En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus Accepter
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Vendredi 04 Mai 2018

Alonso en pole à Spa suite à la disqualification de l'autre Toyota!
C'est une mauvaise nouvelle qui est tombée pour Toyota à Spa-Francorchamps puisque la TS050 de Mike Conway, Kamui Kobayashi et Jose-Maria Lopez a été disqualifiée après avoir signé la pole position, pour une irrégularité technique.

Les commissaires ont en effet annoncé que les analyses et relevés opérés sur la voiture numéro 7, et il s'est avéré que le débitmètre déclaré pour le carburant n'était pas celui utilisé sur le prototype. Ce qui a entraîné le déclassement immédiat de l'équipage.

Toyota a endossé la responsabilité de cette irrégularité mais a assuré que cette pièce n'entraînait aucun gain de performance. En effet, le débitmètre utilisé était une pièce homologuée et légale, mais Toyota a simplement enfreint le règlement en déclarant une pièce différente.

La sanction est donc immédiate et la Toyota numéro 7 a été disqualifiée. C'est en réalité une double peine puisqu'elle s'élancera de la voie des stands, un tour après tout le monde! En effet, elle doit attendre le premier passage sur la ligne de la concurrence pour quitter la voie des stands.

De fait, l'autre Toyota, pilotée par Fernando Alonso, Sébastien Buemi et Kazuki Nakajima, s'élancera demain en pole position devant les deux Rebellion R13. Il faudra espérer pour Toyota que la fiabilité sera au rendez-vous car malgré l'avance des voitures japonaises, le retard sera compliqué à rattraper pour la 7.

Fernando Alonso est en tous cas bien placé pour remporter sa première course en WEC, mais le plus dur reste à faire, puisqu'il y a six heures de course à disputer avant.

Accidenté durant les qualifications dans le Raidillon de l'Eau Rouge, Pietro Fittipaldi a été opéré d'une fracture ouverte à la jambe gauche. Le jeune brésilien n'a pas de fracture à la jambe droite et devrait normalement recouvrer l'usage de sa jambe dans 8 semaines. Il sera donc contraint de manquer l'Indy 500 mais n'aura aucune séquelle de cet accident.
source: Nextgen-Auto.com

Whiting - La voiture de sécurité est justement là pour ralentir
Le directeur de course, Charlie Whiting, n'est pas convaincu par les demandes répétées des pilotes qui veulent une voiture de sécurité plus rapide. Sebastian Vettel s'est plaint de celle-ci en plaisantant que la Mercedes AMG GT R de 585 chevaux utilisée était trop lente et devrait être remplacée par une Ferrari, mais Whiting répond sérieusement.

"Nous avons une demande continue de la part des pilotes pour rendre la voiture de sécurité plus rapide, pas seulement qu'elle soit pilotée vite, mais qu'elle soit plus rapide" explique Whiting. "Chaque année nous essayons de la rendre plus rapide, mais à quelle vitesse veulent-ils aller? Cette chose est là pour les ralentir."

"Ils se plaignent tous de pneus et de freins froids mais c'est pareil pour tout le monde et il faut qu'ils pilotent en conséquent après, puisqu'ils ont moins d'adhérence, ils doivent être un peu plus lents jusqu'à avoir un surplus d'adhérence."

"Je sais que ce n'est pas plaisant pour les pilotes de devoir gérer cela mais c'est fait pour les ralentir et contrôler les voitures. C'est pour ça que nous avons utilisé la voiture de sécurité, par exemple, pour passer à côté des commissaires quand ils récupéraient la voiture de Grosjean. Nous ne pouvions pas nous fier aux pilotes pour aller si lentement et c'est pour ça que la voiture de sécurité est là."

La voiture de sécurité a été conservée longtemps en piste à Bakou suite à l'incident entre les Red Bull, puis à l'accident de Romain Grosjean, mais Whiting assure que la voiture de sécurité est restée en piste aussi longtemps que prévu.

"Je ne pense pas personnellement qu'il y ait eu quoi que ce soit de mauvais avec la longueur de la période de safety car. Il a été rappelé dès qu'il pouvait être rappelé. Nous faisions rattraper les voitures qui étaient à un tour, ce qui est une obligation. A ce moment-là, Grosjean a eu son accident et nous avons laissé la voiture de sécurité en piste un peu plus moment."

