En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Lundi 11 Juin 2018

Toro Rosso avait le potentiel pour faire mieux à Montréal
Toro Rosso ne savait pas à quoi s'attendre avant le Grand Prix du Canada, sur un circuit où le moteur Honda allait être un peu court en puissance mais où l'évolution de celui-ci devait apporter un gain substantiel. Finalement, les choses se sont compliquées pour l'équipe.

"Ce n'était pas notre week-end, nos problèmes ont débuté en qualifications avec un changement de moteur pour Pierre [Gasly], et il a dû partir du fond de grille" regrette Franz Tost. "Pierre a fait une belle course mais n'était malheureusement pas en mesure de marquer des points et termine 11ème."

"Après un bon début de week-end, c'est très dommage que Brendon [Hartley] ait abandonné après avoir été poussé dans le mur par [Lance] Stroll. Je pense que nous pouvons faire mieux avec notre voiture que ce qui a été montré en course et je pense que nous aurons des performances meilleures pour la prochaine course en France."

Du côté de chez Honda, Toyoharu Tanabe note avec plaisir "des évolutions moteur qui ont amené une progression notable en performance, ce qui est un bon signe pour le reste de la saison." Néanmoins, les vieux démons ont rattrapé le motoriste japonais avec "un problème sur le moteur de Pierre samedi."
source: Nextgen-Auto.com

Bottas regrette de ne pas avoir plus misé sur les hyper-tendres
Valtteri Bottas a terminé deuxième du Grand Prix du Canada, dans l'ombre de Sebastian Vettel. Le Finlandais regrette de n'avoir pas plus misé sur les pneus hyper-tendres, qui étaient moins choisis chez Mercedes qu'à la concurrence, et pense que ça aurait pu l'aider en qualifications s'il avait pu rouler avec ces gommes plus tôt dans le week-end.

"Je pense sincèrement, et nous le pensons en tant qu'équipe, que si nous avions choisi un ou deux trains de pneus hyper-tendres de plus, nous aurions pu faire un peu mieux en qualifications, car le roulage était limité pour nous" explique Bottas. "Nous avions un seul train en essais libres 3 et en qualifications, il a vite fallu apprendre à tirer le maximum de nos pneus sur un tour. Dans une qualification aussi serrée, où la pole position tient à neuf centièmes, c'est facile à dire, mais avec le recul il aurait fallu peut-être un train d'hyper-tendres en plus."

"Nous sommes heureux d'avoir démarré avec les pneus ultra-tendres, et avec la stratégie que nous avions, c'était tout bon. C'est juste une question de performance en qualifications. Nous devons nous assurer que nous apprenons si nous apprenons finalement qu'il fallait faire quelque chose de différent."

Bottas admet que le rythme de la Mercedes actuellement fait qu'il ne pouvait aucunement viser mieux que sa deuxième place de grille: "Vu notre place de départ, avec le départ que j'ai pris, le rythme que nous avions, il n'y avait rien de mieux à espérer. C'est où nous sommes actuellement en tant qu'équipe. Ferrari était meilleure ce week-end."

"Red Bull est très proche de nous, et je pense que nous n'aurions pas pu faire mieux. Notre voiture n'est simplement pas assez rapide. Je ne suis pas trop énervé d'être deuxième mais je veux vraiment jouer la victoire. Il y a eu des occasions où elle n'a pas été loin cette année, et je vais continuer à la viser, mais nous devons progresser en tant qu'équipe, et je dois également trouver chaque dixième possible."
source: Nextgen-Auto.com

Un arrêt, la stratégie massivement privilégiée hier à Montréal
Diverses stratégies ont été utilisées hier à Montréal, et le podium est occupé par trois écuries qui adoptèrent deux philosophies différentes.

Sebastian Vettel, vainqueur pour le compte de Ferrari, et son dauphin, Valtteri Bottas, à bord de sa Mercedes, s'élancent en effet en pneumatiques ultrasoft, avant de basculer sur les supersoft à peu près au même moment.

Les deux pilotes Red Bull, troisième et quatrième à l'arrivée, empruntent quant à eux le chemin inverse, privilégiant un court premier relais avec la gomme hypersoft, avant de chausser la supersoft pour rallier l'arrivée.

