En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus Accepter
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Lundi 27 Août 2018

The Bend Motorsport Park veut ramener la F1 vers Adelaïde
L'Australie organise un Grand Prix de Formule 1 dans l'Albert Park de Melbourne et pourrait avoir une deuxième course. C'est en tous cas le souhait d'un nouveau circuit, The Bend Motorsport Park, situé à une heure d'Adelaïde, où se tenait le GP d'Australie jusqu'en 1995.

Le circuit a été construit l'an dernier et a accueilli sa première course de Supercars ce week-end, le championnat de voitures de tourisme du pays. Ce circuit aux multiples configurtations possède un Grade 2 de la FIA et aurait besoin d'inspections et d'infrastructures supplémentaires pour obtenir celui qui lui permettrait d'organiser une course de F1.

Sam Shahin, son architecte, estime que le circuit pourrait voir le retour de la F1 en Australie du Sud: "Si un jour nous avons la chance de ramener la F1 dans notre partie du pays, je veux être en première ligne pour le faire."

Le circuit est déjà prêt à accueillir le WEC et le MotoGP et pourrait rapidement en faire la demande, alors que 40 000 spectateurs sont venus sur l'ensemble du week-end de Supercars.

Les pilotes se sont plaints de la poussière mais celle-ci était surtout due au fait qu'ils coupaient la route. Jamie Whincup, l'un des meilleurs pilotes du championnat, a été ravi: "C'est un super circuit, qui a juste besoin de vieillir. La poussière était due au fait qu'il est tout neuf, on le sait quand on crée un nouveau circuit. Quand on reviendra l'an prochain, je suis sûr que la poussière ne sera plus un problème."
source: Nextgen-Auto.com

Gasly remplace dès maintenant Ricciardo dans le simulateur Red Bull
Red Bull sait que Daniel Ricciardo va rejoindre une écurie concurrente - Renault - l'an prochain. Fort logiquement, l'Australien n'est plus impliqué dans le développement de la voiture 2019.

Ricciardo ne fera donc plus aucun travail dans le simulateur en vue de préparer le programme de l'an prochain. Il est remplacé dans ces attributions par son successeur, Pierre Gasly, et ce sans plus attendre.

Dans le paddock de Spa, Daniel Ricciardo a confirmé qu'il passerait désormais un temps réduit dans le simulateur, et s'est montré compréhensif de la décision prise par son écurie.

"Je sens que le simulateur est un meilleur outil pour les ingénieurs que les pilotes aujourd'hui. Ils arrivent avec 20 réglages différents, et c'est comme si j'étais un peu comme un robot. Nous donnons de bons retours, mais ça se limite plus à dire 'Oui, c'était mieux avec ces réglages.'"

"Le simulateur, certainement, a permis de m'améliorer pour ce qui est de la qualité de mon retour d'expérience aux ingénieurs. Oui, il m'a très bien servi pour cela. Mais pour ce qui est du pilotage, je ne pense pas qu'il y ait beaucoup de choses à apprendre en plus, une fois que vous avez déjà pas mal d'expérience."

"L'expérience en piste réelle sera toujours différente. Le retour d'expérience en simulateur m'a beaucoup aidé, surtout au début de ma carrière, mais maintenant, si je gagne une course, je ne dirai pas que c'était grâce au simulateur. Si je ne pilote pas dans le simulateur jusqu'au Japon, je ne vais pas m'en servir d'excuse pour expliquer d'éventuelles mauvaises performances."

"Donc je ne suis pas déçu que Gasly me remplace" conclut Daniel Ricciardo. "Je comprends que s'ils font un travail de développement pour 2019, ce ne sont pas vraiment mes affaires. Mais tout ce qui concerne 2018, je dois m'en préoccuper, et ils ont dit que je serai impliqué dans tout ce qui touchera à 2018. Donc je comprends et respecte cela."

