 'Motorsport Magazin', renvoyant ainsi une nouvelle fois la balle dans le camp de Renault.

"Dans 90% des courses, la position occupée en qualification est aussi celle occupée à l'arrivée de la course. S'ajoute à cela le fait que les moteurs consomment à présent moins de carburant (qu'en 2014), ce qui apporte encore un avantage sur le poids."

Malgré cette constatation, Marko tient à positiver.

"Il va sûrement y avoir des circuit sur lesquels cela ne sera pas si décisif. Nous sommes satisfaits de notre préparation. Les problèmes que nous avons eus étaient des choses relativement simples à résoudre, des broutilles, vraiment. Depuis le début de l'ère hybride, nous n'avons jamais roulé autant en tests que cette année."

"Nous sommes arrivés à Barcelone si bien préparés au niveau du châssis qu'il n'y a eu aucun loup à débusquer. Même Renault a démontré une superbe fiabilité. Nous espérons vivre une saison excitante."
source: Nextgen-Auto.com

Susie Wolff - Jorda n'a aucun pouvoir
Les récentes déclarations de Carmen Jorda ont fait réagir beaucoup de figures féminines des sports mécaniques: la pilote d'IndyCar Pippa Mann et Claire Williams n'ont que très peu apprécié ce qu'elles ont entendu.

Jorda a formulé des excuses publiques après avoir provoqué le courroux de nombreuses pilotes, affirmant que la Formule E serait peut-être plus adaptée sur le plan physique que la Formule 1.

Susie Wolff préfère pour sa part prendre les dires de Jorda avec plus de distance.

"Je n'ai personnellement émis aucune critique à son encontre", explique-t-elle à 'Motorsport-Magazin'. "Je crois que c'est une idée toute faite de sa part de croire que tous s'acharnent sur elle. Par contre, j'ignorais qu'elle avait piloté une Formule 1!"

L'Ecossaise de 35 ans ne partage donc pas l'avis de Jorda et continue de militer pour qu'un jour, une femme devienne pilote titulaire en catégorie reine.

"Je pense que c'est possible au niveau physique pour une femme. Ce n'est pas facile et cela ne l'est pas non plus pour la plupart des hommes. Mais c'est possible et je l'ai prouvé. Chacun d'entre nous doit se faire sa propre opinion et examiner quel chemin il veut emprunter pour faire carrière. J'ai mes propres opinions et elles sont partagées par Michelle Mouton et par la commission de la FIA en charge des femmes dans le sport auto."

Susie Wolff n'éprouve pas le besoin d'échanger sur le sujet avec Carmen Jorda. Selon elle, il y a des personnes beaucoup plus expertes pour avoir des réponses concrètes.

"Ce qui est intéressant c'est qu'elle est toujours sûre de se faire beaucoup de publicité à travers ses commentaires. Nous sommes pour notre part beaucoup plus soucieuses de livrer des résultats, de changer les choses et de les faire bouger. Nous exerçons une influence - et nous ne faisons pas qu'en parler. Carmen représente la commission espagnole. Elle n'a aucun pouvoir dans la position qu'elle occupe. Bien sûr, elle peut bien avoir son propre avis, mais si on veut vraiment avoir l'opinion de la commission, alors il faut se référer à Michelle Mouton, qui nous représente toutes."
source: Nextgen-Auto.com

Rosberg révèle la faiblesse de Lewis Hamilton
Cette année, une lutte excitante se profile à l'horizon: Lewis Hamilton et Sebastian Vettel ont toutes les chances de leurs côtés pour se disputer une 5ème couronne mondiale.

Mais comment battre Lewis Hamilton, qui est le Champion du monde en titre, dans une Mercedes qui domine le sport depuis 4 ans? Nico Rosberg, qui a été le coéquipier du Britannique pendant plusieurs années, affirme savoir comment faire, dans la mesure où il a été sacré Champion du monde il y a deux ans, devant son rival.

"La constance est le seul moyen de battre un Lewis Hamilton qui maîtrise instinctivement, et à la perfection, toutes les ruses mentales, surtout lorsqu'il est à bord d'une Flèche d'Argent très compétitive", explique-t-il.

"Mais! Il a aussi des phases où il n'est pas à 100%, et ce, pour diverses raisons. Alors, Sebastian doit saisir ces occasions, car, lorsque cela arrive, avec de bons résultats, il peut avoir la chance de prolonger une phase où Lewis peut se sentir plus faible."

Rosberg a une haute estime du pilote Ferrari, c'est pourquoi il se montre compréhensif concernant son coup de tête à Bakou l'an dernier, lorsqu'il est rentré délibérément dans la monoplace d'Hamilton.