Dans la lutte aux avant-postes, plusieurs pilotes tentent une option stratégique "d'undercut".

Romain Grosjean, pensionnaire de l'écurie Haas, qui partait depuis le fond de grille en raison d'un problème survenu en qualifications, boucle par exemple un très long premier run avec les ultrasoft, et échoue aux portes des points avec les supersoft.

"La stratégie fut réellement dictée par les qualifications, et l'intervention de la voiture de sécurité en début de course, ainsi que la faible usure et dégradation sur cette piste, confirmèrent qu'un arrêt aux stands constituait la meilleure option", constate Mario Isola, responsable de Pirelli F1.

"Les trois mélanges ont été massivement utilisés durant cette épreuve, et différentes stratégies ont été observées à tous les niveaux du plateau. Plusieurs pilotes, et notamment Daniel Ricciardo, pour Red Bull, et Romain Grosjean, chez Haas, ont ainsi pu progresser dans la hiérarchie par rapport à leur position de départ."

"Le championnat a désormais pris une autre dimension, et l'intérêt grandit avant le déplacement sur un tout nouveau tracé, en France, au Paul Ricard."
source: Nextgen-Auto.com

Vettel est frustré par les critiques sur le spectacle
Sebastian Vettel a regretté les critiques incessantes au sujet du spectacle de la F1. L'Allemand estime qu'il est normal que certaines courses soient moins bonnes que d'autres et qu'il n'est pas très constructif de critiquer le spectacle course après course.

"C'est probablement comme ça qu'est la course automobile", analyse Vettel. "Je ne pense pas que ce soit justifié de critiquer la course en général, ni cette course en particulier. Je ne sais pas si c'était ennuyeux, il y a toujours plein de choses à faire dans la voiture. Mais je ne sais pas pourquoi les gens voient si peu les choses dans leur ensemble."

"Nous avons eu sept courses, certaines étaient phénoménales, d'autres ennuyeuses. La Coupe du monde de Football commence la semaine prochaine, je vous promets que certains matchs ne seront pas géniaux mais que les gens regarderont, et d'autres seront incroyables. C'est ce que nous attendons."

Vettel a voulu défendre les pilotes, qui ne peuvent pas tout faire pour rendre les courses palpitantes: "Je pense que nous faisons notre travail dans la voiture et que si nous pouvons nous battre, nous nous battons. Mais notre travail consiste aussi à éviter les luttes en piste, à s'envoler en tête et ne pas être rattrapé. Certaines courses sont bonnes, d'autres non."

Des propos soutenus par Valtteri Bottas en conférence de presse: "Il y aura de bonnes courses, ça ne fait aucun doute. Cela fait plusieurs courses de suite où pas grand chose ne se passe. Mais il y a eu des courses fantastiques à regarder, et je suis sûr que ce sera de nouveau le cas bientôt."

"Pour moi, c'était la deuxième place tout au long de la course. Les deux premiers virages étaient palpitants avec Max [Verstappen], c'était amusant. Mais sinon, il a fallu attaquer Ferrari dans le premier relais mais nous n'arrivions pas à suivre le rythme. Nous avons trop utilisé de carburant et il a fallu stabiliser la course par la suite, donc il ne s'est rien passé."
source: Nextgen-Auto.com

Rosberg ne sait pas où Alonso trouve la motivation
Nico Rosberg est revenu sur la situation contractuelle de Fernando Alonso, alors que ce dernier disputait son 300ème Grand Prix à Montréal, et ne voit pas les choses s'améliorer pour l'Espagnol. Bien qu'il souhaite voir Alonso dans une voiture compétitive, le Champion du monde 2016 n'y croit pas du tout.

"On veut tous voir cela, mais personne ne veut de lui à cause de ses jeux politiques au sein de son équipe", analyse l'Allemand.

