En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus Accepter
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Dimanche 15 Avril 2018

Stratégies et safety car, les ingrédients qu'il fallait maitriser en Chine
Le pilote Red Bull Daniel Ricciardo remporte le Grand Prix de Chine depuis sa sixième place sur la grille de départ. Chaussé des pneumatiques ultrasoft à l'extinction des feux, il respecte ensuite deux arrêts aux stands, le second durant la période de Safety Car. Cette option lui permet ainsi de reprendre la piste avec des "soft" neufs et de profiter de cet avantage pour prendre le meilleur sur ses concurrents, engagés sur une stratégie d'un seul pit-stop. Son équipier Max Verstappen opte pour un choix similaire et les deux monoplaces se suivent lors de leur passage dans la voie des stands.

Dans le clan Mercedes, Valtteri Bottas, deuxième sous le drapeau à damier, privilégie une stratégie totalement différente, identique à celle de son compagnon d'écurie Lewis Hamilton et des deux Ferrari, à savoir un départ en "soft", avant de basculer sur les "medium" lors de son unique arrêt. La grande variété de choix tactiques, qui permit l'usage des trois types de mélanges, anima la lutte aux avant-postes qui, en fonction de la gestion de la gomme, fut particulièrement serrée jusqu'à l'arrivée.

"Dans la foulée de Bahreïn, nous avons assisté une nouvelle fois à une course où les diverses stratégies et les enjeux menèrent à une conclusion absolument fantastique", note Mario Isola, responsable de Pirelli F1.

"Les températures de piste ayant été, aujourd'hui, 20°C plus élevées que ces deux derniers jours, les écuries étaient plongées dans l'inconnu, mais un autre facteur joua un rôle non négligeable dans le résultat final: la longue intervention de la voiture de sécurité."

"Cette dernière a en effet permis aux deux Red Bull de changer de pneumatiques lors d'une période avantageuse, et à leur rivaux restés en piste, de contenir l'usure et la dégradation de leur gomme. Au total, six pilotes - dont le vainqueur - ont en tout cas utilisé les trois types de mélanges mis à leur disposition ce week-end."

LE VÉRITOMÈTRE PIRELLI:

Daniel Ricciardo se calque sur une stratégie de deux arrêts, basculant des "ultrasoft" aux "medium" au 17ème tour, puis des "medium" aux "soft" durant le Safety Car au 31ème tour. Il fut l'un des sept pilotes à prendre le départ de la course avec la gomme ultra-tendre.
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo a tout de même une confiance en baisse
Les problèmes de Renault F1 en ce début de saison pourraient-ils précipiter Daniel Ricciardo dans une autre équipe?

Alors que l'Australien est sur le marché des transferts pour 2019, il admet avoir perdu un peu de confiance dans le motoriste actuel de Red Bull, même s'il a réussi à remporter le Grand Prix de Chine aujourd'hui.

Le remplaçant potentiel, Honda, doit encore prouver sur plusieurs courses ses vrais progrès en termes de performance et de fiabilité.

"Bien entendu, on ne cesse jamais d'espérer. Nous avons une excellente voiture mais trop de problèmes. Avec le temps, l'optimisme se réduit", reconnaissait Ricciardo à propos de la situation actuelle de Renault, après sa victoire du jour.

Le V6 français manque encore clairement de performance face à Mercedes et Ferrari, et les petits soucis de fiabilité risquent de coûter cher en pénalités sur la grille plus tard dans la saison.

"C'est maintenant certain que j'en aurai une d'ici quelques courses, pas à la fin de l'année."

"Ce qui est assez fou, comme je l'ai dit, c'est que les essais hivernaux se sont bien passés côté fiabilité. On ne s'attendait absolument pas à être dans une telle situation après trois courses. Nous avons eu des problèmes en Chine et à Bahreïn."

Ricciardo veut tout de même rester positif.

"Nous n'avons pas pris le meilleur départ pour la saison mais, maintenant, il faut reprendre le contrôle. Cela a commencé avec cette victoire mais les moteurs doivent tenir 7 courses au moins, pas une seule. Nous verrons bien, comme on dit en F1."
source: Nextgen-Auto.com

Rosberg et Lauda critiquent vivement Verstappen
La collision entre Max Verstappen et Sebastian Vettel ne laisse aucun doute quant à l'identité du principal responsable. Tous dans le paddock s'accordent pour dire que le pilote Red Bull a commis une grosse erreur.

Ainsi l'ancien pilote de F1 Nico Rosberg n'hésite pas à faire remarquer que le Néerlandais devrait se ressaisir et prendre le temps de réfléchir.

Pour le Champion du monde 2016, ce qui s'est passé sur la piste de Shanghai est inacceptable.

"On ne peut pas faire les choses de cette manière", explique-t-il.

"Verstappen devrait commencer à se remettre un peu en question."

Rosberg est d'avis que Verstappen devrait un peu descendre de ses grands chevaux.

"Trois courses ont maintenant eu lieu et il s'est déjà planté littéralement 5 fois (sic)."

"À un moment donné, il faut savoir se calmer."

L'Allemand a été surpris de voir la réaction de la direction de la course pour sanctionner l'erreur commise.

"Est-ce que 10 secondes sont suffisantes... Je ne veux pas juger, mais c'était assez sympa comme décision."

Du côté de Niki Lauda, directeur non exécutif de Mercedes, aucun doute non plus: "Max est le seul responsable. On dirait que le message a du mal à passer avec lui..."

"Habituellement, une personne apprend de ses erreurs, elles vous aident à grandir en tant que pilote dans son cas. Mais chez Max on constate que c'est tout l'inverse."

Lauda enfonce: "Je dis même que dans le cas de cet accident, c'est peut-être aussi une question d'intelligence."
source: Nextgen-Auto.com

Magnussen veut rester chez Haas l'année prochaine
Kevin Magnussen espère poursuivre chez Haas pour une troisième année consécutive la saison prochaine. Le Danois s'est bien habitué à son équipe et commence à prendre l'ascendant sur Romain Grosjean chez Haas.

"J'ai toujours gardé un certain niveau de confiance" avoue-t-il au sujet de ses années difficiles avant d'arriver chez Haas. "La différence est que j'ai toujours eu plus de pression."

"J'étais sous énorme pression chez McLaren et c'était pareil chez Renault, car la voiture était très mauvaise. Maintenant, je suis dans une bonne phase de ma carrière avec une équipe qui me soutient à 100%."

Il admet les bienfaits d'une certaine stabilité dans l'évolution de sa carrière: "C'est la première fois dans ma carrière entière, même en dehors de la Formule 1, que j'enchaîne deux saisons consécutives dans la même équipe. C'est la première fois que je réalise à quel point c'est important."

Il ne veut pas encore discuter de son contrat mais assure que Haas possède une option à activer pour le renouveler: "Il n'y a pas grand chose à en dire. Ils ont une option sur mon contrat et j'espère qu'ils vont s'en servir."
source: Nextgen-Auto.com

Lowe - Nous n'avons pas construit une voiture assez bonne
Après avoir déclaré cette semaine que le duo de pilotes de Williams, peu expérimenté, posait problème, Paddy Lowe revient sur ses propos et explique que c'est le facteur humain qui pose problème par son interprétation trop subjective.

