En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus Accepter
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Lundi 12 Mars 2018

Alonso ne s'attend pas à des grosses surprises à Melbourne
Fernando Alonso ne s'attend pas à de grosses surprises à Melbourne, tant les équipes ont pu rattraper leur retard lors de la 2ème semaine d'essais à Barcelone.

Les conditions climatiques ont été presque idéales et, même si Alonso n'a parcouru que 263 tours, il pense que cela suffit en termes de préparation pour le premier Grand Prix, en Australie.

"Je pense que toutes les équipes sont capables maintenant de bien comprendre les voitures de cette année et d'injecter les données dans les simulateurs pour préparer l'Australie au mieux", explique Alonso.

"Il est clair que le travail de réglages mené à Barcelone ne sert pas à grand chose pour Melbourne. Il sera aussi à revoir en profondeur quand nous reviendrons à Barcelone en mai, quand il fera 30°C et que les voitures auront déjà toutes eu de grosses évolutions."

"Franchement nous ne devrions pas avoir de grosses surprises à Melbourne", ajoute l'Espagnol.

Plus que le manque de roulage avec sa McLaren, qui a été souvent en panne, Alonso s'inquiète de la tenue des pneus pluie.

"Il a fait si froid que Pirelli n'a rien pu tester ou apprendre. Nous n'avons même pas pu faire des tests derrière la voiture de sécurité. Avec un peu de chance, cela n'aura aucune conséquence lors des premières courses."
source: Nextgen-Auto.com

Pirelli confirme le pneu hyper-tendre pour Monaco
Pirelli a confirmé que l'un de ses nouveaux pneumatiques, le hyper-tendre, sera utilisé à Monaco. Le pneu à flanc rose permettra certainement un nouveau record sur la piste urbaine et apparaît comme prévu avant Montréal, où il sera également utilisé.

"Nous avions deux semaines pour confirmer l'allocation pour Monaco" explique Mario Isola, le directeur. "Ce n'est pas une surprise que nous prévoyons d'utiliser notre gomme hyper-tendre à Monaco."

"La première course où nous les verrons n'est pas Montréal, c'est Monaco juste avant. Montréal étant sur un autre continent, nous avons dû sélectionner les composés 15 semaines à l'avance, tandis que pour Monaco qui est en Europe, c'était seulement 9 semaines à l'avance."

Isola a confirmé que les nouvelles gommes ont occasionné du grainage mais attribue celui-ci à la nouvelle surface du circuit de Barcelone: "C'est nouveau par rapport à l'an dernier, nous n'en avions pas jusqu'ici."

"Je pense que le nouvel asphalte en génère car c'est une surface douce et le fait que l'avant gauche glisse un peu plus génère ce grainage. Nous devrons confirmer ce genre d'effet quand nous reviendrons à Barcelone en mai avec des températures plus élevées."

Quant aux cloques développées sur certaines monoplaces, notamment la Mercedes, Isola ne considère pas cela comme une surprise "du fait du niveau d'énergie que les nouvelles voitures appliquent aux pneus."
source: Nextgen-Auto.com

Renault veut occuper confortablement la quatrième place
Renault veut être en position de pouvoir obtenir la quatrième place du classement des constructeurs en 2018, et espère y parvenir de manière plutôt confortable en prenant une certaine marge sur le reste du peloton.


"Notre équipe est gérée de manière très précise" explique Bob Bell, directeur technique. "J'imagine que l'on peut voir les choses se disant que nous étions sixièmes l'an dernier et que nous devons nous mettre en position de maintenir une quatrième place confortable au championnat."

"En regardant une équipe comme Force India, qui a été capable de cela, on doit être capable de faire le même travail avec des ressources similaires. C'est clair. Je pense que tant que nous ne prouverons pas à Renault que nous sommes capables de faire cela, ils ne signeront plus de chèques pour du personnel et des ressources."

Renault suit un plan de bataille depuis son retour en 2016 et bien qu'elle compte viser le titre pour 2020, l'équipe n'est pas encore en mesure de se battre face aux équipes de pointe.