Celui qui est parti en pleine gloire, quelques jours après son titre, ne sait pas où l'Espagnol trouve la motivation: "Je ne sais pas comment il fait, vraiment je ne sais pas. Il sait qu'il est l'un des meilleurs, mais il ne peut pas se qualifier mieux que 14ème, c'est incroyable."
source: Nextgen-Auto.com

Mercedes n'était pas au niveau pour gagner à Montréal
Toto Wolff a regretté les difficultés rencontrées par Mercedes au Canada. Celui qui avouait après l'arrivée vouloir trouver des solutions et prendre des décisions en conséquence de cette mauvaise performance explique que la W09 n'avait pas le niveau pour permettre à Valtteri Bottas d'aller chercher Sebastian Vettel.

"C'était un week-end difficile pour nous, Ferrari avait la voiture la plus rapide en qualifications et en course" analyse Wolff. "Nous sommes venus à Montréal dans l'espoir d'obtenir de bons résultats nous avons appris que les schémas d'une année sur l'autre ne valent pas grand chose. Il est très difficile de voir une tendance d'un circuit à l'autre, et les résultats de course sont décidés par des marges infimes."

"En regardant la course, Valtteri a pris un bon départ puis s'est extrêmement bien défendu face à Verstappen dans les deux premiers virages. Nous n'avons jamais eu le rythme pour défier Sebastian - mais ce mouvement a été la base de son arrivée en deuxième place. Après cela, il a tout donné, mais nous n'avions pas le rythme pour faire mieux."

Mal qualifié, Lewis Hamilton a été contraint d'économiser tout au long de la course pour éviter une case moteur: "Il y a eu un problème avec un composant de châssis qui a compromis son refroidissement dès le premier tour. Cela signifiait que le moteur tournait à chaud et que nous devions gérer les températures. Nous avons pu ouvrir la carrosserie lors de l'arrêt pour améliorer la situation, mais nous avons aussi perdu une place face à [Daniel] Ricciardo que nous n'avons pas pu récupérer au cours des 50 tours suivants."

Wolff admet que le week-end n'a pas été de tout repos pour Mercedes: "Ce fut un week-end difficile pour nous, plus difficile que prévu, et ce résultat est un signal d'alarme pour tous les membres de l'équipe. Nous devons maintenant réfléchir de la bonne manière, comprendre où nous pouvons trouver plus de performance et répondre au Paul Ricard dans deux semaines."

Andrew Shovlin, ingénieur de piste en chef chez Mercedes, explique en détail le problème rencontré par Hamilton: "Nous avons rapidement pu voir que nous avions un problème avec le refroidissement du moteur qui nous coûtait de la performance."

"Nous n'avons pas pu résoudre ce problème pendant la course, mais nous avons finalement trouvé des moyens de contenir la situation et, plus important encore, nous avons pu empêcher des dégâts et ainsi gérer les risques pour le moteur afin de pouvoir terminer la course. Ce week-end n'a pas été idéal aux championnats mais nous ne sommes qu'au tiers de la saison. Il est clair que nous devons trouver de la performance sur la voiture et nous travaillerons dur pour être plus performants sur le circuit Paul Ricard."
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen est venu seul pour la première fois ce week-end
Au centre des critiques après Monaco, Max Verstappen a réussi une performance solide ce week-end à Montréal, en dominant les trois séances d'essais libres, en se qualifiant troisième pour terminer au même rang. Le Néerlandais n'a commis aucune erreur, une première cette année, mais a toutefois tenté un dépassement roue contre roue avec Valtteri Bottas au départ, ce qui plaît à Christian Horner, son directeur.

"On ne veut pas qu'il arrête cela, c'est ce qui le rend aussi intéressant" explique Horner.

"Il a fait un week-end très propre au Canada et je suis sûr que ça lui donnera confiance pour les prochaines courses. Son approche est un peu différente et il était tout seul, je pense qu'il a fait un très bon travail. C'est un grand talent et tous les sportifs ont des périodes moins bonne, ça a été très médiatisé pour lui."

Verstappen est venu à Montréal sans son père, Jos, et Horner assure que c'est la première fois que son pilote n'était pas accompagné.