" Vettel est une forte tête: il a beaucoup de confiance en lui - à tel point qu'en 2017 ce fut une de ses faiblesse. Parce que dans ces cas-à, on peut être porté à croire que l'adversaire a toujours tord dans une collision et on n'avoue pas sa propre erreur. Cela l'a amené à un pétage de plomb (sic) à l'encontre d'Hamilton qui était inutile à Bakou. Toutefois, il ne faut pas qualifier Vettel comme quelqu'un de soupe au lait: il a accompli une saison magnifique en 2017, et il pilote au même niveau que celui de Lewis. Je ne pense donc pas qu'il devrait se détendre plus."
source: Nextgen-Auto.com

Jos Verstappen veillera toujours de près sur Max, 'même en 2023'
Dans le paddock de Barcelone, la semaine dernière, Jos Verstappen a de nouveau été vu converser avec son fils, par exemple après sa sortie de piste avec la Red Bull dans les graviers.

Le père reste encore très proche de son fils, dans son management et dans la gestion de sa carrière. Si le maître a dépassé l'élève, Jos s'en attribue une bonne part de responsabilité néanmoins.

"Max est juste un peu meilleur que moi dans tous les domaines. J'étais bien loin d'avoir toutes ses qualités à son âge. Bien sûr c'est aussi le résultat du coaching qu'il a reçu. Max est capable de s'auto-contrôler, il est beaucoup plus conscient. Max a ce self-control. Cependant j'avais aussi ces qualités d'intelligence. Je ne sais pas s'il est plus talentueux que je l'étais, je trouve que c'est très difficile de juger une telle chose, mais il a reçu un bien meilleur entraînement."

"Bien sûr je travaillais intensément avec lui, tous les jours. Je notais toutes ses erreurs, et tout ce qu'il faisait de bien aussi. Vous n'apprenez pas seulement de vos erreurs mais aussi de vos points forts. Dépasser, ce n'est pas forcément bon. Si vous dépassez quelqu'un et que vous perdez beaucoup de temps, c'est juste débile. Je travaille avec lui sur ce genre de choses depuis qu'il a cinq ans. Chaque jour, il conduisait et il apprenait quelque chose. En fait, dès que je faisais quelque chose en lien avec le sport auto, il était là. Il était parfois silencieux, mais il écoutait. Il mémorisait tout, y repensait. Et ça a été d'une énorme influence pour lui. Max est consciemment et inconsciemment bien mieux préparé. Ce fut grâce à moi d'abord et ensuite, maintenant, grâce à Red Bull Racing. Ce mélange a été parfait."

Jos Verstappen n'entend pas laisser Max voler de ses propres ailes cette saison. Le père prévient le fils: il faudra toujours compter sur son influence pendant un bon moment.

"Nous serons toujours là avec lui. Je serai présent à la plupart des courses. Je parle à des gens, je marche dans le paddock, je vois des choses dans le garage. Je parle avec Max et je discute de tout avec lui. Ce sera toujours le cas, pas seulement pour cette saison, mais aussi dans cinq ans. C'est bon d'avoir des gens autour de vous qui comprennent ce dont il est question. Bien sûr, il en sait de plus en plus, mais avoir toujours quelqu'un qui vous remette en question, et qui dans le même temps puisse toujours venir vous parler, vous conseiller, c'est un mélange parfait."

Reste à voir si bien sûr, Max Verstappen acceptera toujours autant la présence paternelle au fur et à mesure des années...
source: Nextgen-Auto.com

Marko - Honda? Je le savais!
Depuis son grand retour en tant que motoriste en Formule 1 en 2015, Honda a fait beaucoup parler de lui, mais pas dans le bon sens du terme.

En effet sa collaboration de 3 ans avec McLaren, qui a cessé en fin de saison dernière, n'a pas été un remariage heureux. L'équipe de Woking a été victime de la fiabilité et des performances plus que discutables de la marque japonaise, qui a éprouvé des difficultés à fournir un moteur hybride capable de rivaliser avec ses concurrents.

Toujours présent dans le paddock, mais cette année avec Toro Rosso, Honda a créé la surprise lors des essais de Barcelone. Cependant, un homme n'est pas si étonné des résultats atteints: le consultant de Red Bull, Helmut Marko.

L'Autrichien n'est pas seulement connu pour avoir du flair afin de trouver les nouveaux talents qui vont briller en catégorie reine, ses connaissances techniques, provenant en partie de son expérience personnelle en tant qu'ancien pilote lui ont permis de prévoir le succès imminent de Honda.