Pierre Gasly devra donc multiplier les trajets ces prochains mois entre Faenza et Milton Keynes. Gageons que ce ne sera pas pour lui déplaire!
source: Nextgen-Auto.com

Mercedes est prête à des synergies poussées avec Racing Point FI
Le récent rachat de l'ex-écurie Force India a inquiété plusieurs équipes dans le paddock: Renault en particulier craint que Racing Point Force India devienne la nouvelle écurie "B" de Mercedes, au détriment de l'équité entre les écuries constructeurs.

Les récentes déclarations de Toto Wolff ne vont pas tellement rassurer Cyril Abiteboul: le patron de Mercedes a avoué que la possibilité de rapprocher Racing Point FI de Mercedes, comme Haas s'est rapprochée de Ferrari, méritait d'être étudiée...

"Bien sûr, il y a quelques années, quand Ferrari s'est aperçue des potentialités offertes par la collaboration avec une autre équipe, cela a déclenché un processus similaire dans toutes les autres équipes. Et seule Ferrari sait dans quelle mesure ce partenariat leur aura bénéficié. Mais il y a des bénéfices à retirer d'une telle coopération, si elle est bien structurée."

"Aucune équipe ne veut être une écurie B, ou une équipe junior. Tout le monde veut gagner pour son propre compte, et c'est quelque chose qu'il faut respecter en F1."

"Mais à bien y regarder, une collaboration fait sens. Mais la concrétiser n'a rien d'évident."

"Toutes les écuries sont bien structurées, toutes les écuries ont des processus en place qui font sens, et évaluer le potentiel de certaines opportunités, c'est clairement quelque chose nous allons faire."

"Racing Point Force India est à dix kilomètres de l'usine Mercedes, et il s'agit d'une équipe qui boxe au-dessus de sa catégorie. Le résultat à Spa a confirmé le respect que j'ai envers cette équipe de racers. Et dans la limite du règlement actuel, nous allons explorer toutes les options possibles."

En faisant de telles déclarations, Toto Wolff a conscience qu'il va accroître l'inquiétude de McLaren, Renault et de tous ceux qui craignent une division de la F1 entre écuries A et écuries B.

"Je les comprends pleinement" assure Toto Wolff au sujet des préoccupations de ses rivaux.

"C'est intéressant que le rachat de Force India ait déclenché ce genre de craintes. Une collaboration existait avant entre Ferrari et Haas, et ensuite Sauber a rejoint ce partenariat rapproché. Et dans le même temps, Toro Rosso et Red Bull existent depuis toujours."

"Mais je comprends pleinement les inquiétudes de McLaren et Renault d'un autre côté. Il faut juste mettre en place les bonnes règles pour faciliter les collaborations, pour que vous puissiez économiser de l'argent, trouver des synergies. Mais il faut maintenir l'esprit du règlement F1 - il s'agit d'un championnat entre constructeurs, et ça devrait le rester."

Pour apaiser McLaren et Renault, Toto Wolff assure cependant que Mercedes n'a joué aucun rôle absolument décisif dans le rachat de Force India.

"Nous avons été impliqués en tant que créancier le plus important de Force India. Mais nous n'avons pas été impliqués dans le processus. L'administrateur judiciaire a géré ce processus et nous a tenu informés tout le long. Et bien sûr, nous avons facilité les discussions avec tous les potentiels acquéreurs."

"Nous avons exploré les opportunités en travaillant ensemble, avec les potentiels nouveaux propriétaires de l'écurie, et tout le monde avait envie de comprendre notre point de vue; et bien sûr, le consortium mené par Stroll a été choisi par les administrateurs, voilà comment l'affaire s'est conclue."

Il faudra sans doute attendre la saison prochaine pour voir la réalité et l'ampleur des synergies entre Mercedes et Racing Point Force India...
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton - On a surpassé nos attentes
Lewis Hamilton était arrivé en Belgique en tant que leader du championnat, en profitant des erreurs de Ferrari et Sebastian Vettel, en Allemagne et en Hongrie.