"C'est la première course qu'il dispute en étant seul. C'est différent mais c'est impossible de savoir si ça a contribué à son bon week-end. Il évolue encore et gagne de l'expérience. Il s'est plongé dans tous les aspects de l'équipe ce week-end et a fait un super travail, bravo à lui."
source: Nextgen-Auto.com

Abiteboul répond à Horner - Il n'y a pas 5 dixièmes entre le Renault et le Mercedes
Cyril Abiteboul, le patron de Renault F1, doit s'occuper d'un dossier chaud: la relation avec Red Bull, qui tarde toujours à annoncer sa décision pour 2019. L'écurie autrichienne se plaint d'un retard de cinq dixièmes en qualifications du V6 Renault sur le V6 Mercedes, mais Cyril Abiteboul a renvoyé Christian Horner dans ses cordes sur ce point à Montréal.

"Non, je ne suis pas vraiment d'accord, il n'y a pas une demie-seconde, d'ailleurs, ce n'est pas ce qui séparait les Red Bull de la pole. Je sais qu'ils sont extrêmement fiers de leur châssis, mais c'est faux. En course, on est quasiment à égalité, selon le benchmark. Et on ne va pas s'arrêter là. Car on va avoir la spec C qui aura une évolution encore plus importante. On sait que Mercedes va arriver avec une évolution moteur, donc on reste prudents."

"En qualifications, on prend un peu plus effectivement, mais on commence à comprendre des choses, on travaille sur des programmes ça va prendre du temps. Je ne suis donc absolument pas d'accord avec Christian Horner, il n'y a pas 5 ou 6 dixièmes d'écart. Mais on n'est jamais d'accord avec la mesure de la performance, à chaque fois qu'on en parle. Mais le jour approche où Christian devra parler avec quelqu'un d'autre que Renault! Et ce jour commence à approcher, car Red Bull prend son temps, et parce qu'on ne va pas attendre éternellement."

"La différence en qualifications? Je pense qu'elle est de 10 ou 15 kilowatts [20 chevaux environ], pas plus. Oui, ça a un impact. A peu près 2 dixièmes, je pense. Et il faut qu'on travaille dessus."

Pour mettre la pression sur Red Bull, Renault n'entend pas fixer une "deadline" aux Autrichiens. On peut sentir toutefois l'impatience bouillir chez Cyril Abiteboul...

"La réponse approche. Red Bull sait qu'on ne va pas attendre éternellement. Ils nous ont encore parlé d'une autre date... ça change tout le temps. Cela devait être ici, puis en France, maintenant c'est en Autriche. Je ne vais pas donner une date butoir parce que ce n'est pas le genre de la maison, et on travaille ensemble depuis 12 ans. Mais le jour approche où on ne pourra plus proposer les mêmes garanties à Red Bull, au-delà de quelques jours. Sinon ils n'auront plus qu'à discuter avec Honda. Encore une fois, ces discussions sont entre Red Bull et nous-mêmes. Il faut qu'ils prennent une décision, et désormais, ils ont toutes les infos en main pour le faire."
source: Nextgen-Auto.com

La FIA explique son erreur au sujet du drapeau à damier
La FIA a expliqué être entièrement responsable de l'erreur commise par la personne en charge du drapeau à damier, la top model Winnie Harlow, qui a signalé la fin de la course un tour trop tôt. Charlie Whiting a expliqué la confusion qui a régné, menant à cette erreur.

"Le drapeau à damier a été montré un tour trop tôt car il y a eu une incompréhension entre la plateforme de départ et le starter, le gars qui est en charge du départ et de l'arrivée" explique Whiting.

"Il pensait que c'était le dernier tour, a demandé au contrôle de la course de le confirmer, ce que ces derniers ont fait. Ils pensaient qu'il faisait une déclaration, alors qu'il posait en fait une question, et le drapeau a été montré un tour trop tôt. Il a dit à la personne qui avait le drapeau de l'agiter, mais ça n'a rien eu à voir avec le fait que c'était une célébrité."

La règle est telle que la course doit être arrêtée officiellement un tour avant que le drapeau ait été montré, lorsque celui-ci est agité trop tôt: "La raison à cela est de s'assurer que s'il y avait de la confusion à ce moment-là, on revienne au tour précédent pour avoir un vrai classement. C'est comme quand la course est arrêtée et ne peut pas repartir, on prend le classement à la fin du tour précédent l'arrêt."