"Il a fallu un peu de temps pour enlever la voiture car c'était un endroit plus difficile pour l'évacuer. Je ne pense pas que ça aurait pu être plus court dans ces circonstances. Quand la voiture est partie, nous étions convaincus que la piste était propre. Donc je suis à l'aise avec les décisions qui ont été prises pour cette intervention de la voiture de sécurité."
source: Nextgen-Auto.com

Toyota domine les qualifications à Spa, Alonso deuxième
Les qualifications pour les 6 heures de Spa, première manche de la super-saison 2018/19 de WEC, ont eu lieu sur le circuit belge. Comme prévu, les Toyota TS050 ont dominé les qualifications et occuperont au départ demain la première ligne de la grille.

La numéro 7 emmenée par Kamui Kobayashi et Mike Conway a signé le meilleur temps devant la voiture sœur, pilotée pour la séance par Fernando Alonso et Kazuki Nakajima. L'Espagnol prendra donc le départ de sa première course d'endurance depuis la première ligne.

Les Toyota ont nettement devancé les deux voitures de Rebellion, qui occuperont la deuxième ligne. Après avoir fait illusion en essais libres hier, les prototypes non hybrides s'avèrent nettement inférieurs aux prototypes hybrides que sont les Toyota.

La séance a été marquée par le gros accident de Pietro Fittipaldi, pilote pour DragonSpeed en LMP1, dans le Raidillon de l'Eau Rouge. Le Brésilien, qui pilote également en IndyCar, a percuté les pneus lors d'un choc presque frontal, et a été évacué de la scène de l'accident en ambulance au bout de 25 minutes. Les premières informations faisaient état de jambes cassées pour le jeune pilote, mais rien n'a été confirmé.

L'ancienne équipe de F1 Manor, rebaptisée CEFC TRSM Racing par son sponsor, ne participera pas à la course. Après avoir fait un tour d'installation dans chacune des séances, l'équipe a été contrainte de se retirer car TRS, son sponsor, n'a pas envoyé les fonds promis pour la manche belge du calendrier, mais devrait bien être présente au Mans.

Les 6h de Spa se disputeront demain entre 13h30 et 19h30.

Mise à jour 17h37: Un communiqué de la FIA annonce que Pietro Fittipaldi est resté conscient durant tout le temps de son évacuation. Son pronostic vital n'est pas engagé mais il a été évacué à l'hôpital avec certainement des fractures aux deux jambes.
source: Nextgen-Auto.com

Sainz estime que Bakou a prouvé la puissance des moteurs
Carlos Sainz a reconnu que le circuit de Bakou et les configurations aérodynamiques amenées par les équipes ont été un bon révélateur des performances moteur et des vitesses de pointe dont sont capables les diverses monoplaces.

"On voit que la Williams et la Force India avaient des énormes ailerons arrière tandis que nous, avec Red Bull, avions un tout petit aileron arrière" explique l'Espagnol. "Ce n'est pas un secret, ces équipes ont des performances moteur solides et cela leur permet d'avoir plus d'appui. C'est pour cela qu'elles remontent vers l'avant du peloton dans ce type de courses."

"Il y a toujours un écart mais nous y travaillons, il y a des évolutions à venir pour réduire cet écart. Mais cela montre le travail restant à faire. Je ne suis pas inquiet car je sais que Renault se penche sur le problème, nous y travaillons. L'écart est plus petit qu'il n'était en 2015 ou 2014. C'est pour cela que nous avons été capables de viser la Q3 et que Red Bull est également en forme."

Pour l'équipier de Sainz, Nico Hülkenberg, l'équipe Williams est le baromètre le plus important pour prouver l'importance du moteur à Bakou, mais ne veut pas mettre le motoriste allemand trop en avant.

"Le moteur Mercedes aide" explique Hülkenberg. "Ce n'était pas un moteur Mercedes en pole mais nous savons que le Ferrari est très bon aussi. Je pense que Williams était meilleure que lors des courses précédentes, ce qui montre que le moteur a eu un effet à Bakou."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton - Il y a trop de belles femmes à Miami!
Lewis Hamilton a tenu à blaguer concernant l'arrivée d'un nouveau Grand Prix à Miami, dès l'an prochain, si la municipalité donne finalement son feu vert au projet, comme cela a été évoqué cette semaine.

"Un ami m'a envoyé un SMS à propos de Miami, et je me suis dit 'Oh là, celle là je ne vais jamais la gagner parce que Miami est une ville si excitante, fabuleuse, un super endroit pour faire la fête'" lance le pilote Mercedes.