Il a quitté Spa avec une 2ème place mais toujours avec l'impression d'avoir optimisé ce qu'il pouvait faire, avec le matériel dont il dispose.

"On peut certainement dire qu'on a surpassé les attentes, oui, ou que ce sont eux (Ferrari) qui ont moins répondu aux attentes, et c'est sans doute pour ça qu'ils accusent un déficit actuellement", confie Hamilton à la 'RTBF'.

"En termes de performance, je pense qu'on n'avait pas le niveau espéré, mais nous avons fait plus que maximiser notre potentiel. En général, quand tu sais que tu ne seras pas le plus rapide, tu te dis que tu dois essayer de terminer le plus haut possible: deuxième, ou troisième... Mais quand tu arrives à profiter des problèmes ou des erreurs des autres, là, tu surpasses les attentes."

Dans ces conditions, pour viser le titre, il faudra minimiser les erreurs lors des huit courses restantes.

"La clé, pour chaque équipe, ce sera la régularité. Commettre un minimum d'erreurs, maximiser toutes les opportunités, comme on l'a fait lors des dernières courses, et s'en sortir toujours avec un résultat un peu meilleur qu'espéré. La pression est intense, mais c'est ce qui rend la course si excitante, quand c'est aussi serré!"

Ce duel à l'issue incertaine entre Mercedes et Ferrari est très exigeant selon Hamilton.

"C'est la saison la plus difficile dont je me rappelle. L'an dernier, c'était déjà compliqué, mais celle-ci, c'est clairement la plus difficile. Dans la voiture, et en dehors de la voiture."

"La plus difficile, oui, mais pas uniquement au vu de ce qui se passe sur la piste, mais aussi en raison de ce qui se passe en dehors", ajoute-t-il.

"La pression du travail qui s'accumule, l'ambition, parce que je suis très ambitieux. J'ai beaucoup de projets, d'objectifs, de choses que je veux faire là, tout de suite! Mais mon but premier, c'est toujours de remporter le titre. Gérer toutes ces choses tout en restant au maximum de mes capacités, en étant le meilleur pilote possible, le n°1, c'est mon plus grand challenge."
source: Nextgen-Auto.com

Mercedes prête à donner des consignes après Monza
La situation au Championnat des Pilotes devient compliquée pour Valtteri Bottas: le Finlandais a maintenant 87 points de retard sur Lewis Hamilton, alors qu'il en reste au maximum 200 à marquer.

N'est-il pas temps de favoriser Lewis Hamilton dans la lutte pour le titre mondial, d'autant plus que la Ferrari semble avoir un avantage en performance pure?

C'est la question qui a été posée à Toto Wolff après la course de ce week-end, en Belgique.

"Je déteste faire cela. Cela va complètement à l'encontre de mon instinct de compétiteur. Nous avons toujours été très neutres avec nos deux pilotes, nous n'avons jamais eu à imposer de consignes et nous n'en avons pas encore discuté. Mais la situation ne tourne en effet pas à notre avantage, ni à celle de Valtteri", reconnait le directeur de Mercedes F1.

"Voyons encore comment Monza se déroule et ensuite nous répondrons à la question de savoir si nous devons mettre toutes nos forces derrière un seul pilote."

"Pour le moment, nous devons encore à nos pilotes de ne pas interférer dans leurs chances respectives."

Si l'écart se creuse encore après Monza, il sera "plus facile" pour Wolff de trancher.

"Mais si Valtteri gagne et que Lewis abandonne? Nous serions bien embêtés..."
source: Nextgen-Auto.com

Steiner se félicite d'un week-end sans problème pour Haas
Günther Steiner est un dirigeant heureux. Comme en Autriche, le week-end de Haas s'est parfaitement bien passé à Spa-Francorchamps, et les deux pilotes de l'équipe ont terminé dans les points. Grâce aux 10 unités marquées, l'équipe américaine n'est plus qu'à six points de la quatrième place actuellement détenue par Renault.