"Il faut que nous prouvions ce que nous valons à chaque étape. Une fois que nous avons fait cela, nous pouvons commencer à discuter de ce qu'il manque pour aller chercher les trois meilleures équipes, car c'est une ligue différente en termes de ressources."

"Nous sommes prêts pour ça, Renault est prêt pour ça et il faudra se développer au point de pouvoir se battre juste derrière le Top 3. C'est une autre étape à franchir et il faudra discuter des ressources nécessaires."

Renault a vécu des essais d'avant-saison positifs et a parcouru un bon kilométrage. Bell s'avoue convaincu par le rythme de la R.S.18 et reconnaît que les données ont été encore plus positives que celles simulées en soufflerie.

"Nous avons été un peu meilleurs que ce que nous pensions après le passage en soufflerie donc c'est positif. Nous sommes où nous espérions être. Est-ce que ce sera suffisant? Je ne sais pas. Tant que nous ne serons pas à Melbourne, personne ne saura vraiment."
source: Nextgen-Auto.com

Bottas - Notre rythme sur un tour est inconnu
Valtteri Bottas a vécu des essais très positifs avec Mercedes mais doute toutefois d'une chose: le rythme sur un tour de sa monoplace. Il ne s'attend en aucun cas à voir Mercedes écraser la concurrence.

"Les longs relais et simulations de course étaient très positifs" explique le Finlandais. "Nous ne pensons pas être une seconde devant toute le monde, ce n'est pas le cas, mais nous sommes positifs."

"C'est bien de boucler des simulations de course et de ressentir les pneus sur des longs relais. Il y a du temps en essais pour essayer différentes choses sur la voiture et pour être à l'aise. Pour nous, je dirais que le rythme sur un tour est inconnu, mais nous verrons dans deux semaines."

"Une fois que nous aurons trouvé les bons réglages de qualifications, nous saurons à quel point la voiture est rapide. Nous essayons d'optimiser l'apprentissage de différents réglages pour voir la différence et nous concentrer sur nous et non sur la feuille des temps."

A titre personnel, son hiver s'est mieux passé puisqu'il n'a pas eu besoin de s'adapter à sa nouvelle équipe, ni à un nouveau règlement: "La voiture semble meilleure. Nous devons être prudents car le nouvel asphalte nous a donné l'impression d'être plus rapides et la voiture semble donc meilleure."

"Ce que j'ai ressenti avec la voiture et son équilibre me fait dire que les choses vont dans le bon sens. Nous avons fait des progrès et l'équilibre est meilleur. Pour savoir si elle me convient mieux, je ne sais pas. C'est à moi de la régler mais c'est un bon départ."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton serait ravi que Bottas reste chez Mercedes selon Palmer
Jolyon Palmer est devenu consultant pour la BBC et a analysé la situation contractuelle des pilotes Mercedes. Il estime que Lewis Hamilton serait ravi de voir Valtteri Bottas rester dans l'équipe puisque le Finlandais n'a pas réussi à se mesurer au quadruple Champion du monde.

"Je pense qu'il [Hamilton] sera ravi de cela" lance Palmer au sujet de la prolongation du contrat de Bottas. "C'est une situation similaire à celle de Ferrari où Sebastian Vettel est en quelque sorte le premier pilote et a soutenu la prolongation de Kimi Räikkönen."

"Quand on a une telle situation dans l'équipe, il y a un gars qui est numéro 1 et qui ne veut pas que l'autre soit aussi rapide, c'est naturel. C'est un compétiteur et il peut aussi être utile dans la course au titre."

Hamilton et Bottas seront en fin de contrat après la saison à venir et Palmer s'attend à ce que le quadruple Champion du monde prolonge rapidement son contrat: "Je ne pense pas que Lewis soit inquiet car il peut aller où il veut."