"Je savais depuis fort longtemps les progrès que Honda allait réussir, ainsi que leur approche du travail. Le fait que le performances et la fiabilité allaient s'harmoniser dès le début des essais et qu'ils allaient fonctionner à la perfection, c'était peut-être une toute petite surprise mais sûrement pas une grande", affirme-t-il à 'Motorsport-Magazin'.

Contrairement à ce qui aurait été logique de penser, vu les résultats frustrants obtenus avec McLaren, Marko a accueilli l'arrivée de Honda chez Toro Rosso avec beaucoup de sérénité.

"Non, nous étions conscients de ce qui allait se passer lorsque nous nous sommes engagés. Honda et Red Bull se sont réunis, ont défini et examiné leurs objectifs et ont regardé s'ils étaient atteignables. C'est juste après cela que les accords ont été conclus."

Pour cette première année de partenariat avec son nouveau motoriste, le consultant de Red Bull se montre très raisonnable en termes de but à atteindre en fin de saison.

"Un objectif raisonnable devrait être entre la 5ème et la 6ème place au Championnat du monde des constructeurs."

Puisque que le partenariat entre l'équipe de Faenza et Honda semble très bien parti, il serait raisonnable d'imaginer une collaboration future avec Red Bull, surtout que le Taureau Rouge n'a pas encore révélé le nom du moteur qu'il va avoir en 2019. Mais pour l'instant, Marko préfère se montrer encore prudent sur la question.

"Tout est possible en Formule 1. Mais c'est encore trop tôt en parler."
source: Nextgen-Auto.com

Boullier - Alonso est dans un état d'esprit différent cette année
Eric Boullier a vu du changement chez Fernando Alonso cette année, des changements qui se sont confirmés lors des essais de Barcelone.

McLaren s'est dotée du moteur Renault pour tenter de retrouver performance et fiabilité, ne pouvant plus attendra que Honda solutionne ses problèmes.

Et même si Alonso a souffert de quelques pannes dues à l'intégration du V6 français dans la MCL33, il semble heureux!

"Oui, Fernando a changé. Il est dans un état d'esprit différent cette année. Il est heureux oui. Bien entendu c'est un compétiteur et il veut le meilleur. Il voudra toujours mieux. C'est ce que nous voulons aussi", explique le directeur de McLaren.

"Même si vous demandez à Lewis Hamilton s'il est heureux, il vous répondra que non. Qu'il a besoin de ci ou de ça. Les pilotes en veulent toujours plus."

"Alonso a passé beaucoup plus de temps avec l'équipe, même quand il n'était pas dans la voiture. Il est vraiment intéressé et il soutient ce que nous faisons. Je suis certain qu'il est heureux maintenant."

Boullier affirme qu'Alonso est satisfait des progrès de la MCL33.

"Il est assez heureux de la voiture et de son équilibre. Nous avons des choses à revoir du côte des suspensions, pour mieux comprendre la voiture, mais, dans l'ensemble, Fernando est satisfait de son comportement."
source: Nextgen-Auto.com

Honda se félicite d'un départ 'idéal' en dépit d'une petite alerte
Toro Rosso et surtout Honda ont fait taire les détracteurs et les critiques qui s'attendaient à des essais hivernaux aussi compliqués que l'an dernier. Le bloc nippon a surpris par sa fiabilité, ce qui valide les choix opérés par la direction de l'écurie... et pourrait créer des regrets chez McLaren à court et moyen terme.

Franz Tost, le directeur de l'écurie, est soulagé que son écurie ait ainsi pu maximiser les tests de cette dernière semaine, après une première semaine perturbée par la météo. C'est pour cette raison qu'il espère que la F1 "testera à Bahreïn dans le futur."

Il se félicite surtout de la fiabilité du bloc Honda, qui aura sans doute surpris plus d'un observateur.

"J'ai toujours dit que le partenariat avec Honda serait très important pour notre équipe, puisque cela nous donne la possibilité de concevoir notre voiture et de la développer d'une nouvelle manière, en coopération avec un manufacturier très solide. Cette fois, nous travaillons vraiment ensemble pour aider à améliorer le packaging dans sa totalité. Je suis satisfait de ce que nous avons accompli: 3.826 km parcourus en 8 jours au bout du compte."