Whiting estime que l'affichage actuel, qui termine une course lorsque le tour 70/70 est bouclé, dans l'exemple du Grand Prix du Canada, n'est pas des plus clairs.Selon lui, cela impose de mieux expliquer ce qu'il se passe aux invités chargés de présenter le drapeau aux pilotes.

"Je pense que les personnes qui ne travaillent pas en Formule 1 sont parfois confuses à cause du graphique qu'ils voient à l'écran, lorsque celui-ci indique par exemple 69 sur 70. Nous savons tous que cela veut dire que nous sommes dans le 69ème tour, mais pour un observateur un peu moins habitué, cela pourrait signifier que c'est le dernier tour. Je pense que c'est là où le doute s'installe. Nous devons faire un meilleur travail pour briefer ces personnes."

"Nous devons revoir les procédures et nous assurer que nous avons une procédure simple pour chaque circuit. Nous travaillons avec des humains différents, dans des pays différents, avec des langues différentes, et tout n'est pas parfait. Nous cherchons la perfection, mais heureusement ça n'a rien changé au résultat."
source: Nextgen-Auto.com

Brendon Hartley est en forme mais très frustré
Le week-end de Brendon Hartley avait pourtant bien commencé. Qualifié 12ème, il avait un bon espoir d'aller chercher des points lors d'une course qui s'annonçait mouvementée. Malheureusement, il fut la victime du premier rebondissement, puisqu'il a été percuté par Lance Stroll en perdition.

Il a alors percuté le mur et décollé entre ce dernier et la Williams pour se retrouver quasiment sur le côté. Après avoir atterri sur les trois roues qui lui restaient, il a de nouveau percuté Stroll et les deux hommes ont terminé dans les barrières TecPro. Il explique son départ et sa course qui n'a duré que quatre virages.

"Je suis très déçu pour Toro Rosso et Honda, car nous avions été solides tout le week-end et nous avions une bonne évolution du côté moteur" regrette le Néo-Zélandais. "Je pense que nous avions le rythme pour nous battre pour les points. J'ai pris un bon départ, du niveau des pilotes autour de moi, mais j'ai été un peu sorti de la trajectoire au virage 2, ce qui m'a coûté une place."

"J'ai attaqué Lance au virage 4 par l'extérieur, mais il a perdu le contrôle de sa voiture et nous a mis tous les deux dans le mur. C'est très décevant car il y avait de la place pour dépasser, et je m'attendais à une belle course. C'est une manière frustrante de terminer le Grand Prix du Canada après avoir été satisfait de ma performance tout le week-end."

Emmené à l'hôpital pour un contrôle après ce troisième gros choc en trois week-ends de compétition, il donne des nouvelles rassurantes de sa santé: "Je n'ai pas pu revenir tout de suite sur le circuit car on m'a envoyé à l'hôpital pour des contrôles de précaution. Je suis en parfaite forme et prêt pour la prochaine course."
source: Nextgen-Auto.com

Vasseur heureux de voir Sauber encore dans les points grâce à Leclerc
Il l'a - encore - fait! Charles Leclerc a terminé pour la troisième fois dans les points en quatre courses, après avoir atteint pour la quatrième fois consécutive la Q2. Le Monégasque marque un point dans une course qui n'a pas proposé de gros rebondissements et permet à Sauber de continuer une belle série de progrès.

"C'était un bon week-end pour nous" se satisfait Fred Vasseur. "Nous avions une voiture en Q2 encore une fois, la quatrième de suite. La course était également bonne. Charles a réussi à rester devant ses rivaux et à se battre jusqu'à l'arrivée pour aller marquer un point. Marcus [Ericsson] a fait un bon travail mais a été bloqué derrière une autre voiture après son arrêt."

Vasseur félicite son équipe pour les progrès affichés: "L'équipe a fait un bon travail avec un arrêt très rapide. Tout se met en place et semble positif, et l'équipe fait de grands pas en avant. Nous devons rester concentrés et continuer à travailler dans cette direction pour les prochaines courses."
source: Nextgen-Auto.com

Un week-end déplorable pour McLaren à Montréal
Une catastrophe. Aucun autre mot ne pourrait mieux résumer le week-end de McLaren à Montréal, après un week-end décevant à Monaco. Si un manque de performance était attendu, l'équipe britannique a franchi de justesse la Q1 pour partir très loin.