"Oh oui, ça va être un week-end difficile. Il vaut mieux que je trouve un logement en dehors de la ville. Il y a beaucoup de belles femmes à Miami, et tant de distractions!"

Avant de penser à Miami et à ses tentations, Hamilton admet qu'il doit se concentrer plus que jamais sur cette saison.

"Oui, c'est clairement l'année la plus difficile que j'ai eue à vivre, et l'équipe est maintenant sous pression. Vettel a vraiment une super voiture et il va falloir que je sorte le meilleur de chaque partie de moi-même, et de ceux qui travaillent avec moi, pour finir devant lui cette saison."

Il tient aussi à répondre, enfin, à Bernie Ecclestone.

"Cette année je suis vraiment très concentré. Il y a toujours des commentaires comme ça, quant au fait de savoir si je suis concentré, si je suis aussi motivé que l'an passé... mais la réalité c'est que je suis encore plus impliqué que l'an passé."

"Je ne sais pas combien de temps il me reste à courir mais je peux vous dire que je m'amuse encore plus que jamais, même quand nous ne gagnons pas, même s'il y a beaucoup de voyages à faire."

"Quand vous devenez plus vieux, vous devenez plus sage et votre vision s'élargit. Vous absorbez de nouvelles choses. Je réalise je fais partie d'une nouvelle culture dans le monde de la course, j'espère que cela attire de nouvelles personnes et que je pourrais continuer à me battre à l'avant."
source: Nextgen-Auto.com

Steiner - On n'attend pas une telle erreur d'un débutant
L'erreur de Romain Grosjean à Bakou la semaine dernière semble avoir grandement agacé Günther Steiner. A sept tours de l'arrivée, le Français est parti en tête à queue sous régime de voiture de sécurité et a écrasé sa Haas dans le mur du circuit azéri, alors qu'il était sixième.

"On n'attend pas une telle erreur d'un débutant, ou d'un pilote en général" explique Steiner. "Je pense que nous n'utilisons pas le potentiel de la voiture pour marquer des points. Nous devrions être bien plus haut au classement car la voiture est très performante."

"Dans cette course, nous sommes partis derniers et nous étions huitièmes avec Romain derrière [Sergio] Pérez. C'était grâce au rythme puisque tout le monde avait fait un arrêt. La voiture de sécurité est rentrée et nous étions sixièmes, mais nous repartons sans rien."

Steiner oublie toutefois de dire que Grosjean ne s'était pas arrêté lorsqu'il était remonté dans le Top 10 et qu'il a utilisé la voiture de sécurité pour faire un arrêt 'gratuit' pendant la neutralisation. En revanche, il est vrai que Haas a manqué possiblement une trentaine de points qui lui étaient promis, entre les incidents de Melbourne et cet accident.

"Il faut que nous disions aux gars qu'ils n'ont rien fait de mal. Ce n'est pas de leur faute si Romain est allé dans le mur, nous avons fait un bon travail et nous avons fait de bons arrêts, ainsi qu'une bonne préparation de la voiture. Tout le week-end, jusqu'aux qualifications, a été très bon, et nous n'avions pas de problèmes avec la voiture."

"Les gars savent s'ils ont été bons ou non. Tant que cette dynamique dure, il faut les assurer qu'ils font du bon travail. Ils reviennent car ils sont convaincus que nous pouvons réussir. Nous avons une bonne équipe, tout est bon, il faut juste tout réussir pendant un week-end et ça ira."

"Actuellement, on dirait qu'on laisse un peu glisser les choses. On a toujours l'impression de manquer de temps, mais au final on n'en est qu'à la quatrième course. Je ne dis pas que c'est fantastique, je dis que nous aurions dû faire mieux. Ce n'est pas la fin du monde."
source: Nextgen-Auto.com

Prost admet s'être trompé au sujet de Ferrari
Ferrari aurait-elle enfin trouvé la bonne recette pour Sebastian Vettel, même si l'Allemand a perdu dimanche le leadership du Championnat? C'est la question qui a été posée à Alain Prost, consultant de Renault F1, par le journal 'L'Equipe'.

Le quadruple Champion du monde français admet avoir fait une mauvaise analyse en 2017, lorsque le nouveau règlement technique est entré en œuvre.

"C'est toujours surprenant... J'ai été le premier à me tromper, l'an passé, quand j'ai dit qu'à chaque changement de règlement important, Ferrari était rarement dans le coup. L'écurie l'a été en début de saison; un peu moins à la fin..."