L'équipe navigue en fond de peloton depuis le début de saison et Lowe veut que des essais en soufflerie et à l'usine donnent des résultats bruts quant aux défauts de la voiture, ce qui est pourtant éloigné des procédures habituelles qui privilégient les résultats en piste.

"Ce que je veux dire, c'est que lorsque la voiture est pilotée par de vrais pilotes, il faut prendre en compte la qualité du pilote derrière le volant" justifie Lowe avec des propos qui ne semblent pas servir la cause de ses pilotes. "Car les pilotes sont différents et interprètent la voiture de manière différente."

"Nos pilotes actuels sont inexpérimentés mais nous sommes satisfaits de leur travail, et leur professionnalisme ne pose aucun problème. Nous ne pouvons pas nous détourner du fait que nous avons construit une voiture qui n'est pas assez bonne."

Lowe assure que l'équipe Williams n'est pas encore abattue et que le travail est intense à l'usine: "Je ne peux pas dire quand ça ira mieux, mais nous allons faire des progrès significatifs dans la première moitié de saison."

"Même si les résultats ne sont pas fantastiques aujourd'hui en Chine, en finissant 14ème et 15ème, c'est mieux qu'à Bahreïn parce que nous étions cette fois en lutte avec les autres. A Bahreïn ce n'était même pas le cas. C'est donc un sentiment plus positif sur lequel nous allons construire pour les prochaines semaines."
source: Nextgen-Auto.com

Boullier - La voiture n'est pas au niveau de nos objectifs
Eric Boullier estime que McLaren, dont les performances sont en deçà des espoirs, mais également sous le niveau affiché par les deux autres équipes utilisant le même moteur, a peut-être visé une approche trop conservative et n'a pas forcément pris assez de risque durant l'intersaison.

"La voiture n'est pas au niveau de l'objectif, ce qui signifie que l'objectif n'était pas le bon" explique Boullier. "Nous devons revoir nos ambitions et ce que nous voulons réussir. La voiture est très équilibrée, si l'on en croit nos pilotes qui sont satisfaits sur ce plan."

"La voiture réagit toujours selon les réglages que l'on fait. Je pense que la voiture n'a pas de gros défaut en termes de design. Nous devons simplement la rendre plus rapides, autant dans les virages que dans les lignes droites."

Boullier se rend à l'évidence en comparant les résultats de McLaren à ceux de Red Bull et Renault: "Nous avons le même moteur et nous sommes derrière, donc il n'y a rien à cacher, il n'y a rien d'autre que des faits. Nous devons essayer de comprendre pourquoi nous sommes lents en qualifications, pourquoi nous sommes meilleurs en course et pourquoi nous sommes derrière les autres équipes équipées par Renault."

"Il y a évidemment des questions qui ont été posées à Bahreïn, nous sommes en train de travailler pour y répondre et régler les problèmes, et nous y parviendrons. Je dirais même que nous sommes sur le point d'y parvenir."

Le directeur de McLaren attend beaucoup de l'évolution de la MCL33 qui devrait être mise en piste à Barcelone, dans quatre semaines: "C'est difficile, nous ne sommes pas satisfaits de notre classement actuel."

"Nous avons beaucoup de choses à venir et j'espère que ça nous aidera à combler l'écart. C'est clairement loin de ce qu'on attendait mais c'est malheureusement difficile de rattraper les trois meilleures équipes."
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo - Ce sport est fou
Daniel Ricciardo a assuré le spectacle et a encore augmenté sa cote de popularité dans les paddocks en remportant brillamment le Grand Prix de Chine. L'Australien a donc signé une victoire avant les Mercedes... Pensait-il cela possible au début de la saison?

"C'est du bon travail, c'est assez cool. C'est fou! Je me repasse cette course dans ma tête, et c'est incroyable. Je n'ai que six victoires à mon compteur, ce n'est pas beaucoup, mais à chaque fois, j'ai gagné après un enchaînement de circonstances un peu fou. Bakou... et maintenant ici."

"Nous pensions vraiment que nous allions partir en fond de grille [après la casse turbo en EL3]. Nous ne pensions pas que nous allions participer aux qualifications et juste être là, 24 heures après... ce sport est fou!"

"Il y a une semaine j'étais déçu puisque j'abandonnais au bout de deux tours à Bahreïn. Oui, ce sport est aussi frustrant, étant donné toutes les variables en jeu. Parfois je me demande pourquoi j'ai choisi ce sport parce qu'il y a tellement de choses que vous ne contrôlez pas, et cela peut vous faire du mal au moral... Mais quand vous vivez un jour tel que celui-ci, ça compense cinquante mauvais jours! Donnez-moi de quoi me battre pour le titre et je le ferai!"

Daniel Ricciardo est allé chercher cette victoire au prix de nombreux dépassements, dont un dernier remarquable sur Valtteri Bottas.

"Il y avait une opportunité qui tambourinait à ma porte", sourit l'Australien en conférence de presse. "Bien sûr nous avions vu venir cet avantage après la voiture de sécurité, et nous avions des pneus tendres plus frais. J'ai senti cette opportunité. Au début, OK, je me disais que nous allons peut-être nous battre pour le podium. Mais vu notre rythme quand nous remontions le peloton, je pouvais sentir que les pneus tenaient bien, et ensuite, bien sûr, je n'ai visé que la victoire."

"Bien sûr j'avais le rythme tout le long, je pouvais suivre les gars, mais vous ne voulez pas rester à les suivre jusqu'à la fin de la course. J'ai vu Valtteri défendre mais j'étais déjà bien engagé dans le virage 3, et j'ai poursuivi ma tentative de dépassement. C'était cool, c'était serré et ça s'est joué à peu de choses, oui. Mais c'était honnête, et c'est cool d'avoir ce genre de batailles roue contre roue, c'est amusant pour les pilotes et c'est beau à voir à la TV, donc j'ai pris du plaisir. Un dépassement de ce genre est plus savoureux qu'un dépassement dans une ligne droite."

Contrairement à son coéquipier Max Verstappen, Daniel Ricciardo n'a commis aucune erreur en course pour ramener la victoire - un sang-froid exemplaire. L'Australien raconte le moment où il a vu son coéquipier croiser le fer avec Lewis Hamilton. Aurait-il pu tamponner Verstappen à ce moment-là?

"J'ai pu voir Max partir à la faute quelques virages avant. Bien sûr j'ai vu qu'il était proche de Lewis. Je n'étais pas assez proche pour être impliqué dans l'incident sur le moment, donc oui, j'étais juste spectateur. Et bien sûr, j'essayais d'être prêt en cas de contact devant moi."

"Max a tenté un dépassement difficile en passant à l'extérieur de la trajectoire, je pouvais voir qu'une voiture allait probablement ne pas y arriver. C'était assez délicat au début, mais ensuite je pouvais voir que Max prendrait l'extérieur du virage en y entrant avec une vitesse assez élevée, donc à partir de là, c'était assez facile de décider de passer à l'intérieur."

"Mais oui, ce genre de choses arrive très vite et vous réagissez toujours à chaud, donc c'est assez difficile de faire le bon choix. Heureusement je n'ai pas vraiment perdu de temps et oui, c'était assez serré."