"C'est formidable de voir que nous ayons pu performer à un niveau convenable en termes de vitesse et de fiabilité. Honda a fait un travail formidable mais de notre côté aussi, nous avons pu fournir une voiture qui semble facile à conduire à nos pilotes. A la fois Brendon Hartley et Pierre Gasly nous ont donné un retour d'expérience précieux. Nous analyserons ces données pour être le mieux préparé possible à Melbourne. Je suis optimiste mais prudent tout à la fois. Il y a toujours beaucoup à faire!"

Toujours chez Toro Rosso, James Key, le directeur technique, précise que Brendon Hartley a ce vendredi, comme Pierre Gasly ce jeudi, alterné entre relais courts et relais longs pour simuler une distance de Grand Prix. Il adresse là encore des mots chaleureux à Honda, qui a tenu quatre jours avec un seul moteur, en dépit d'une alerte vendredi soir.

"Je voudrais féliciter nos collègues de Honda pour leur excellent effort produit ces deux dernières semaines. Ils n'ont vraiment utilisé qu'un seul moteur pour cette deuxième semaine de tests, et la fiabilité fut quasiment un sans-faute, excepté un problème mineur à la fin de cette journée: nous avons stoppé la voiture par précaution pour en savoir plus ce problème."

"Ces essais sont passés très rapidement. Maintenant nous avons hâte de commencer la saison! Nous sommes à la fin d'un processus qui a commencé il y a un an avec le début de la construction de la voiture. Nous sommes au début d'une nouvelle phase qui verra le début des Grands Prix et le développement ultérieur de la monoplace."

Toyoharu Tanabe, le directeur technique de Honda, va enfin pouvoir annoncer des bonnes nouvelles à ses supérieurs hiérarchiques. Il regrette toutefois le problème détecté vendredi aux environs de 16 heures...

"Nos deux pilotes ont pu compléter une simulation de course, ce qui est un résultat positif. Nous avons utilisé la même unité de puissance lors de Barcelone II. C'était donc décevant de repérer une anomalie sur les données venant de notre PU vers la fin de la session. Nous avons décidé d'arrêter de rouler, puisqu'il ne restait pas assez de temps pour investiguer la situation et la comprendre pleinement afin de renvoyer la voiture sur la piste."

"Dans l'ensemble les résultats de ces essais hivernaux ont été satisfaisants, puisque nous avons réussi à accomplir presque tout notre programme. Ce furent aussi - et c'est tout aussi important - nos huit premiers jours de travail avec Toro Rosso sur la piste. Notre relation a été très ouverte et honnête et la communication a été efficace entre nous. Ce ne sont que des essais, mais c'est un départ idéal pour nous."
source: Nextgen-Auto.com

Williams n'arrive pas à exploiter le potentiel de la FW41
Paddy Lowe a reconnu que Williams est à la peine en cette avant-saison 2018. L'équipe anglaise a occupé le fond du classement durant les huit journées d'essais et il semble que la FW41 soit plus difficile à exploiter que prévu pour l'équipe.

"Nous expérimentons beaucoup" déclare le directeur technique de Williams. "Les limites de la voiture pour le moment sont au niveau de l'instabilité en entrée de virage. C'est souvent les limites d'une voiture d'ailleurs, mais c'est un peu trop présent pour l'instant avec ce que nous avons."

"Si nous pouvons faire des progrès dans ce domaine, nous réussirons à trouver de la performance en plus car certains autres aspects de la voiture fonctionnent très, très bien. Ces soucis sont souvent d'ordre aérodynamique mais il faut également des solutions qui se situent des suspensions aux pneus et sur d'autres parties de la voiture."

Williams pourrait mettre du temps à comprendre entièrement les problèmes rencontrés, comme l'explique Lowe qui relativise toutefois en disant que l'équipe a les outils pour y parvenir.

"Je pense qu'il y a eu beaucoup de changements dans l'équipe chargée de créer la voiture et sur la voiture elle-même, il faut donc du temps pour s'y adapter. Je pense que nous pouvons progresser en cours de saison et même avant la suivante. Il est encore tôt dans le développement du potentiel de l'équipe."

"Je pense que la corrélation est bonne, Williams possède l'une des mesures de performances aérodynamiques les plus fortes. La technologie et les gens qui s'en servent sont très fortes. Nous avons une belle soufflerie, parmi les meilleures. Nous avons de bons outils et nous en faisons bon usage, mais il y a du potentiel pour faire encore mieux."
source: Nextgen-Auto.com
Suivez l'évolution du marché des transferts du championnat 2019.

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Site Mobile ::.
>> Suivez toute l'actualité de la Formule 1 où que vous soyez!
mobile • Connectez-vous sur notre mobile à l'adresse:
mobile.zonef1.com
.:: Publicité ::.