En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus Accepter
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Samedi 01 Décembre 2018

Horner désigne Ricciardo et Verstappen comme son meilleur duo de pilotes
Directeur de Red Bull depuis l'arrivée de la marque en Formule 1, Christian Horner a connu plusieurs duos de pilotes, mais avoue que celui composé de Daniel Ricciardo et Max Verstappen reste le meilleur qu'il ait eu. Pas seulement au niveau des performances, mais également pour la dynamique entre les deux, qui surpassait largement celle de Sebastian Vettel et Mark Webber, pourtant à l'origine des huit titres mondiaux de Red Bull.

"En fait, c'est probablement la meilleure dynamique qu'il m'ait été donné de trouver entre deux pilotes, qui se respectent, se poussent vers le haut, et bénéficient tous les deux de la manière dont ils fonctionnent avec l'équipe. C'était une belle relation et ils se sont poussés à un meilleur niveau" explique Horner
.
Verstappen a rejoint Red Bull lors de la cinquième course de la saison 2016, en remplacement de Daniil Kvyat, tandis que Ricciardo est arrivé en 2014, pour remplacer son compatriote Webber. Horner se souvient de ce recrutement et du choix de l'Australien.

"Ce fut un plaisir de l'avoir dans l'équipe ces cinq dernières années. Il travaille chez Red Bull depuis 2007 et c'est formidable de le voir grandir et évoluer. Ironiquement, lorsque nous avons été confrontés pour la première fois au dilemme de savoir avec qui remplacer Mark Webber, il y avait Jean-Eric Vergne, Daniel Ricciardo et Kimi Räikkönen."

"Et notre plus grande préoccupation au sujet de Daniel n'était pas son rythme, mais le fait que nous ne l'avions pas vu courir roue contre roue lorsqu'il était dans une Toro Rosso. Mais dès qu'il est monté dans une voiture de course Red Bull, il n'a fait que doubler et est sans doute devenu le meilleur dépasseur du plateau. Il a fait des courses fantastiques pour nous."

Ricciardo a également une personnalité amusante, qui se rapprochait de l'esprit Red Bull: "Sa personnalité convient parfaitement à la marque. Son énergie au sein de cette équipe a été extrêmement populaire. Lui et Max étaient capable de faire beaucoup de bêtises. C'était génial. Tout ce que nous pouvons faire à la fin de ce chapitre, c'est lui souhaiter bonne chance pour l'avenir. Et un nouveau chapitre s'ouvre avec un autre jeune talent nommé Pierre Gasly."
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen veut continuer sur sa lancée la saison prochaine
Max Verstappen a terminé la saison 2018 en beauté, avec cinq podiums consécutifs, un podium sur lequel il est monté à sept reprises lors des neuf dernières courses. Le Néerlandais espère pouvoir prolonger cette dynamique dès le début de saison prochaine.

"Oui, je pense que cette saison a été difficile au début, mais ensuite, elle s'est finalement lancée et nous avons eu de très bons résultats, alors je suis content", avoue Verstappen. "Chaque année, ça dépend beaucoup de la voiture que l'on a."

"Je suis confiant quant au fait de pouvoir obtenir de bons résultats l'année prochaine, mais nous n'avons qu'à attendre de voir si nous allons être bons dès le début. Je suis sûr que nous pourrons à nouveau construire une voiture formidable et avec notre nouveau partenaire qu'est Honda, ce sera certainement très excitant."

Néanmoins, il ne se fixe pas d'objectifs trop tôt dans la saison: "Tout semble très prometteur, mais nous devons attendre d'être sur la piste l'année prochaine à Barcelone, donc pour moi, pour l'instant, le plus important est que je sois prêt et en forme pour conduire la voiture quand elle sera prête."

Il va connaître un troisième équipier en la personne de Pierre Gasly, qui va rejoindre l'équipe à la place de Daniel Ricciardo. Il a déjà couru contre le Français: "C'était ma première saison internationale en karting et je crois que c'était la deuxième de Pierre. Nous avons couru l'un contre l'autre toute la saison et nous avons eu quelques bonnes batailles."

"A l'époque, on ne parlait pas beaucoup, je pense que Pierre n'était pas très bon en anglais et moi non plus. Tu as 12 ans, c'est donc un peu différent. Puis, au fil des années, vous restez toujours en contact, vos chemins se croisent à nouveau à travers les autres séries. Puis il s'est retrouvé dans le programme Red Bull. C'est un pilote très rapide, mais c'est aussi un gars très sympa avec qui être et c'est important."
source: Nextgen-Auto.com

Renault ne sera Championne du monde 'qu'à un coût raisonnable' selon Abiteboul
Renault est face à un dilemme: l'écurie tricolore ne dispose pas encore d'un budget comparable à Mercedes ou Ferrari... mais investir beaucoup d'argent aujourd'hui serait idiot si les budgets plafonnés devenaient la nouvelle norme, à partir de 2021.

Si les budgets plafonnés ne sont pas mis en place comme l'espère Renault, le constructeur français menacera-t-il de se retirer de la F1, considérant qu'un titre coûterait trop d'argent?