Daniel Ricciardo n'a enfin pas souhaité partager son "shoey" avec Kimi Räikkönen, ce qui a donné un petit échange amusant en conférence de presse.

Le Finlandais paraît heureux de n'avoir pas bu dans la chaussure de l'Australien: "Heureusement pour moi...". Et Daniel Ricciardo de le reprendre juste après: "Peut-être qu'on le fera la prochaine fois, c'est un privilège."
source: Nextgen-Auto.com

Wolff déplore une nouvelle erreur de stratégie chez Mercedes
Mercedes peut commencer à s'inquiéter: au bout de trois courses, la firme allemande n'a toujours pas remporté de Grand Prix. Même si Valtteri Bottas et Lewis Hamilton ont réduit l'écart sur Sebastian Vettel, et même si Mercedes a repris de peu la tête au classement des constructeurs, Mercedes reste un ton en-dessous de son niveau de l'an dernier.

"Tout ce week-end ne fut simplement pas assez bon", a réagi un Toto Wolff assez agacé après l'arrivée. "Ce week-end, nous étions probablement 3ème et 4ème, si vous regardez le résultat d'aujourd'hui. Et nous ne voulons pas finir 3ème et 4ème."

Valtteri Bottas a tout de même joué de malchance avec l'entrée en piste de la voiture de sécurité, qui au final a profité aux Red Bull.

"Valtteri aurait mérité de gagner la course", estime Toto Wolff. "Son dimanche fut formidable, il a excellemment piloté. Mais la chance n'était pas de notre côté ces deux dernières courses, et ce fut le cas ici aussi. Nous avons eu une voiture de sécurité au mauvais moment. Cela a tout modifié et les deux Red Bull ont été assez audacieuses pour changer de pneus. Nous pensions que la position en piste était plus importante. Nous avons fait une erreur, et ils ont mérité de gagner."

Toto Wolff reconnaît que son écurie aurait dû arrêter Lewis Hamilton au moment de la voiture de sécurité. Mercedes a encore été trompée par ses calculs informatiques...

"Nous pensions alors que la position en piste devait être la priorité pour nous. Au premier relais il n'y avait pas eu de dépassements. Lewis était en médiums et il ne restait que 10 tours à peine à couvrir. Nos ordinateurs ont prédit que les médiums tiendraient jusqu'à la fin, et que passer en tendres ne donnerait pas un tel avantage. Mais les tendres ont en fait donné un avantage beaucoup plus important que prévu."

"Avec le recul, bien sûr, la bonne stratégie aurait été de s'arrêter une deuxième fois pour repasser en tendres. Mais personne dans l'équipe, y compris moi, ne pensait que c'était la bonne chose à faire."

Mercedes a une fois de plus été trop conservatrice dans son approche stratégique. Pour autant, Toto Wolff réfute toute nonchalance chez les Champions du monde.

"Nous sommes très flexibles. Je pense que nous avons un très bon groupe de stratégistes. Regardez l'undercut de Valtteri, il a fonctionné de manière brillante. Cela devient très complexe si vous avez si voitures en lice pour gagner des courses, au lieu d'une et deux. Soudainement, il y a beaucoup plus d'options ouvertes. Red Bull a fait un choix très osé en rentrant ses deux voitures pour chausser les tendres. Pour eux c'était le bon choix à faire, ils ont visé en plein dans le mille."
source: Nextgen-Auto.com

Horner - Chapeau bas à toute l'équipe et à Daniel
La victoire inattendue de Red Bull a ravi les troupes de Christian Horner, après un week-end compliqué par un souci mécanique sur la voiture de Daniel Ricciardo. Horner félicite toutefois son pilote et ses mécaniciens pour tout le travail fourni.

"Incroyable! C'est un effort d'équipe fantastique", lance Horner. "Chapeau bas aux gars dans les garages qui ont fait deux arrêts doubles, une parfaite stratégie, et chapeau bas à Daniel qui a disputé la course parfaite. C'est la première fois que nous gagnons ici depuis 2010. Après toute la malchance des deux dernières courses, c'est génial de le voir gagner ce Grand Prix."

"Remporter notre première victoire de l'année ici, en Chine, est le résultat d'un travail fantastique. Une bonne stratégie et de bonnes performances par nos équipes qui ont réussi un travail incroyable, surtout avec le changement de moteur sur la voiture de Daniel. Ce dernier a fait une course incroyable et mérité sa victoire. Ses dépassements étaient exemplaires et la stratégie a très bien fonctionné."

Horner est un peu plus mitigé au sujet de Max Verstappen, qui a percuté Sebastian Vettel après un dépassement raté, et qui est sorti de la piste en tentant de dépasser Lewis Hamilton, quelques boucles auparavant.

"La première partie de course de Max s'est très bien passée, mais il a malheureusement perdu du temps à l'extérieur de Lewis et s'est retrouvé derrière Daniel. Il a aussi touché Sebastian en essayant de le passer et a écopé de 10 secondes de pénalité, mais s'est excusé."

"Il a toutefois réussi à terminer cinquième, c'est un résultat qui le laissera frustré mais les performances nous donnent confiance pour la suite de la saison. Puisque je parle du travail d'équipe, je tiens aussi à rappeler que cette victoire provient avant tout des hommes et des femmes à l'usine, et de leur travail acharné ainsi que de leur implication."
source: Nextgen-Auto.com

Ericsson retourne dans l'ombre, Leclerc dans les graviers
Marcus Ericsson n'aura pas connu une deuxième course d'affilée dans les points. Le Suédois a même fini à la 16ème place à Shanghai, derrière les deux Williams, ce qui prouve que la hiérarchie en fin de grille peut elle aussi évoluer franchement d'une course à l'autre.

"J'ai pris un bon départ, mais j'ai perdu quelques places après être parti un peu hors-piste dans l'un des virages. Dans l'ensemble, ma course a eu deux phases. La première partie de la course, j'étais en tendres: et je souffrais un peu puisque l'équilibre n'était pas formidable. Après être passé en médiums, j'ai rattrapé le peloton et je pouvais tenir le rythme. Une fois que nous aurons étudié nos données, nous pourrons commencer nos préparations pour Bakou."

De son côté, après des qualifications réussies et un début de course qui l'était tout autant, Charles Leclerc a commis une erreur en partant dans le bac à graviers. Le Monégasque a pu par chance repartir, mais cette sortie de piste lui a coûté du précieux temps au final. Il échoue à la 19ème place, à 14 secondes de Pierre Gasly.

"Ma course ne fut pas idéale. J'ai commencé en tendres. J'étais assez heureux de mon rythme et j'ai réussi à progresser jusqu'à rattraper le peloton. Peu après je suis passé en médiums, et je suis allé dans les graviers... j'ai un peu endommagé mon fond plat et j'ai commencé à être un peu en souffrance avec l'équilibre de la voiture. Malheureusement j'ai aussi perdu deux places dans cet incident."

Frédéric Vasseur se félicite tout de même que Charles Leclerc "avait le rythme du milieu de peloton" en début de course, ce qui lui avait permis de regagner quelques places.

"Mais le timing de la voiture de sécurité n'était pas idéal, car cela a donné l'opportunité à nos concurrents d'avoir un arrêt aux stands gratuit" regrette le dirigeant français.