"Je suis content de nos points, je ne suis pas content que Renault n'ait pas de points" a déclaré un Steiner bon joueur. "C'est sûr que c'était une bonne journée pour nous. Nous nous rapprochons. Il faut juste qu'on se rapproche un peu plus, puis qu'on passe devant. Durant toute la course chez nous, tout le monde a fait du bon travail. Il n'y a pas eu d'erreur de n'importe où. C'était pour nous une course sans faille, alors je suis très heureux."

Steiner admet qu'il ne compte pas sur une mauvaise forme éternelle de Renault: "C'est une opportunité, je ne sais pas si elle est bonne, je vous le dirai après Monza. Il y a beaucoup de choses à faire jusqu'à ce que nous le fassions. Certes, nous essayons, mais comme je le dis toujours, Renault, c'est une bonne équipe. Ils se battront pour cela, ils ne nous livreront pas la quatrième place sur un plateau."

"Je pense qu'il y a eu un mauvais week-end pour eux ici, comme nous en aurons d'ici à la fin de la saison. Ils peuvent être forts à nouveau à Monza comme ils le sont normalement, donc ce sera une bataille plus difficile. Je ne sais pas comment Monza sera pour nous, je ne sais pas ce que les autres ont préparé. Nous verrons samedi."
source: Nextgen-Auto.com

Horner de plus en plus impatient d'avoir le Honda
Red Bull Racing préfère voir le verra à moitié vide qu'à moitié plein depuis sa signature avec Honda.

Christian Horner n'a pas hésité à adresser un nouveau tacle à Renault, malgré le podium obtenu hier par Max Verstappen à Spa.

"Nous avons vraiment besoin de faire un pas en avant côté moteur. L'écart avec Mercedes et Ferrari est significatif. Cela s'est vu avec Max qui a eu du mal à dépasser les Force India", lance le patron de l'équipe autrichienne.

Et Horner préférait souligner la 9ème place de Pierre Gasly, avec le moteur Honda, sur un circuit aussi exigeant.

"Honda fait de grands progrès. Ils marquent des points régulièrement, et même ici, sur un circuit de moteur. Vous pouvez voir qu'ils avancent à grands pas et font une belle percée. C'est encourageant et c'est ce qu'il nous faut pour 2019."
source: Nextgen-Auto.com

Wolff estime que Ferrari avait un double avantage à Spa
Toto Wolff a reconnu que Ferrari avait un double avantage à Spa-Francorchamps, qu'il s'agisse de la vitesse de pointe ou du rythme global, les monoplaces au Cheval Cabré étaient imprenables.

"Ils ont un avantage en puissance que l'on a pu voir en qualifications" admet le directeur de Mercedes. "Leur avantage de puissance est à divers endroits de la ligne droite. On peut voir que même si leurs sorties de virages sont moins bonnes, le moteur continue de faire son effet."

Lewis Hamilton a dit après la course que Ferrari devait avoir trouvé un "truc", mais Wolff précise la pensée de son pilote: "Je pense que cela est plutôt dû à la manière dont ils exploitent et calibrent leur moteur."

Mais pour Wolff, c'est aussi le manque de motricité de la Mercedes qui pose problème: "Ils ont un avantage en puissance, et vous ajouter cela à nos faiblesses, spécialement en sortie du premier virage, cela cause un double effet. Si vous n'avez pas une bonne motricité et que vous êtes légèrement moins bon en puissance, vous vivez ce qu'on a vécu au premier tour."
source: Nextgen-Auto.com

Les zones de DRS revues à Monza, Sotchi, Austin, Interlagos et Abu Dhabi
La FIA a annoncé qu'elle allongerait les zones DRS sur cinq des huit pistes restantes à visiter. Cela commencera dès ce week-end à Monza, où la deuxième zone de DRS entre Lesmo 2 et Ascari sera étendue, tandis qu'en Russie, la première zone de DRS comprendra le premier virage rapide, comme à Silverstone.