"Je suis sûr que si Mercedes est rapide et qu'il a le désir de rester, il restera. Pour être honnête, il ne se souciera pas de de son équipier car il est quadruple Champion du monde et pourrait avoir un cinquième titre d'ici à la fin de l'année. Il est en confiance, il a du talent et tout ça importe peu pour lui."
source: Nextgen-Auto.com

Hartley avoue viser les points à Melbourne
Brendon Hartley est ravi des essais disputés avec Toro Rosso et reconnaît que le kilométrage parcouru ainsi que le niveau de performance montré ont permis une confiance sans faille au sein de l'équipe.

"Tout le monde est motivé et positif" explique Hartley, qui va disputer sa première saison complète en F1. "L'objectif de départ était de se développer durant la saison. Toro Rosso a pris un très bon départ l'an dernier mais il y a eu beaucoup de changements pour s'assurer que nous puissions évoluer positivement."

"L'idée initiale était de se dire que Melbourne serait compliqué, mais nous avons dépassé nos attentes durant les essais et nous allons nous battre pour les points". Cela doit être notre objectif, ce serait fou d'aller à Melbourne sans cette perspective."

Honda a pris une revanche face à McLaren en affichant une très bonne fiabilité mais Hartley estime ne pas être surpris: "Je ne le suis pas car quand j'étais à l'usine il y a un mois, tout le monde était optimiste et positif au sujet du nouveau partenariat avec Honda."
source: Nextgen-Auto.com

Horner regrette que Ferrari 'tienne la F1 en otage'
Christian Horner a fini par réagir au sujet des menaces faites par Ferrari de quitter la Formule 1 si le règlement adopté pour 2021 ne plaisait pas à la Scuderia.

"Je pense que c'est très peu respectueux envers Ross Brawn, l'un des meilleurs ingénieurs de l'histoire de la F1" a déclaré le patron de Red Bull, prenant le parti de Liberty Media et de son directeur technique. "Je pense que Liberty comprend bien ce business et c'est à eux de décider ce qui est bon."

"Ces règles pourraient causer du tort à nous, Ferrari ou Mercedes, mais c'est à Liberty de décider ce qu'ils veulent pour l'avenir de la Formule 1. Il est inévitable qu'il y aura deux champs de bataille. La FOM et la FIA feront les règles et les équipes décideront de s'engager ou non."

Horner le promet, Red Bull ne cherchera pas à s'imposer auprès de Liberty pour concevoir les règles: "Nous n'aurons aucune influence. Ce championnat est géré par la FIA et la FOM et c'est leur boulot de savoir ce qu'ils veulent."

"Tout le monde veut évidemment que Ferrari continue, c'est génial de se battre contre une telle équipe. Mais c'est moche de tenir la F1 en otage comme cela" conclut Horner.
source: Nextgen-Auto.com

La présence de Kubica ne met pas la pression à Sirotkin
Robert Kubica a rejoint Williams dans le rôle de troisième pilote et a donné à son équipe de très bons retours techniques. Toutefois, il n'est pas prévu que le Polonais prenne la place d'un des titulaires et Sergey Sirotkin assure ne pas s'en inquiéter.

"Je n'ai jamais senti sa présence comme une pression" explique Sirotkin. "Il y a déjà beaucoup de pression mais peu importe de la part de qui elle vient. Si je n'étais pas prêt, je ne m'attendrais pas à cela et je ne serais pas ici. J'ai une bonne relation avec Robert, il n'y a aucune pression."

"Bien sûr, il est très expérimenté et c'est ce que nous essayons de partager. Pour être honnête, je suis heureux de la relation entre Lance, Robert et moi, que ce soit notre entente ou notre relation de travail."

Le Russe va démarrer sa première saison en F1 et espère faire au mieux: "Je sais quel est mon niveau, je connais mes limites et je suis certain que si je fais au mieux, je ferai ce qu'attend l'équipe."