"Dans l'ensemble le rythme de course est là et nous pouvons voir que nous sommes dans la bataille du milieu de grille. Nous devons toujours progresser en qualifications. C'est la prochaine étape."
source: Nextgen-Auto.com

McLaren sauve encore les meubles grâce à Alonso
Fernando Alonso a de nouveau réalisé un dimanche remarquable dans sa McLaren: la monoplace orange n'était pas particulièrement rapide dans les lignes droites de Shanghai, mais l'Espagnol a fait le travail pour ramener les 6 points de la 7ème place, s'offrant le luxe de dépasser Sebastian Vettel en fin d'épreuve.

"De nouveau,, nous semblons mieux performer le dimanche que durant le reste du week-end, ce qui est bien, puisque c'est le dimanche qu'on marque des points."

"C'était une course bien exécutée de notre côté: 13ème au départ, 11ème après le premier tour. La voiture de sécurité n'a pas joué en notre faveur puisque nous étions sur une stratégie à un seul arrêt. Nous avons profité de la voiture de sécurité pour passer des pneus plus frais mais la voiture de sécurité a donné à tout le monde l'opportunité de s'arrêter."

"Nous avons eu des bonnes batailles avec Haas et Ferrari, même si ce ne fut pas vraiment un combat à armes égales avec Sebastian Vettel, puisque sa voiture était apparemment endommagée - elle souffrait dans les virages. Nous l'avons rattrapé, j'ai vu que la porte était ouverte, et donc j'y suis allé."

Fernando Alonso le concède néanmoins: il sait qu'en rythme pur, sa McLaren est encore loin de valoir une Ferrari.

"J'étais un peu surpris quand j'ai vu que la Ferrari n'allait pas tellement vite à la fin. J'ai demandé quel était le problème et apparemment il y avait des dégâts sur sa voiture, donc Sebastian souffrait un peu dans les virages. Il partait au large dans les virages, jusqu'à passer dans l'herbe, donc il faut à un moment donné lâcher prise quand vous êtes dans cette situation."

"7ème, c'est un résultat formidable pour l'équipe après un week-end difficile. Mais sans aucun doute, il nous faut nous améliorer. Notre rythme n'était pas là tout le week-end et nous n'étions pas assez rapides en course."

Fernando Alonso a été sous enquête des commissaires pour son dépassement sur Sebastian Vettel. Aucune sanction n'a été prise contre lui.

De son côté, après un départ raté, Stoffel Vandoorne n'a jamais pu vraiment remonter dans le peloton et n'a fini que 13ème, derrière les deux Force India. Le Belge souffre en ce début de saison face au double Champion du monde espagnol...

"Je n'ai pas pris un départ formidable aujourd'hui et j'ai perdu quelques places lors du premier tour. J'ai réussi à faire trois dépassements solides pour regagner des positions avant mon arrêt. Nous nous sommes demandé s'il fallait faire un ou deux arrêts, mais malheureusement, notre stratégie à un seul arrêt n'a pas vraiment payé à la fin, puisque les autres ont bénéficié de l'arrêt aux stands sous voiture de sécurité."

"Nous pensions qu'il y aurait plus d'opportunités à la fin, mais nous n'avions pas le rythme et j'ai senti une forte vibration dans ma voiture, ce qui a rendu plus difficiles mes derniers tours."

"Nous espérions un meilleur dimanche, mais malgré tout, nous avons montré de nouveau que notre rythme de course était plus solide que notre rythme en qualifications. Nous travaillons dur pour améliorer notre performance le samedi, et j'espère que nous aurons un week-end plus solide à Bakou."
source: Nextgen-Auto.com

Dix points de plus pour Renault F1 au GP de Chine
Renault F1 et Nico Hülkenberg prennent une belle sixième place au terme d'un Grand Prix de Chine exaltant et disputé.

Après avoir bataillé lors d'un premier tour très animé, Nico a bien géré ses pneumatiques tout en profitant de l'intervention de la voiture de sécurité pour effectuer son deuxième arrêt et menacer d'autres concurrents en fin de course. Carlos a connu un scénario similaire en se classant neuvième grâce à une offensive menée jusqu'au dernier tour.

Nico Hülkenberg s'élance depuis la septième position avec les Pirelli ultratendres (violet) utilisés en qualifications. Septième au 13ème tour, il s'arrête pour chausser un train de médiums neufs. Lors de l'intervention de la voiture de sécurité au 31ème tour, il est septième lorsqu'il décide de repasser par les stands pour passer des nouveaux tendres. "Au départ, tout le monde semblait avoir peu d'adhérence tant les voitures glissaient partout! Dès le départ, nous étions sur une stratégie à deux arrêts. Il fallait donc faire durer les pneus tout en maintenant un bon rythme. Cela a payé. La voiture de sécurité a joué en notre faveur en nous facilitant les choses, mais je pense que le résultat aurait été le même sans cela. Aujourd'hui, le rythme était bon et nous étions les meilleurs des autres. C'est loin d'être une mauvaise journée et nous empochons huit points au terme d'une course très amusante!"

Neuvième sur la grille, Carlos Sainz débute sur ses ultratendres des qualifications. Au 12ème tour, il est neuvième lorsqu'il s'arrête pour un jeu de médiums neufs qu'il échange pour des tendres neufs alors qu'il est neuvième au 31ème tour.

"Encore les deux voitures dans les points, bien joué! J'ai pris un excellent départ, mais une Red Bull m'a tassé au premier tour. J'ai alors perdu quelques places mais je suis revenu derrière Nico. Dès lors, nous avons réussi à couvrir nos deux arrêts avec l'aide de la voiture de sécurité. Dans mon dernier relais, le trafic derrière Alonso et Magnussen a trop fait souffrir mes pneus. Je devais les préserver pour en profiter en fin de course. C'était vraiment serré avec Vettel... Je pense que je l'aurais eu avec un tour de plus! Dans l'ensemble, je suis content de marquer de nouveaux points, mais je dois encore travailler avec mes ingénieurs pour avoir pleinement confiance au volant."

Cyril Abiteboul, Directeur général, conclut:

"C'est évidemment une bonne journée pour l'équipe qui montre qu'elle gagne en maturité. Nous étions bien placés sur la grille de départ avec nos deux voitures dans le top dix, mais cela nous a mis dans une position difficile pour la stratégie. Nous savions que nous devions faire deux arrêts là où nos adversaires n'en faisaient qu'un. Grâce aux nombreux dépassements de nos pilotes, nous y sommes parvenus. La voiture de sécurité a un peu aidé, mais je ne pense pas que cela ait beaucoup changé la physionomie de la course. L'équipe se construit et devient plus forte à tous les niveaux. Notre rythme est encourageant, tout comme l'est la victoire de Daniel Ricciardo. Cela démontre que le groupe propulseur Renault peut remporter des courses."
source: Nextgen-Auto.com

Les pilotes Williams ont vécu une course difficile
L'équipe Williams a terminé assez loin, aux 14ème et 15ème rangs du Grand Prix de Chine. Une performance moins mauvaise qu'à Bahreïn, mais loin d'être suffisante. Lance Stroll s'est toutefois illustré grâce à un départ très réussi, le propulsant du 18ème au 12ème rang.