"En Russie nous étendrons la zone de DRS principale qui débutera dans la ligne droite des stands vers le premier virage" explique Whiting. "A Austin, on allongera celle qui se situe dans la ligne droite du retour entre les virages 11 et 12. Celle de la ligne droite des stands est aussi longue que possible."

S'il ne compte pas faire de changement à Singapour, à Suzuka et Mexico, il détaille ceux à Interlagos et Abu Dhabi: "Au Brésil nous allons étendre la zone principale dans la ligne droite d'environ 100 mètres juste après le virage 14, et les deux seront rallongées à Abu Dhabi."

De nombreuses critiques ont été formulées à l'encontre du DRS après la course de Spa-Francorchamps, où les dépassements ont parfois semblé trop faciles dans Kemmel: "Spa est différent. On a vu beaucoup de cas, Seb [Vettel] a dépassé Lewis [Hamilton] sans le DRS. Ce sera différent sur d'autres circuits."
source: Nextgen-Auto.com

Szafnauer est heureux du défi surmonté par Racing Point FI
Racing Point Force India faisait ses grands débuts en Grand Prix en Belgique ce week-end, et l'équipe a brillé avec une deuxième ligne en qualifications et des cinquième et sixième places à l'arrivée. Otmar Szafnauer, qui faisait ses débuts en tant que directeur d'équipe, est ravi.

"Quitter Spa avec 18 points, ça fait du bien" admet-il. "Nous avons été rapides tout le week-end et il était important de convertir notre potentiel en un résultat solide aujourd'hui. C'était un premier tour très mouvementé, mais nous n'avons pas eu de problèmes dans le premier virage et Esteban [Ocon] a même failli prendre la tête à l'approche des Combes."

"Une fois que les choses se sont calmées, les deux pilotes ont livré des courses propres et ordonnées, mais en fin de compte, nous n'avons pas eu le rythme pour monter sur le podium aujourd'hui."

Il tient à remercier la dévotion de son équipe qui n'était pas encore assurée de courir jeudi: "C'est exactement ce dont nous avions besoin et c'est tout à l'honneur des 405 membres du personnel qui ont fait preuve d'une grande détermination ces dernières semaines. Je les félicite tous et j'ai hâte de marquer plus de points dans les courses à venir."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton pense que Mercedes ne peut plus bluffer
Lewis Hamilton a reconnu hier son impuissance face à la Ferrari de Sebastian Vettel, alors que ce dernier l'a dépassé sans souci dans le premier tour. Le Britannique admet qu'il s'inquiète un peu de n'avoir pu ensuite aller chercher l'Allemand.

"Naturellement, c'est une préoccupation" admet le Britannique. "Lors des conférences de presse, tout le monde demande qui est le plus rapide, de nous ou de Ferrari. Ils ont un bon rythme, et l'avantage sur nous, depuis un certain temps."

"Les deux dernières courses, avant ici, nous avions fait un meilleur travail, même s'ils avaient une meilleure voiture. Mais si vous jouez avec un jeu de cartes et que vous bluffez, vous ne pouvez le faire qu'un certain temps avant que votre adversaire réalise que vous le faites."

Le quadruple Champion du monde ne veut évidemment rien lâcher: "Il faut qu'on continue. J'ai vraiment confiance et je crois en nos gars. Nous vivons les hauts et les bas ensemble et vous ne pouvez pas tous les gagner, mais ces prochaines courses seront vraiment révélatrices. Les deux ou trois prochaines courses vont montrer notre capacité à lutter contre ces performances."

Cependant, Hamilton et Mercedes sont toujours en tête du championnat, et il rappelle que c'est lui est en position de force actuellement: "Si nous étions à égalité ou en retard dans le championnat, ne pas gagner en Belgique serait plus douloureux. Mais il est certain que nous avons fait moins d'erreurs cette année. On doit essayer de continuer parce que ça compte pour quelque chose."