"C'est ce que je veux, je ne veux pas exagérer ou tenter d'en faire trop, ni même aller trop vite dans ma tête. Je ne veux rien faire d'extraordinaire, je veux faire le boulot prévu et je sais comment le faire, je pense que c'est assez."
source: Nextgen-Auto.com

Newey va rester en F1 mais regrette l'importance du moteur
Red Bull Racing a confirmé l'information donnée samedi matin par le journal L'Equipe, celle d'avoir engagé Pierre Waché comme directeur technique à la place d'Adrian Newey.

Le Français remplace le célèbre ingénieur mais ce dernier reste dans l'équipe autrichienne, avec toutefois une certaine frustration quant au scénario actuel.

"Mercedes est supérieure sur chaque plan de cette formule de moteurs" a regretté Newey. "Puissance, consommation, maniabilité, récupération d'énergie. On ne peut pas rattraper tout ça avec une meilleure voiture."

Il n'adhère surtout pas au plafond budgétaire que veut imposer Liberty Media: "C'est du socialisme. Et dans la vraie vie, cela ne fonctionne qu'en théorie."

L'ingénieur en profite pour relancer le débat sur les V6 actuels, dont il estime que le poids est trop important pour leur permettre d'être réellement plus écologiques que les anciennes générations.

"En 1998, notre McLaren pesait 580 kilos avec 45 kilos de lest à bord. Aujourd'hui, nous sommes à 733 kilos sans lest. Nous pourrions économiser beaucoup de carburant si nous n'étions pas aussi lourds, mais ça ne serait possible qu'avec d'autres moteurs."
source: Nextgen-Auto.com

Wurz - La tension pourrait vite monter chez Red Bull
Malgré la bonne entente qui dure depuis 2016 entre Daniel Ricciardo et Max Verstappen, Alex Wurz assure que la tension est palpable dans l'équipe autrichienne. L'ancien pilote estime que le manque de clarté dans les rôles de chacun pourrait mener à une situation explosive.

"Chez Ferrari, il y a une division claire des rôles" explique l'Autrichien. "Chez Mercedes, il sera difficile pour Bottas de battre Hamilton. Mais tout est ouvert chez Red Bull. C'est impossible de dire comment ça évoluera mais ce sera très intéressant, il y a de la tension."

Du côté de Ferrari, Kimi Räikkönen a reçu un ultimatum pour 2018 de la part de ses patrons, mais Wurz s'étonne et s'amuse de voir le Finlandais prolonger année après année: "Je me demande combien il a de vies là-bas. On dit qu'un chat a neuf vies, mais Kimi en a probablement 12, ou quelque chose comme ça."

"Au final, le chrono ne reconnaît pas l'âge d'un pilote, donc si Ferrari est convaincue qu'elle peut enregistrer les meilleurs résultats avec de duo, il pourra rester encore après 2018."
source: Nextgen-Auto.com

Haas sera-t-elle la bonne surprise en 2018?
L'équipe Haas est montée en puissance au fil des essais hivernaux de Barcelone et a fini les deux dernières journées dans le haut du classement. La VF-18 a fait forte impression à de nombreux observateurs dont l'ancien pilote Alex Wurz.

"Haas a fait une forte impression selon moi" explique l'Autrichien. "La voiture semble excellente, autant que la Ferrari de l'an dernier. Tout le monde sait à quel point ça a fonctionné. La maniabilité de la voiture est impressionnante, quelle que soit la charge de carburant."

Günther Steiner, directeur de l'équipe, reconnaît que son équipe pourrait faire un bon en avant en 2018 et espère la voir mener le peloton: "Il semblerait que le milieu de grille soit serré mais j'espère que nous pourrons être à l'avant de celui-ci."

Jan Magnussen, ancien pilote de F1 et père du pilote Haas, Kevin Magnussen, a reconnu après les essais qu'il était "difficile d'être pessimiste" après les essais de Barcelone et confirme que son fils se sent à l'aise dans la monoplace.

"Je peux imaginer que ces essais ont donné une grande confiance à l'équipe" explique Magnussen. "Kevin a dit que la voiture est bonne, qu'elle lui correspond et qu'ils ont fait un pas en avant."