"Cette année, lors des essais hivernaux à Barcelone, la Mercedes et la Red Bull paraissaient peut-être un peu mieux mais, au final, l'équipe est plutôt pas mal globalement, en qualifications, en gestion des pneus et surtout, très opportuniste... Kimi (Räikkönen) est là - au niveau de Vettel, je trouve - et ce sera d'une grande aide pour Ferrari. Cela peut devenir une formule gagnante."

Prost a la même analyse que Lewis Hamilton concernant les progrès de Ferrari entre 2017 et 2018.

"Je trouve que le moteur Ferrari a plus progressé que le châssis, cette année."

Hamilton pourra-t-il donc empêcher un 5ème titre pour Vettel?

"Cette année, trois F1 (Mercedes, Ferrari, Red Bull) et leurs six pilotes (Hamilton, Bottas, Vettel, Räikkönen, Ricciardo, Verstappen) peuvent être performants partout et même très proches sur certains circuits. Avoir des adversaires, c'est aussi ce qu'aime Hamilton. Par contre, il a souvent joué un Championnat face à un seul pilote. Or, on ne peut pas gérer ses courses de la même manière face à quatre ou cinq concurrents. Donc, c'est plutôt une énigme. Mais passionnante."
source: Nextgen-Auto.com

Sergio Marchionne est heureux des performances de Ferrari
Ferrari vit un début de saison très positif, avec trois pole positions et deux victoires pour Sebastian Vettel, qui permettent à l'équipe de pointer en tête du classement des constructeurs. De quoi satisfaite le président de la marque, Sergio Marchionne.

"Nous sommes dans une position phénoménale avec la voiture" a déclaré Marchionne. Néanmoins, Sebastian Vettel a perdu la tête du Championnat des Pilotes à Bakou après une petite erreur qui l'a amené à terminer quatrième. Mais Marchionne ne s'inquiète pas des points perdus.

"Nous avons été malchanceux à Bakou, mais la voiture est la plus prometteuse depuis que je suis arrivé ici. Nos deux pilotes sont encouragés par les performances de la voiture et il y a des évolutions qui seront apportées plus tard dans la saison. C'est important pour Ferrari de gagner en F1."
source: Nextgen-Auto.com

La légalité de la Ferrari est mise en doute de toutes parts
Les soupçons continuent d'être importants envers la Ferrari SF71-H, dominatrice en performance pure en ce début d'année. Les clarifications effectuées par la FIA ne semblent pas calmer le jeu et que ce soit au niveau de l'huile, de la palette sur le volant de Sebastian Vettel, ou sur la cartographie et même les rétroviseurs, la monoplace rouge continue de provoquer des doutes.

La FIA a d'abord vérifié la légalité de la Ferrari en Chine et a étudié l'intégralité du système d'huile, qui a été confirmé comme légal. Les rétroviseurs si particuliers de la SF71-H ont été mis en doute dans leur respect des règles, tandis que les batteries ont également été soupçonnées de pouvoir produire une énergie supérieure à la limite de 4 mégajoules.

Déjà vérifiée en Chine et à Bakou, où la troisième palette sur le volant de Sebastian Vettel et la cartographie moteur ont été analysées, la monoplace de Ferrari devrait donc être sujette à d'autres contrôles dans les prochaines semaines. Le turbo est également dans le viseur des autres équipes, puisqu'il serait capable de produire des gaz qui soufflent l'aileron arrière.
source: Nextgen-Auto.com

Fernley - Pérez est le pilote le plus sous-estimé en F1
Bob Fernley a encore tenu des propos élogieux sur son pilote, Sergio Pérez, après que celui-ci a réussi à monter sur le podium à Bakou, dimanche dernier en Azebaïdjan. Le directeur adjoint de Force India estime tout simplement que le Mexicain est le pilote le plus sous-estimé du plateau.

"Je suis un peu triste pour Sergio pour plusieurs raisons, car je pense qu'il est le pilote le plus sous-estimé en F1" lance Fernley. "Je l'ai dit à beaucoup de monde. C'est un pilote incroyable, s'il y a une possibilité de podium, il va aller la chercher."

"Et bien que nous ne voulions pas le perdre, je pense qu'il est criminel qu'il soit aussi négligé. Je pense que c'est une blague qu'il n'ait pas été choisi par une équipe de pointe. Je ne pense pas, cependant, qu'il ait manqué sa chance, je pense que les gens devraient penser à lui. C'est un pilote superbe."