"Je pense que la force est là, la régularité est là, et c'est quelque chose à laquelle je veux continuer d'essayer de m'accrocher. On sait qu'il va falloir que la voiture fonctionne parfaitement, que tout fonctionne parfaitement à 100% pour les battre. En Belgique, Sebastian a vraiment été performant et n'a pas fait d'erreurs, il a fait du bon travail, et nous devons continuer d'appliquer la pression."
source: Nextgen-Auto.com

Le manager de Vandoorne à 100% confiant de le voir encore en F1 en 2019
Alessandro Alunni Bravi, manager de Stoffel Vandoorne et de Robert Kubica notamment, a fait le point sur la situation du Belge en Formule 1.

Les spéculations montent quant à son remplacement par Esteban Ocon, mais peut-être pas avant 2019 puisque le Français serait trop grand pour piloter la McLaren MCL33 de cette année.

Vandoorne pourrait trouver refuge chez Sauber, avec la bienveillance de Frédéric Vasseur. Bravi a aussi des liens forts avec les actionnaires de l'équipe suisse.

éIl y a toujours des rumeurs. Il y en a eu trop ce week-end je pense, elles ne reflètent pas vraiment la réalité. Stoffel est un pilote McLaren pour la saison 2018. Il sera chez McLaren jusqu'au terme de la saison, c'est sûré, assure-t-il à la 'RTBF'.

"Plusieurs pilotes discutent avec des teams pour trouver des possibilités. C'est pareil pour nous. On veut surtout arriver à une bonne voiture avec l'équipe. Stoffel doit se concentrer sur son travail, je m'occupe de chercher toutes les options."

"McLaren est prioritaire pour nous. Si le team n'est pas une option valable pour l'an prochain, on va regarder d'autres options qui sont présentes pour Stoffel", ajoute Bravi, sans faire référence à Sauber ou une autre équipe.

Le manager défend aussi les qualités de travailleur de son pilote et son esprit d'équipe.

"C'est un mec super professionnel. Il est capable de gérer la pression comme aucun autre. Il est arrivé ici tranquille, déterminé et motivé. Je ne l'ai jamais entendu critiquer une équipe. Il arrive le premier et il est le dernier à quitter le stand. Il aide les autres au maximum."

"Il est calme, ça ne veut pas dire qu'il n'est pas agressif. C'est un des pilotes les plus agressifs en voiture. Il a l'approche professionnelle d'un pilote mature. Il a montré ses grandes qualités humaines jusqu'à présent chez McLaren."

Et Bravi ose même un pronostic.

"Je lui donne 100% de chances d'être encore en F1 l'an prochain. Je n'ai pas encore de garantie, mais il est toujours l'un des plus jeunes talents du paddock. Cette opinion est partagée chez McLaren et chez beaucoup d'autres écuries."
source: Nextgen-Auto.com

Stroll 'dans l'attente' de son transfert chez Racing Point FI
Lance Stroll a été questionné à la fin du Grand Prix de Belgique, afin de savoir s'il serait toujours chez Williams ce week-end, à Monza.

Devant la multiplication des rumeurs qui l'envoient chez Racing Point FI dès le Grand Prix d'Italie, le Québécois n'a pas nié.

"Je suis dans l'attente. Pour l'instant, je considère que je dois rouler pour Williams", dit-il.

Mais Stroll sera dès demain à l'usine de Racing Point FI pour mouler son baquet.

"Nous verrons ce que mon père décide de faire", répond-il, lorsqu'on lui demande pour quand est prévu le transfert. "Cette année, la saison prochaine, peut-être pas. Qui sait? J'attends, pour le moment."