"C'était encore un super départ et comme à Bahreïn, j'ai gagné cinq ou six places" déclare Stroll. "Après cela, je pense que nous avons tiré le maximum de la voiture. Nous n'avons pas été chanceux avec la voiture de sécurité car les gars en deux arrêts en ont eu un de gratuit devant nous."

"Je pense qu'il était possible de battre les Force India aujourd'hui, pas grâce à notre rythme, mais avec le bon départ et la stratégie. C'est dommage mais je suis content de la course. Nous avons effectué notre stratégie et je pense que nous avons fait le maximum."

Son équipier, Sergey Sirotkin, a vécu une course compliquée et a tout donné pour faire au mieux: "Je n'avais rien à perdre donc je me suis battu au départ. J'ai essayé de gagner quelques positions mais dans le peloton, c'est difficile de vraiment en profiter et je pense que nous aurions pu faire mieux. Après cela, j'ai eu du mal à trouver mon rythme."

"C'était difficile de faire fonctionner les pneus dans le premier relais. A un moment, quand j'avais la piste libre, j'ai pu stabiliser un peu [le rythme], mais ça restait très compliqué. Nous nous sommes arrêtés pour un nouveau train de pneus médiums et ensuite de tendres après la voiture de sécurité. Je ne sais pas ce qu'il s'est passé mais ils avaient moins d'adhérence que les médiums, donc nous avons perdu encore plus de temps et ensuite nous avons simplement rallié l'arrivée."
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen - Je suis déçu par ce que j'ai fait
Max Verstappen a présenté ses excuses à Sebastian Vettel après l'arrivée du Grand Prix de Chine.

Sa collision avec le pilote allemand a coûté cher aux deux hommes et le Hollandais en est conscient. Quelques heures après le drapeau à damier, l'adrénaline est redescendue et le pilote Red Bull tire son bilan.

"Ce n'est évidemment pas le résultat que je souhaitais. Nous avons manqué l'opportunité de signer un double podium", reconnait-il.

Verstappen revient sur sa première erreur de la course.

"J'ai essayé de passer Lewis à l'extérieur d'un virage rapide mais il y avait trop de boulettes de gomme et je suis parti au large. C'est dommage parce que j'étais alors en bonne place, devant Daniel qui a fini par gagner."

"Malgré cela il restait la possibilité de faire un doublé mais j'ai fait plusieurs erreurs, dont une avec Sebastian. Il souffrait avec ses pneus, j'avais une opportunité mais je l'ai touché. Ce n'est pas ce que l'on veut, et c'est facile à dire après coup, mais j'aurais dû attendre. C'est probablement ce qui aurait été la meilleure idée, malheureusement ce n'est pas ce qu'il s'est passé et c'est pour cette raison que ça a coincé."

Le Hollandais fait son mea culpa.

"La première et la deuxième place auraient été atteignables pour notre équipe, mais hélas, j'ai commis cette erreur. C'est certes très malheureux quand cela se passe ainsi, mais ce genre de choses arrive et je ne peux maintenant plus rien changer. Je suis déçu par ce que j'ai fait. Parce que l'équipe a tout fait à la perfection en nous servant une stratégie parfaite et en nous fournissant une excellente voiture."

"Je vais désormais tout analyser de manière méticuleuse, revenir plus fort. En attendant bravo à l'équipe et à Daniel pour cette victoire."
source: Nextgen-Auto.com

La voiture de sécurité a 'détruit' la course de Haas
Kevin Magnussen a réussi à se glisser dans le Top 10, mais a été battu par les deux Renault comme par Fernando Alonso. Le Danois inscrit son 11ème point cette saison mais espérait peut-être un peu mieux.

"J'ai juste été malchanceux avec la voiture de sécurité" regrettait-il après l'arrivée. "Notre stratégie a porté ses fruits au début, mais ensuite la voiture de sécurité est sorti au mauvais moment. Nous n'avons pas tiré profit de notre stratégie - ç'aurait été le cas sans voiture de sécurité. Je ne sais pas si nous aurions dû nous arrêter une deuxième fois. C'était une décision difficile à prendre. Je pense juste que la voiture de sécurité est sortie à un très mauvais moment et nous n'avons donc pu marquer plus d'un point. C'est toujours OK, mais nous aurions espéré un peu plus. La saison est longue et j'espère que nous continuerons à marquer des points. Je suis fier de notre performance en tant qu'équipe."

De son côté, Romain Grosjean n'a pas été verni. Le Français partait en ultratendres, et ce désavantage pneumatique s'est accentué au fil de la course. Il a dû abandonner sa stratégie initiale pour repasser par les stands, ce qui lui a coûté beaucoup de temps. Il finit 17ème et n'a toujours pas ouvert son compteur cette saison.

"Il y a un chat noir. J'étais sur un arrêt, sur une stratégie en ultratendres et médiums, mais c'était très difficile à faire sur la durée de la course. Le premier relais se passe pas trop mal, je repars dans le trafic, je n'arrive pas à passer la Force India, mais ce n'était pas grave puisqu'elle était sur une stratégie à deux arrêts... Mais au milieu de mon relais, de mon très long relais sur les médiums, il y a eu la voiture de sécurité. Et à partir de ce moment-là au restart, je savais que ce serait une catastrophe."

"Les pneus sont à cinquante degrés. Ces pneus ne sont pas bons du tout, et s'ils ne sont pas dans la bonne fenêtre, ils ne marchent pas du tout. On a ensuite chaussé les ultratendres pour les dix derniers tours, pour apprendre."

"S'il y a du bon dans cette voiture? Je n'en sais trop rien, ça fait trois courses que je n'ai pas de chance... ça commence à être un petit peu dur. A Melbourne on manque quelque chose de génial, à Bahreïn ma voiture part en lambeaux. Aujourd'hui on aurait pu faire 7ème et 8ème. Mais cette malchance dure depuis un petit moment donc ça fait beaucoup."

Günther Steiner regrette lui aussi un dimanche "difficile" pour son équipe.

"La voiture de sécurité a détruit notre course. Kevin allait finir 7ème, et Romain 8ème ou 9ème. Les Renault ont eu un arrêt aux stands gratuit et par conséquent, nous avons fini à ces positions. Nous n'avons pu remettre les pneus dans leur bonne fenêtre de température après la voiture de sécurité. Mais nous avons montré que nous pouvions nous battre pour les mêmes positions que lors des deux dernières courses. Sur certains circuits nous sommes les meilleurs des autres."
source: Nextgen-Auto.com

Difficile journée pour Toro Rosso, entre accrochage et performances catastrophiques
Le week-end de Toro Rosso a tourné à la catastrophe après un accrochage entre les deux pilotes, qui étaient jusque là en difficulté à cause du rythme très moyen de leur monoplace. Pierre Gasly a terminé 18ème tandis que Brendon Hartley, esseulé en fond de classement, a abandonné.

"C'était un week-end difficile pour nous car nous n'avons jamais trouvé le rythme depuis samedi matin" explique Gasly, qui a été pénalisé après l'accrochage. "Nous savions que la course serait difficile après les performances en qualifications, et la voiture était délicate."