Âgé de 28 ans, Pérez pense quant à lui avoir encore sa chance et estime qu'il est loin d'avoir prouvé tout ce dont il est capable: "J'ai l'impression d'avoir encore tellement à faire dans ce sport."

"Je sens que mon heure viendra car je travaille dur, je mets tous mes efforts dans la moindre opportunité qui se présente et je pense mériter une voiture pour montrer mon potentiel. Il n'y en a pas encore eu dans les équipes de pointe et il faut être dans l'une d'elles pour pouvoir faire quelque chose en F1."
source: Nextgen-Auto.com

Renault ou Honda? Abiteboul veut connaitre le choix de Red Bull le 15 mai
Cyril Abiteboul ne va pas faire de cadeau à Red Bull: il veut une décision claire et ferme de Red Bull concernant le moteur pour 2019 et 2020 d'ici la date butoir fixée par la FIA, le 15 mai.

Pour le Français il n'est plus question de jouer à l'échange de moteurs au dernier moment, comme cela avait été le cas l'an dernier entre McLaren et Toro Rosso. Toro Rosso restera avec Honda, ce qui signifie que Renault va conserver ou perdre un client.

Des négociations entre Red Bull Racing et Honda ont débuté à Bakou et se poursuivront à Barcelone. Elles ont été qualifiées de "positives" par Honda mais le clan Red Bull ne s'est pas encore exprimé à ce sujet.

Quoiqu'il arrive, le patron de Renault F1 insiste: "nous devons nous en tenir à la date du 15 mai. Pour une raison très simple, nous devons lancer ensuite les commandes pour la production des pièces."

Pour Renault en effet, c'est le risque de perdre un client moteur qui se profile. Et donc des commandes en moins.

"Le problème c'est que les gens font un amalgame entre ce qui est arrivé l'an dernier, quand nous avons changé très tard d'équipe cliente. Mais ce n'était qu'un échange. Ce qui était prévu pour Toro Rosso est allé chez McLaren. Mais les commandes avaient déjà été passées. Ce que je dois savoir maintenant, pour les pièces qui prennent le plus de temps à faire, c'est s'il faut que j'en commande pour trois ou deux équipes."

Abiteboul se tient au courant.

"De manière régulière, j'en discute avec Red Bull. Il n'y a pas d'intention cachée ou de tactique, je veux juste savoir la quantité. C'est pour cela que ça a été inscrit dans les règles, que nous avons discuté avec la FIA d'une date butoir en mai parce que cela correspond au cycle de vie d'un projet moteur. Red Bull doit s'en accommoder."
source: Nextgen-Auto.com

Norris aura droit à 2 jours de roulage à Barcelone, Alonso à la maison
Après Williams et Force India, McLaren a confirmé à son tour son programme pour les essais privés de Barcelone, la semaine prochaine.

Lors des deux jours de tests qui suivront le Grand Prix d'Espagne, on verra surtout Lando Norris au volant.

Comme Force India, McLaren est en effet mobilisée par Pirelli pour développer les pneus de 2019, elle aura donc deux voitures en piste.

Lando Norris pilotera la MCL33 destinée aux essais de Pirelli le mardi 15 mai, avant de laisser le volant au pilote de développement, Oliver Turvey, le lendemain.

Pendant ce temps, McLaren conduira ses propres essais avec Stoffel Vandoorne le 1er jour puis Lando Norris le deuxième.

Fernando Alonso, qui a un planning très chargé entre la F1 et l'Endurance, n'est donc pas concerné par ces essais.

"Nous avons discuté du calendrier des essais en février et McLaren m'a demandé si je voulais faire le test après le Grand Prix à Barcelone, j'ai dit non. Cela signifie plus de temps de repos. Et même si je n'étais pas engagé en WEC, je serais resté à la maison de toute façon", conclut l'Espagnol.
source: Nextgen-Auto.com

Mercedes envisage des synergies avec Williams et/ou Force India
Lawrence Stroll, le père de Lance Stroll, a confirmé qu'il aimerait un rapprochement plus important entre Williams et Mercedes.

Pour le milliardaire canadien, qui finance en grande partie la carrière de son fils et, par extension, l'équipe de Grove, ce serait un bon moyen d'émuler ce que font Haas et Ferrari.

Williams a rejeté depuis l'idée de perdre son statut de constructeur indépendant, même si certaines synergies sont possibles.