La performance de Fernando Alonso n'a souffert d'aucune contestation, contrairement à celle de Stoffel Vandoorne, catastrophique lui aussi au Canada. Sans parler de la crevaison qui a affecté sa course, le Belge tournait entre cinq et huit dixièmes plus lentement que son équipier, à tous les stades de la course. Jusqu'à ce que ce dernier, pour conclure le cauchemar, n'abandonne sur une casse mécanique.

"Aujourd'hui, c'était une journée à oublier pour McLaren" lance Eric Boullier. "Nos deux pilotes ont été très bons pour éviter le chaos du premier tour mais Stoffel a eu une crevaison à cause des débris, et il a perdu du temps car on a dû l'arrêter. Il était ensuite dernier et bien qu'il ait très bien piloté pour gérer sa stratégie et son rythme face à ses rivaux, la nature impardonnable du circuit Gilles Villeneuve l'a empêché de remonter. Il a également passé son dernier relais à lutter contre des problèmes de gestion d'énergie. Il a fait une course d'attaque pour ramener la voiture en 16ème place."

"Fernando était en bien meilleure position que Stoffel après le premier tour et a profité de la voiture de sécurité pour gagner trois places jusqu'à la 11ème place, sur une stratégie à un arrêt. Alors que nous pensions pouvoir marquer des points, il a encore eu un gros coup de malchance et a été contraint d'abandonner après avoir perdu de la puissance, suite à une casse d'un tuyau de refroidissement. C'est un problème frustrant mais inhabituel, dont nous ne pensons pas qu'il se reproduira."

Ce qui n'empêche pas Boullier de continuer à user de la langue de bois. Là où Toto Wolff parle de "résultat de merde" pour Mercedes suite à une deuxième place, McLaren se contente de chercher à "se reprendre" pour la prochaine course. Un objectif avoué depuis trois ans, sans aucun succès.

"A partir de là, il sera important de se reprendre et de tourner notre attention vers l'Europe et les trois courses consécutives en autant de semaines. Avec une attention corrigée, du travail acharné et une meilleure chance, nous espérons faire tourner les choses en notre faveur."

Peut-être faudra-t-il, un jour, penser à trouver une vraie solution pour redorer le blason de Woking. Parce que la même équipe, qui s'offusquait du moteur Honda l'année dernière, avait atteint la 12ème place en qualifications avec le bloc propulseur japonais. Cette année, Alonso s'est élancé 14ème... à méditer.
source: Nextgen-Auto.com

Renault F1 - Abiteboul tire beaucoup de positif de Montréal, même si...
Cyril Abiteboul est sûrement un patron heureux: Renault a pris l'ascendant sur McLaren au classement des constructeurs en marquant 10 points de plus que l'écurie anglaise à Montréal. Les Tricolores consolident ainsi leur 4ème place.

"On est contents, parce que c'est un tir groupé. Je suis ingénieur donc j'aime bien les choses groupées, donc là, 7ème et 8ème, c'est groupé. C'est le mieux qu'on pouvait faire. C'est un super boulot d'équipe. On a amené beaucoup de choses de l'usine ici, ça ne s'est pas vu, mais on ne raconte pas tout ce qu'on fait. Donc c'était un beau travail. Il y a eu beaucoup de choses côté moteur aussi", commente le Français.

"On a fait un beau travail dans le garage samedi aussi, parce qu'il y a eu des moments compliqués, un jour avant la course, et aussi notamment une heure avant la course: 14 personnes ont réussi à changer un turbo en moins d'une heure, donc c'était impressionnant. Et puis bon boulot du pitwall et des pilotes ce dimanche."

"7ème et 8ème, c'est le mieux qu'on peut faire en ce moment. On a fait le job. Mais le pire, c'est aussi de se prendre un tour, donc il y a toujours un côté 'j'ai envie d'être à demain'. Donc oui, on évolue, mais on a envie d'être à demain."

Abiteboul n'a pas le sentiment que Renault F1 aurait pu mieux faire. Les voitures terminent tout de même à un tour des pilotes du Top 6!