"Les choses n'ont pas tourné en notre faveur et nous avons beaucoup de choses à analyser pour comprendre pourquoi nous étions rapides à Bahreïn et en difficulté à Shanghai."

Gasly laisse un mot également pour son équipier après l'avoir harponné: "Je m'excuse auprès de Brendon pour le contact entre nous, l'équipe m'a dit qu'on allait changer de position et je suis allé à l'intérieur en pensant qu'il me laisserait de la place. Malheureusement, je ne pense pas qu'il m'ait vue et une fois à l'intérieur, il n'y a rien que je pouvais faire."

"Nous avons perdu beaucoup de temps après cela, j'ai cassé mon aileron et la direction était tordue en fin de course, donc c'était très difficile de piloter la voiture et nous n'avons pas pu faire mieux. Nous devons travailler pour être prêts pour Bakou, c'est une piste que je connais et j'ai hâte d'y être."

Brendon Hartley ne peut qu'approuver les propos de son équipier quant aux difficultés de l'équipe à Shanghai: "C'était difficile pour nous, je n'avais aucune adhérence en début de course avec les gommes ultra-tendres, ce qui a compromis notre stratégie. Nous avons tenté des stratégies alternatives puisque nous partions de l'arrière de la grille, mais rien n'a fonctionné."

"Je pense que l'accident avec Pierre est dû à une mésentente. L'équipe nous a demandé d'intervertir nos positions car nous étions sur des stratégies différentes et j'allais le laisser passer à la sortie du virage 14, comme je l'ai fait en début de course."

"La deuxième fois où nous avons dû changer nos positions, j'avais prévu la même chose mais j'ai été percuté par l'arrière à l'épingle. A la fin de la course, j'ai été obligé d'abandonner car l'équipe a vu un souci sur la boîte de vitesses. C'était une longue journée."
source: Nextgen-Auto.com

Vettel critique le timing de l'entrée en piste de la voiture de sécurité
Sebastian Vettel a regretté et critiqué la décision tardive de la direction de course, qui a envoyé la voiture de sécurité en piste avec un léger décalage. Un timing qui a permis aux Red Bull de changer de gommes et d'aller chercher la victoire.

"Le timing de la voiture de sécurité était mauvais pour Valtteri [Bottas] et moi car nous n'avons eu aucune chance de réagir" regrette Vettel. "La course n'était pas neutralisée, comme elle l'est habituellement avant d'avoir la voiture de sécurité. Elle était immédiatement présente et nous n'avons pas pu décider de changer de stratégie et de mettre des pneus frais."

Il explique qu'avec un timing similaire à celui des pilotes Red Bull, il serait lui aussi passé par les stands pour chausser des pneus frais et plus rapides. Il se remémore d'une course en 2014 où une situation similaire s'était déjà produite.

"En Hongrie, en 2014, nous avions vécu la même situation, où les leaders avaient été désavantagés par la voiture de sécurité qui était sortie après leur passage de l'entrée des stands. Je comprends qu'il faille réagir rapidement quand une chose se produit, et qu'il est alors difficile de réfléchir aux écarts entre les monoplaces."

"Mais nous avions déjà fait deux tours avec les débris sur la piste, donc pourquoi ne pas avoir fait entrer la voiture de sécurité 30 secondes plus tôt, afin que tout le monde puisse avoir une chance de décider d'un éventuel arrêt?"

S'il en critique le timing, Vettel ne critique en rien la décision elle-même: "Je ne connais pas les écarts mais je pense que la voiture de sécurité était justifiée car il faut donner aux commissaires une minute et demie, ou deux minutes afin de pouvoir nettoyer la piste. De mon point de vue, ce n'est pas juste de l'envoyer quand ça change la course."
source: Nextgen-Auto.com

Ocon devance Perez mais Force India reste hors du Top 10
Sans abandon dans le Top 10, Force India n'a pu cette fois-ci rentrer dans les points. Parti devant son coéquipier, Esteban Ocon l'a tenu en respect dans les derniers tours, mais échoue à cinq secondes des points et de Kevin Magnussen.

La Force India est en progrès en course. Le rythme demeure néanmoins insuffisant pour les Roses, qui demeurent 9ème au classement des constructeurs.

"Il m'a manqué plein de choses. Au départ je me fais pousser dans l'herbe, je perds un peu de temps. Après on était bien dans les points jusqu'à la voiture de sécurité. On est rentré aux stands mais ce n'était pas le bon choix de pneus, je reste coincé derrière Romain Grosjean pendant cinq tours et il défend sa vie. C'était un peu limite. J'ai perdu beaucoup de temps là-dessus, c'est pour ça que je manque les points."

"Mais ce qu'il faut retenir c'est qu'on était solide en vitesse, pas une voiture ne nous a doublés aujourd'hui, sur la piste. Donc on était solides en rythmes et c'est ça qu'on retient."

Sergio Pérez regrette lui aussi un départ qui lui aura coûté cher.

"Ce fut une autre course ruinée au premier tour. Le départ fut chaotique et j'ai eu beaucoup de problèmes. J'ai été poussé à l'extérieur par une Renault à la sortie du virage 4 et j'ai alors perdu beaucoup de places. Cela a ruiné notre week-end. Nous avions alors les pneus les moins rapides et je n'y pouvais pas grand-chose. Nous avons fini non loin des points et l'équipe m'a arrêté au bon moment, ce qui m'a donné une opportunité d'essayer de dépasser Kevin Magnussen, mais j'ai manqué de temps."

"Nous pouvons nous concentrer sur les points positifs: nous nous rapprochons de notre niveau et de nos concurrents. Hier nous avons fait un bon pas en avant, nous avons encore progressé aujourd'hui et je suis confiant, une fois que la saison européenne commencera, nous pourrons commencer à obtenir des résultats plus solides."

Robert Fernley, le directeur d'écurie adjoint, estime que Force India avait un "avantage en termes de rythme de course aujourd'hui", mais ses monoplaces ont fini par être "bloquées dans le trafic."

"Le rythme de la voiture était solide et c'est définitivement un point positif que nous prendrons en compte dans notre préparation pour Bakou" conclut le dirigeant.
source: Nextgen-Auto.com

Marko estime que Verstappen est conscient de s'être puni seul
Max Verstappen a été pénalisé en course pour avoir percuté Sebastian Vettel, même s'il n'a perdu qu'une place à cause de cette pénalité. Souvent occupé à défendre son pilote, Helmut Marko ne peut qu'admettre l'erreur de celui-ci.

"Max a sur-piloté quand il a cherché à dépasser Vettel", déclare Marko. "C'était une erreur de sa part. Il s'est excusé. Cela peut arriver en course. Je lui ai dit que son moment viendrait, mais qu'il ne doit pas sur-piloter."

"Il sait ce qu'il a perdu. Il y avait une victoire qui lui tendait les bras mais il l'a gâchée. C'était tout de même une belle course de nos pilotes. Il a 19 ou 20 ans (sic), il est très jeune et ça peut arriver."

Du côté de Daniel Ricciardo, qui a dépassé les trois leaders pour aller chercher la victoire, Marko félicite plutôt le travail d'équipe accompli avec la stratégie et le changement de moteur, survenu hier entre les derniers essais libres et les qualifications.