Mais qu'en pense Mercedes? Toto Wolff se dit ouvert sur le sujet, mais avec des réserves.

"Le système Ferrari-Haas fonctionne, pour les deux parties. Ce sont des revenus intéressants pour Ferrari et des résultats intéressants en retour pour Haas. Leur équipe est compétitive sans avoir pris des années pour se mettre en route."

"Peut-on imaginer le même système pour Williams et / ou Force India? Oui, nous y pensons, mais pas avant l'année prochaine. Nous avons la capacité de le faire, reste à en régler les détails parce que cela ne doit pénaliser le fonctionnement de votre propre équipe."

"C'est possible dès 2019 mais cela serait encore plus intéressant avec les règles prévues pour 2021, pour tout optimiser, au niveau des budgets et des synergies. Tout le monde pourrait en tirer un bénéfice si cela est faire correctement."
source: Nextgen-Auto.com

Marchionne est ravi des efforts faits par Liberty
Sergio Marchionne et Ferrari ont gardé l'habitude des dirigeants précédents de la Scuderia et menacent régulièrement de quitter la Formule 1 si le règlement ne leur convient pas, comme ce fut encore le cas lorsque Liberty Media a proposé de nouvelles règles pour 2021.

Mais le patron de Ferrari reconnaît qu'il est prêt à changer de méthode et à assouplir sa tendance à l'ultimatum en voyant à quel point Liberty Media, dirigé par Chase Carey est ouvert et à l'écoute des équipes, suite à la deuxième proposition effectuée pour 2021.

"Je suis encouragé par le changement d'attitude que nous voyons de Liberty au sujet des changements prévus pour 2021" explique Marchionne. "La plus grande indication de ce changement est la reconnaissance du fait que les règles moteur doivent refléter la nature de notre sport."

"Nous ne pouvons pas niveler notre développement moteur par le bas, simplement pour faciliter de nouveaux arrivants. Donc ce qui est sur la table est probablement un système fonctionnel. Sur le plan économique, ce n'est pas le cas. C'est une chose que nous devons voir avec Liberty."

En effet, une limite budgétaire est voulue par Liberty Media, pour sauver les petites équipes actuelles, comme Williams, et encourager de nouveaux arrivants. Mais l'impact que cette limite pourrait avoir sur le développement et la recherche inquiète Marchionne.

"Le plus important pour nous est qu'on ne touche pas à la nature du développement technique des moteurs, car c'est au cœur de ce que Ferrari fait pour vivre. Nous devons continuer à travailler avec Liberty, avec la FIA et essayer de trouver un bon équilibre."

"Si ce n'est pas le cas, comme je l'ai déjà dit avant, nous partirons. Mais nous n'en sommes pas là. Nous devons à ce sport un effort pour tenter de régler ces choses. Nous essaierons de le faire avant la fin de l'année" conclut Marchionne.
source: Nextgen-Auto.com

Les pneus durs feront leur première apparition de l'année à Silverstone
A l'occasion du Grand Prix de Grande-Bretagne, organisé du 6 au 8 juillet, Pirelli proposera les mélanges de gommes durs, medium et tendres.

C'est la première fois de l'année que le manufacturier italien utilisera les durs, sur ce circuit très exigeant.

D'ailleurs Pirelli a choisi d'être un cran plus dur que l'an dernier, une fois n'est pas coutume, en prévision du nouvel asphalte posé sur la piste et qui devrait être plus adhérent. C'est aussi l'une des trois courses de l'année (avec Barcelone et le Paul Ricard) où l'épaisseur de gomme sera un peu moindre afin d'aider les équipes à maintenir des températures de gommes moins élevées.

Rappel des règles:

Chaque pilote doit conserver un train du mélange le plus tendre, parmi les trois nominés, pour la Q3. Ces gommes doivent être retournées à Pirelli à l'issue de la séance qualificative pour les concurrents classés dans le Top-10. Les autres peuvent quant à eux les garder pour la course.

Chaque pilote doit avoir ces deux trains disponibles pour la course.

Les équipes sont libres de choisir parmi les 10 trains restants à leur disposition, au nombre de 13 pour le week-end.
source: Nextgen-Auto.com
Suivez l'évolution du marché des transferts du championnat 2019.

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Site Mobile ::.
>> Suivez toute l'actualité de la Formule 1 où que vous soyez!
mobile • Connectez-vous sur notre mobile à l'adresse:
mobile.zonef1.com
.:: Publicité ::.