"Ce résultat est très positif puisque Nico et Carlos terminent aux meilleures positions atteignables avec le rythme de la Renault R.S.18 face aux concurrents qui nous devancent. Nous avons mis le jugement du muret des stands à profit pour déployer une stratégie nous permettant de rattraper un départ imparfait."

"L'important c'est que ces dix points nous font du bien au Championnat des Constructeurs."

Le patron de Renault F1 préfère retenir le positif de Montréal même s'il a bien conscience de l'écart avec Ferrari, Mercedes et Red Bull.

"Le week-end dans son intégralité illustre le travail mutuellement bénéfique entre Viry et Enstone. Nous avons apporté des améliorations au groupe propulseur et au châssis et celles-ci ont extrêmement bien fonctionné."

"Nous avons connu des moments difficiles vendredi et samedi, mais l'équipe a effectué du superbe travail pour rebondir. Comme je l'ai dit, c'était le cas en changeant un turbo à une heure des qualifications. Tout le monde était sur le pont pour offrir une magnifique démonstration du travail en équipe."

"Nous voulons maintenant nous appuyer sur ce résultat en étudiant ce qui peut être fait pour réduire le déficit de performance nous séparant des trois écuries de pointe."
source: Nextgen-Auto.com

Ericsson peine à justifier sa contre-performance de Montréal
Marcus Ericsson ne devait pas penser qu'il serait si compliqué de rivaliser avec Charles Leclerc cette saison. Après un début de saison encourageant, le Suédois signe contre-performance sur contre-performance et n'en finit plus de se faire battre par Leclerc, encore 10ème aujourd'hui, que ce soit en qualifications ou en course.

"C'était une course difficile pour moi", explique Ericsson. "Dans la première moitié de course, j'ai eu des difficultés derrière les autres voitures et j'ai perdu un peu de temps. La deuxième moitié était correcte, nous avons fait un bon travail en faisant durer les pneus jusqu'à la fin de course et c'était positif."

Celui qui est dans sa cinquième saison de Formule 1 pointe du doigt son problème: "Le résultat est décevant, il faut travailler pour améliorer les qualifications, car c'est là que j'ai le plus de place pour progresser actuellement. Je suis confiant de pouvoir trouver un moyen de progresser dans ce domaine et j'ai hâte d'être aux courses suivantes."
source: Nextgen-Auto.com

Räikkönen s'est beaucoup ennuyé
Sixième sous le drapeau à damier, c'est-à-dire le dernier de la "bande des six", Kimi Räikkönen n'était pas particulièrement euphorique à l'arrivée du Grand Prix du Canada.

"Je n'ai pas perdu une position par rapport à Ricciardo au départ à cause du fait qu'il avait des pneus plus tendres, mais parce qu'il était plus rapide que moi", déclare Kimi Räikkönen. "Ai-je eu des problèmes avec ma direction? Non. Ce fut un week-end très décevant, mais c'est comme ça. Nous verrons bien comment cela se passera la prochaine fois."

"Il ne s'est pas passé grand-chose. Il était difficile de s'approcher d'une voiture pour la dépasser. Je crois que nous nous attendions tous à quelque chose de différent et finalement cette course a été assez similaire à celle de Monaco. Plutôt ennuyeuse."

Räikkönen n'a-t-il pas perdu une position en retardant son arrêt? "Je ne pense pas que cela nous ait couté quelque chose. Je me suis rapproché de Lewis (Hamilton), mais lorsque je suis remonté en piste, cela n'a pas été suffisant. Nous voulions faire quelque chose de différent pour essayer de le dépasser, mais cela n'a pas fonctionné."

Il y avait pourtant trois zones DRS ce dimanche à Montréal pour faciliter les dépassements. "Ils ont beaucoup changé les règles ces derniers temps, mais je ne pense pas qu'il y ait plus de dépassements aujourd'hui qu'il y a 10 ou 15 ans. Ils ont essayé quelque chose d'artificiel avec le DRS, mais il me semble que rien n'a vraiment changé", ajoute le champion finlandais.
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Flux RSS ::.
>> Soyez averti des changements apportés sur le site ou des messages postés sur le forum!
RSS • Abonnez-vous à nos différents Flux RSS!
.:: Publicité ::.