"Avec l'autre choix de pneus, nous étions déjà en bonne forme, mais ici il y a souvent des apparitions de la voiture de sécurité et nous avons réagi en temps réel."

"Mais tout a commencé samedi avec nos mécaniciens qui ont réussi à changer le moteur. Sans quoi Ricciardo aurait commencé dernier, et je ne pense pas que ce résultat aurait été possible. Un grand merci à toute l'équipe. Tout le monde a fait un très bon travail."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton qualifie son week-end à Shanghai de 'désastre'
Lewis Hamilton semble perdre confiance au fil des courses, ce qu'il confirme après un Grand Prix de Chine qu'il décrit comme désastreux. Le Champion du monde a perdu plusieurs places au départ mais a surtout manqué de rythme tout au long de la course.

Il termine quatrième grâce à l'accrochage entre Max Verstappen et Sebastian Vettel. Sans cela, il était parti pour terminer au sixième rang et concéder quelques points supplémentaires à Vettel. Pire pour lui, Valtteri Bottas semble nettement plus à l'aise avec la F1 W09.

"Je n'étais nulle part. Je n'avais aucun rythme", constate un Hamilton dépité. "J'ai simplement essayé de m'accrocher à ce que j'avais. Nous avons beaucoup de travail devant nous, et particulièrement de mon côté. Je parle sur un plan personnel, mais c'est aussi en tant qu'équipe car nous manquons de performance."

"Les journées d'hier et aujourd'hui ont été un désastre de mon côté, donc je dois essayer de rectifier cela et revenir dans un mode de performance normal. Sinon, d'autres points importants seront perdus. Je dois remercier les incidents qui ont eu lieu devant moi aujourd'hui et qui m'ont permis de sauver les meubles."

Hamilton se rassure par le niveau de performance de Bottas, ce jour en Chine, mais voit la concurrence se rapprocher: "Ce début de saison n'est décidément pas simple pour toute notre équipe même si nous méritions la victoire aujourd'hui avec Valtteri. Cela démontre que nous sommes dans le coup mais que les autres sont aussi là. C'est ce que j'avais prédit et cette saison va donc être passionnante."
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen et Gasly prennent aussi des points de pénalité
Max Verstappen et Pierre Gasly ont également reçu des points de pénalité sur leurs licences pour les collisions dans lesquelles ils ont été impliqués durant le Grand Prix de Chine.

Gasly a écopé de ses 2 premiers points de pénalité alors que Verstappen en comptabilise à présent 5 pour la période de 12 mois.

Les commissaires ont décidé que les deux pilotes était les principaux responsables de leurs accidents lors de la course, et ont infligé 10 secondes de pénalité sur le temps de course de chacun.

Rappelons que Gasly s'est accroché avec son propre coéquipier Brendon Hartley au virage numéro 14, Verstappen est pour sa part rentré dans la Ferrari de Sebastian Vettel au même endroit.
source: Nextgen-Auto.com

Vettel relativise l'incident après les excuses de Verstappen
L'un des principaux faits de course du jour à Shanghai a été l'accrochage entre Max Verstappen et Sebastian Vettel. Ce dernier a finalement terminé huitième et le pilote Red Bull a été pénalisé. Les deux hommes se sont expliqués après la course.

"Je ne l'ai vu qu'au dernier moment. J'ai laissé un peu de place", explique Vettel. "Je m'attendais à ce qu'il vienne plus tôt. Je n'avais aucune intention de résister car il était clair, après avoir été passé par Daniel, qu'il n'y avait aucun intérêt à le faire, ils étaient trop rapides en pneus plus frais."

"Je ne voulais pas compromettre ma course à cause des gars derrière. Il a fait une erreur, il a bloqué ses roues, ça arrive avec une aspiration comme celle-ci. Je pense qu'il a fait une erreur de jugement qui a compromis nos deux courses."

Vettel essaie de rester philosophe mais regrette que Verstappen commette encore des erreurs de jeunesse: "Ce n'est plus un jeune pilote, désormais. Mais cela peut arriver, même quand on a 300 courses au compteur. Les jugements sont parfois difficiles à établir dans la voiture."

"Il faut toutefois garder ces choses à l'esprit et éviter l'accident. Nous avons tous les deux été chanceux", conclut Vettel, qui a reçu les excuses de Verstappen après l'arrivée.

Ce dernier reconnaît évidemment pleinement ses torts, ce qui est la raison pour laquelle il a tenu à aller s'excuser directement auprès du pilote Ferrari.

"Oui, je me suis excusé. Je le voyais en difficulté avec ses pneus et j'ai essayé de freiner tard. J'ai bloqué les roues arrières et je l'ai percuté. C'était évidemment de ma faute."

Verstappen reconnaît s'être précipité et regrette de ne pas avoir eu cette clairvoyance pendant la course: "Ce n'est pas ce que l'on veut, et c'est facile à dire après coup, mais j'aurais dû attendre. C'est probablement ce qui aurait été la meilleure idée, malheureusement ce n'est pas ce qu'il s'est passé."
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo est allé chercher sa victoire sur la piste
Quel week-end pour Daniel Ricciardo! Lancé de justesse en qualifications après une casse moteur en essais libres hier matin, l'Australien est parti sixième sur la grille. Avec des pneus plus frais installés sous régime de voiture de sécurité, Ricciardo a parfaitement maîtrisé la deuxième partie de course pour aller dépasser tous les leaders.

"Il semblerait que je ne gagne pas de courses ennuyeuses, c'était inattendu", déclare Ricciardo. "Il y a 24 heures, je pensais qu'on pourrait démarrer du fond de grille. Grâce à mes mécaniciens, j'ai pu les récompenser aujourd'hui, ils ont vraiment travaillé dur."

"J'ai entendu que la voiture de sécurité rentrait quand j'étais au virage 14 et l'on m'a dit de rentrer. C'était très rapide mais décisif, c'était une décision gagnante de la part de l'équipe."

Ricciardo revient ensuite sur ses dépassements, qui lui ont permis de se défaire de deux Mercedes et d'une Ferrari, dans un contexte où l'on critique le manque de spectacle en F1: "Parfois, il faut juste se lancer y aller. J'ai pris beaucoup de plaisir. Je savais que je pouvais mieux freiner grâce aux pneus tendres. Très souvent, on a une chance, donc j'ai fait le maximum de chacune d'entre elles."
source: Nextgen-Auto.com

Bottas - Nous méritions la victoire aujourd'hui
Valtteri Bottas croyait pouvoir gagner le Grand Prix de Chine, en s'arrêtant plus tôt que la Ferrari de Sebastian Vettel.

Cela a permis au Finlandais de prendre la tête de la course mais une voiture de sécurité a permis à Red Bull de tenter un coup de maitre. Bottas, comme les autres pilotes derrière lui, n'a rien pu faire pour empêcher Ricciardo de le doubler et lui prendre la victoire finale.

"La course se déroulait plutôt bien pour nous et nous avions l'air forts jusqu'au moment où les Red Bull se sont arrêtées durant l'intervention de la voiture de sécurité. Nous avons alors eu des difficultés avec Daniel et un peu avec Kimi, mais j'ai pu rester 2ème."

"C'est décevant, nous étions en train de donner tout ce que nous avions et pensions que nous méritions la victoire."