Un transfert dès Monza ou Singapour (hypothèse plus réaliste selon beaucoup) entrainerait un grand jeu de chaises musicales, comme nous vous le rapportions ce week-end.
source: Nextgen-Auto.com

Stratégie sans surprise en Belgique malgré la safety car
Sebastian Vettel offre la victoire à Ferrari en Belgique grâce à une stratégie d'un arrêt aux stands et une combinaison supersoft / soft. Soit le même choix tactique que les deux autres pilotes présents sur le podium de Spa, Lewis Hamilton et Max Verstappen.

Sebastian Vettel l'emporte en n'ayant effectué qu'un arrêt aux stands, basculant des supersoft aux soft au 22ème passage. Soit un tour après Hamilton, deuxième pour le compte de l'écurie Mercedes. Une stratégie à un arrêt que Pirelli avait prévue dès samedi.

Cette option est d'ailleurs privilégiée par la majorité des concurrents évoluant aux avant-postes, à l'exception notable de Valtteri Bottas qui se classe 4ème avec deux arrêts après s'être élancé en fond de peloton.

Le Finlandais signe également le meilleur tour en course en pneumatiques soft, effaçant au passage le record établi l'an passé avec l'ultrasoft. La Mercedes franchit ainsi le drapeau à damier devant les deux Force India qui décrochent un résultat très encourageant si l'on considère que l'équipe vient de changer de mains en raison de ses récents soucis.

Carlos Sainz (Renault), Stoffel Vandoorne (McLaren) et Kimi Räikkönen (Ferrari) sont les seuls à avoir fait le choix de chausser les gommes medium, profitant de l'intervention de la voiture de sécurité consécutive à un accrochage dans le premier virage. Après les pluies observées samedi, la piste est restée cette fois totalement sèche, la température ambiante avoisinant les 19°C.

"Les pneumatiques se sont parfaitement adaptés aux exigences très particulières de ce circuit de Spa. Le Safety-Car apparu en début de course a permis d'allonger le premier relais, la plupart des pilotes parvenant à gérer l'usure de leur gomme pour s'assurer de n'effectuer qu'un arrêt aux stands", ote Mario Isola, responsable de Pirelli F1.

"Valtteri Bottas, qui s'élançait du fond de grille, privilégia cependant une approche différente en observant deux pit-stops, avec un long deuxième relais en supersoft. Nous prenons désormais la direction de notre épreuve à domicile, à Monza, la semaine prochaine, où nous proposerons la même gamme de pneumatiques."
source: Nextgen-Auto.com

Le HALO a-t-il sauvé Leclerc? LA FIA ne s'avance pas encore
Le HALO a-t-il évité le pire à Charles Leclerc, lors de l'accident du premier tour à Spa hier?

La monoplace de Fernando Alonso, percutée par Nico Hülkenberg, est grimpée sur celle du pilote Sauber. La roue de l'Espagnol aurait pu finir sur la tête de Charles Leclerc, mais le HALO a semble-t-il absorbé le choc - comme le témoignent les fortes marques de pneu sur le HALO du Monégasque.

Questionné au sujet du rôle du HALO lors de cet accident, Charlie Whiting n'a voulu tirer aucun enseignement définitif.

"C'est un peu tôt pour le dire. Le ralenti ne nous dira pas beaucoup de choses, la caméra embarquée n'est pas particulièrement explicite."

"Ce qui est clair, c'est qu'on voit une marque significative de deux pneus sur le HALO. Nous avons pris beaucoup de photos et nos ingénieurs vont contacter ce lundi matin Sauber, pour s'assurer que quand ils enlèveront le HALO, les boulons et les attaches du HALO soient en bon état. Et plus important, pour voir si le HALO a été tordu sous l'effet de l'impact. Aujourd'hui le HALO est fixé par plusieurs boulons, mais nous verrons si leur forme a été modifiée sous le poids du choc."

"Espérons que nous apprendrons tout ce que nous pourrons de cet incident."

Sans le HALO, Charles Leclerc aurait-il été sérieusement blessé ce dimanche? Alonso l'a suggéré. Mais il faudra attendre une enquête de la FIA pour le savoir avec certitude.