"On ne fait que deviner par rapport aux autres. Il y a Toro Rosso, Haas, Williams, McLaren et Renault et c'est difficile de savoir où ils sont dans ce groupe. Mais l'équipe et Kevin sont optimistes. On saura exactement à Melbourne."
source: Nextgen-Auto.com

Horner ne veut pas se plier à la date limite pour le changement de motoriste
La relation entre Renault et Red Bull continue à être très inconfortable pour les deux parties. L'équipe autrichienne continue de regretter alternativement le manque de fiabilité et de performance du constructeur français.

"Nous devrons voir comment ça se passe cette saison mais quand vous avez un déficit de puissance, il faut essayer de compenser avec la voiture", a déclaré Christian Horner.

Renault a envisagé de conseiller à ses clients d'utiliser un quatrième moteur cette saison en prenant des pénalités à un moment stratégique, car la limite de trois moteurs semble difficilement tenable.

"Il sera intéressant de voir qui utilise seulement trois moteurs mais même si les règles étaient plus relâchées, l'ordre de performance ne changerait pas. Le problème est que cette génération de règles moteur n'est pas aussi bonne pour Renault qu'elle l'a été pour Mercedes et Ferrari."

La date limite avancée par le patron de Renault, Cyril Abiteboul, d'après qui Red Bull devrait décider avant mai d'un changement de motoriste, a été réfutée par Horner.

"Ce que nous comprenons, c'est que le mois de mai est le moment où il faut dire à la FIA ce que l'on veut faire, mais ce n'est pas un engagement. Ce sera décidé à la fin de l'été. C'est le timing réaliste de la prise de décision."

Le moteur Honda a été envisagé comme possibilité du fait de son alliance avec Toro Rosso et les bons essais vécus par l'équipe italienne et le motoriste japonais pourraient être une aide à la décision d'un changement pour Red Bull.

"Honda a pris un départ fantastique avec Toro Rosso. Evidemment, nous sommes bien placés pour suivre leurs progrès dans la première moitié de l'année et nous allons les suivre avec grand intérêt", conclut Horner.
source: Nextgen-Auto.com

Marko se montre toujours aussi hostile au HALO
Helmut Marko n'a toujours pas changé d'avis depuis l'été dernier: il est un opposant farouche au HALO.

Ce système introduit à partir de cette année n'a pas beaucoup d'heureux dans le paddock, même si certains pilotes et dirigeants se sont finalement ravisés sur la question. L'Autrichien garde quant à lui le même état d'esprit lorsqu'il s'agit d'évoquer cette armature qui vise à protéger davantage la tête des pilotes.

Selon le consultant de Red Bull, cette structure est tout simplement contre la nature de la discipline, et même finalement anti-productif.

"Je l'ai souvent dit, cela va à l'encontre de l'ADN de la Formule 1. D'un point de vue de la sécurité, cela doit sûrement aider contre les pièces qui peuvent s'envoler aux alentours. Mais regardez un peu comment les pilotes doivent rentrer de force à l'intérieur du cockpit. Je ne peux pas m'imaginer qu'un pilote puisse s'extraire de la voiture dans les temps requis, si jamais il était amené à être blessé."

"Je crois qu'il y avait de meilleures solutions que celle-ci... Mon avis est que le HALO a été introduit de manière précipitée", ajoute Marko en référence au Shield testé par Ferrari et introduit en Indycar.

"Je ne suis pas un expert en la matière, mais cette solution n'est pas bonne au niveau esthétique et je crois également qu'au niveau de la sécurité, il n'a pas été suffisamment bien pensé."
source: Nextgen-Auto.com
Suivez l'évolution du marché des transferts du championnat 2019.

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: YouTube ::.
>> Découvrez les vidéos postés par les acteurs de la F1 et par les journalistes sportifs!
YouTube • Retrouvez-nous sur YouTube à l'adresse:
youtube.com/ZoneF1TV
.:: Publicité ::.