"J'avais l'impression que tout était sous contrôle et je n'ai effectué aucune erreur majeure, donc je pense que j'aurais pu résister face à Sebastian s'il n'y avait pas eu la voiture de sécurité."
source: Nextgen-Auto.com

Räikkönen content de sauver le podium
Kimi Räikkönen a réussi à terminer sur le podium du Grand Prix de Chine mais sa course a été vite compromise par son départ et le choix tactique de Ferrari... avant que l'intervention de la voiture de sécurité ne vienne améliorer la situation.

"J'ai pris un bon envol mais j'ai été bloqué à l'intérieur et j'ai dû laisser passer d'autres pilotes dans les premiers virages. Ce n'est jamais évident de savoir quelle trajectoire prendre ici", commente le Finlandais.

"Ensuite, nous sommes restés en piste très longtemps mais nous avons eu un peu de chance avec la voiture de sécurité. Cela dit, ça aurait été plus facile avec les pneus tendres qu'avec les pneus mediums."

Räikkönen a tenté de dépasser Bottas pour la 2ème place en fin de course grâce à ses pneus plus frais.

"J'en ai été très proche mais c'est vraiment difficile de dépasser ici quand les voitures sont très proches. Mes pneus n'étaient pas beaucoup plus frais que les siens en fin de course."
source: Nextgen-Auto.com

GP de Chine - Course
Daniel Ricciardo a offert la première victoire de la saison à Red Bull Racing en s'imposant au GP de Chine sur le circuit de Shanghai. L'Australien, dont le dernier succès remontait au GP d'Azerbaïdjan l'an dernier, s'est facilement débarrassé de Valtteri Bottas (Mercedes) dans la seconde partie de la course pour signer son sixième succès en F1.

Le Finlandais avait auparavant pris l'avantage sur le poleman Sebastian Vettel (Ferrari) en réalisant un "undercut". Il s'est retrouvé poursuivi par son compatriote Kimi Räikkönen (Ferrari) dans les derniers tours. Le Champion du monde 2007 complète finalement le podium.

Max Verstappen (Red Bull) a coupé la ligne d'arrivée en quatrième position, mais le Néerlandais a reçu une pénalité de dix secondes et glisse finalement à la cinquième place derrière Lewis Hamilton (Mercedes) en manque de rythme sur cette épreuve. Le pilote du Taureau Rouge a été pénalisé pour avoir heurté Sebastian Vettel (Ferrari). Le leader du championnat a terminé en tête-à-queue et a glissé jusqu'à la huitième position.

Nico Hülkenberg (Renault) signe pour la deuxième fois consécutive une sixième place, suivi par Fernando Alonso (McLaren) qui a pu gagner une position en dépassant le poleman dans les dernières boucles. Le Top 10 est complété par Carlos Sainz (Renault) et Kevin Magnussen (Haas) qui précède les Force India d'Esteban Ocon et de Sergio Pérez.

Stoffel Vandoorne (McLaren) a échoué à la 13ème place devant les Williams de Lance Stroll et Sergey Sirotkin. Marcus Ericsson (Sauber) est 16ème devant Romain Grosjean (Haas) qui a dû repasser par les stands.

Brendon Hartley (Toro Rosso) est le seul pilote à avoir abandonné. Le Néo-Zélandais a été heurté par son coéquipier Pierre Gasly qui termine au pénultième rang devant Charles Leclerc (Sauber). (voir les résultats et le résumé)
source: AUTOhebdo.fr

Ricciardo - On passe notre temps à espérer que rien ne casse
Daniel Ricciardo a évité une pénalité très précoce dans la saison après sa casse moteur ce samedi à Shanghai, puisqu'il a simplement reçu un nouveau moteur, un nouveau turbo et un nouveau MGU-H. A Bahreïn, il avait reçu une nouvelle unité de stockage d'énergie, la deuxième sur deux autorisés durant la saison. L'Australien est conscient de ne plus pouvoir éviter les pénalités cette année.

"Cela signifie qu'à un moment, je démarrerai forcément du fond de grille sur un circuit" reconnaît Ricciardo, qui a déjà vécu deux avaries profondes cette saison. "Malheureusement, c'est un territoire un peu familier. Nous avons eu des hauts et des bas ces dernières années."

"Ce n'est pas une nouveauté pour moi mais après les essais hivernaux, nous n'espérions pas en être à deux gros problèmes en trois courses. Les essais hivernaux semblaient pourtant positifs sur le plan de la fiabilité."

Le pilote Red Bull commence à se résigner quant aux capacités de Renault à résoudre les problèmes de fiabilité. Une fiabilité qui affecte pourtant nettement moins Renault et McLaren.

"Sur le plan du pilotage, on passe notre temps en piste à espérer que rien ne casse. Et mentalement, quand on sait qu'on n'échappera pas à des pénalités... Nous ne sommes pas dans le rythme de Ferrari et je ne pense pas au championnat. Mais si nous sommes en position de le remporter, ces pénalités seront très difficiles à supporter."

Des déclarations qui sont nettement plus sombres que les standards de Daniel Ricciardo, ce qui ne manquera pas de relancer l'idée d'un possible passage chez Ferrari pour lui en 2019.
source: Nextgen-Auto.com

La domination de Ferrari, un tournant du championnat?
La situation est compliquée chez Mercedes, où les questions se multiplient quant à la domination affichée par Ferrari, la semaine dernière en qualifications, et surtout ce week-end, en Chine. Sebastian Vettel et Kimi Räikkönen ont relégué les pilotes des flèches d'argent à plus d'une demi-seconde sur la grille.

"Nous sommes très loin derrière" reconnaît le directeur non-exécutif de Mercedes, Niki Lauda. "Notre problème est la fenêtre d'utilisation des pneus, bien trop réduite. Ferrari en a une plus importante que nous."

Lewis Hamilton expliquait ce samedi avoir été surpris par la versatilité de la Ferrari, qui est aussi performante dans la fraîcheur humide de Shanghai que sous le soleil de plomb de Bahreïn.

"La Ferrari était forte dans la chaleur de Bahreïn, et ça ne m'a pas surpris. Mais sous une météo froide, nous nous attendions à être plus rapides" a lancé le quadruple Champion du monde.

Toto Wolff, directeur de l'équipe, ne veut pas céder à la panique et espère que la Mercedes ira mieux en course, sous le soleil: "Une voiture ne perd pas son rythme du jour au lendemain. Il n'y a rien de mauvais fondamentalement, nous avons une bonne voiture. Si nous avons encore des problèmes aujourd'hui sous le soleil, il faudra comprendre ce qu'il se passe."

Pour Damon Hill, ancien Champion du monde et désormais consultant pour 'Sky Sports', la domination de Ferrari est un nouveau point de départ pour le championnat: "C'est un tournant. Depuis longtemps, nous voyons Mercedes dominer. Si c'est le début d'une nouvelle ère, Lewis devra être prudent quant à la signature d'un nouveau contrat à long terme avec Mercedes."
source: Nextgen-Auto.com
Suivez l'évolution du marché des transferts et découvrez le calendrier définitif du championnat 2019.

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Jeu ::.
>> Le paddock perd la mémoire!
memory • Retrouvez toutes les associations nom + image en retournant les cartes deux par deux!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.