"Ce serait un peu spéculatif de le dire aujourd'hui" poursuit Charlie Whiting "mais vous voyez qu'il ne faut pas être très imaginatif, pour voir la marque du pneu d'Alonso sur la tête de Leclerc. Il aurait fallu peut-être un miracle si le HALO n'avait pas été là. Il y a énormément de marques pneumatiques sur le HALO de Charles Leclerc. Donc il ne faut pas avoir beaucoup d'imagination pour imaginer que le pneu aurait tapé la tête de Charles. Mais c'est légèrement spéculatif."

Dans la course sprint en F2 de ce dimanche à Spa, le HALO aussi est supposé avoir joué un rôle décisif pour empêcher un pilote d'être touché à la tête. Mais comme le confirme le directeur de course de la FIA, il faut encore collecter plus de données avant d'être catégorique.

"Nous avons essayé de collecter autant d'informations que possible - et dès que possible. Nos ingénieurs et enquêteurs ont produit un rapport interne assez détaillé, mais nous essayons tous de collecter autant de renseignements que possible, ce qui nous aide, puisque nous continuons le développement de la prochaine version du HALO. Donc plus on aura d'informations, mieux ce sera."
source: Nextgen-Auto.com

Whiting 'amusé' par les sous-entendus d'Hamilton sur la Ferrari
Comment diable expliquer la supériorité de la Ferrari sur la Mercedes à Spa? Lewis Hamilton n'en sait précisément rien, mais s'est dit certain après l'arrivée que la Scuderia avait imaginé des "combines" pour rendre sa voiture plus rapide.

Lewis Hamilton a ensuite clarifié ses propos, en précisant qu'il ne sous-entendait pas que des pièces illégales se nichaient dans la Ferrari.

"Je suis assez amusé par tout cela, en fait" a réagi de son côté Charlie Whiting, le directeur de course. "Parce que nous en savons beaucoup sur la Ferrari, et Lewis n'a aucun moyen de savoir quoi que ce soit à ce sujet."

"Ils font du bon travail pour le moment, et Mercedes doit essayer de les rejoindre, n'est-ce pas?"

"Ce commentaire en particulier ne dit rien. Si Lewis dit que Ferrari a quelques combines sur la voiture... clairement, Ferrari a certaines choses sur leur voiture qui leur donne plus de performance, et nous le savons tous - tous au sein de la FIA. Et bien sûr, nous sommes satisfaits de la légalité des pièces."

Toto Wolff a volontiers avoué une certaine frustration au moment de constater la supériorité de la Ferrari. Le patron de Mercedes fait néanmoins toute confiance à la FIA pour veiller au grain et nuance donc lui aussi les propos de son pilote.

"C'est une réaction complètement humaine quand vous êtes moins performants. Vous regardez votre propre voiture... et ensuite, vous regardez celles de vos concurrents. Et si vous n'avez pas l'explication, vous essayez d'imaginer plein de vilaines choses. Je n'ai pas de renseignement particulier, mais j'ai une vraie confiance dans la FIA."

"Il y a un groupe formidable de personnes autour d'Olivier Hulot (chef de l'électronique de la F1) et Cedrik Staudohar (analyse des données), avec aussi Nikolas Tombazis (responsable des compétitions monoplaces), qui dirigent tout et contrôlent chaque équipe. Ils sont ouverts d'esprit, et cela vaut pour toutes les écuries."

"Tout le monde essaie d'innover et de trouver plus de performance, et pour ce qui me concerne, les gars de la FIA font les choses comme il le faut."
source: Nextgen-Auto.com
Suivez l'évolution du marché des transferts du championnat 2019.

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Site Mobile ::.
>> Suivez toute l'actualité de la Formule 1 où que vous soyez!
mobile • Connectez-vous sur notre mobile à l'adresse:
mobile.zonef1.com
.:: Publicité ::.