"C'est un peu tôt de dire que nous allons quitter la F1 parce que nous n'aurons pas réussi à gagner!", a réagi Cyril Abiteboul.

"Je ne veux pas me plaindre de la situation parce que nous la connaissions en arrivant en F1. Ce qui est assez remarquable, c'est la course aux armements et la dépense incessante d'argent pour gagner - ce que je respecte pleinement. Et je pense que cette course aux armements nous a donné un spectacle formidable cette année. Donc il faut juste voir comment nous pouvons faire aussi bien que ces gars [Mercedes, Ferrari et Red Bull] à un moment donné."

"Un jour, ce sera une affaire différente avec la redistribution des revenus, et avec la limitation des dépenses. Parce que selon nous, ce n'est juste pas soutenable et je crois que c'est un sentiment partagé par tout le monde. Donc c'est juste une question de timing. Si les budgets plafonnés sont mis en place en 2022, alors, le plan sera retardé d'un an, mais ce qui importe surtout, c'est le principe, et le principe, c'est que nous devons gagner des courses à un coût raisonnable, étant donné la valeur de la F1. Nous voulons que l'équation revienne à la réalité dans les prochains mois."

Renault ambitionnait de remporter un titre en 2021, année de mise en place possible des budgets plafonnés. Le recrutement de Daniel Ricciardo est un signal fort envoyé à la concurrence. Dès l'an prochain, Cyril Abiteboul s'attend-il à ce que le pilote australien réalise des exploits pour Renault?

"C'est un peu tôt pour dévoiler nos objectifs précis pour l'an prochain. Mais bien sûr il nous faut progresser: 9ème, 6ème, 4ème au classement des constructeurs en trois ans, donc nous voudrions voir cette progression continuer. Bien sûr, nous savons que plus vous voulez progresser, plus la marche à gravir est haute et exigeante. Nous aimerions par exemple, réduire l'écart avec les écuries de pointe en qualifications, en course. Ne pas se faire prendre un tour. En termes de points aussi, il faut réduire l'écart. Donc c'est ce type d'objectif que nous annoncerons au début de la saison prochaine."

"Mais il faut s'attendre à ce que nous continuions à progresser, à achever la construction de l'équipe. Quant à Daniel, nous attendons de lui qu'il joue un rôle-clef dans tout cela. Comme il a joué un rôle-clef dans l'évolution de Red Bull, sur et en dehors de la piste. Parce que nous sentons aussi que nous avons besoin de quelqu'un qui endosse cette responsabilité. Nico [Hülkenberg] est un très bon pilote donc j'ai hâte aussi que ce line-up représente vraiment les efforts et les ambitions de Renault dans ce nouveau cycle."
source: Nextgen-Auto.com

Dix équipes, dix visions différentes à concilier selon Todt
La FOM, la FIA et les équipes espéraient régler le sujet des Accords Concorde pour 2021 dans le courant de l'année 2018 mais c'est loin d'être le cas.

Ces accords commerciaux sont évidemment délicats puisque Liberty Media tente d'apporter plus d'équité entre les équipes, avec une meilleure répartition des revenus et l'introduction de budgets plafonnés. Si tout le monde est d'accord sur le fond, ce n'est pas encore le cas sur la forme.

Les grandes équipes tentent de préserver au mieux leurs acquis alors que les petites espèrent enfin pouvoir se battre à armes (presque) égales d'ici deux ans.

Que pense la FIA de ces discussions qui trainent? Jean Todt, le président, se veut optimiste même si le sujet est toujours sur le feu.

"Il y a 10 équipes, 10 visions différentes, plus celle de la gouvernance du sport (la FIA), et celle de la FOM. Il y a des discussions, ce n'est pas facile mais c'est normal. Je reste optimiste."

"Le budget plafonné est une solution pour l'avenir mais de bons accords commerciaux, de bonnes règles techniques et sportives aussi."

"On a vu dans ce sport que l'argent ne fait pas tout. Des équipes avec peu de budget peuvent être compétitives, comme Force India, d'autres avec beaucoup, comme McLaren, ne le sont pas."

Jean Todt admet que "personnellement" il aimerait que ces nouveaux accords puissent attirer de nouvelles équipes, à défaut d'avoir de nouveaux motoristes.

"C'est déjà bien d'assurer la continuité avec ces 10 équipes, même si personnellement, j'aimerais en avoir 12. Ce serait meilleur pour la F1 même si la continuité des équipes actuelles reste la priorité."
source: Nextgen-Auto.com

Lawrence Stroll vise la troisième place pour Racing Point F1
Lawrence Stroll a mené le rachat de Force India, dont l'identité Racing Point F1 a été confirmée par la FIA pour la saison 2019. Le Canadien y a placé son fils, mais il assure surtout que c'est la perspective d'une équipe avec laquelle il pourrait avoir de bons résultats.

"Si cette équipe avait été la dernière, ça n'aurait pas marché", reconnaît Lawrence Stroll. "C'est grâce à leur rendement, compte tenu du budget dont ils disposaient, que cette occasion s'est concrétisée."

"Je ne suis pas là pour mon ego. Je ne suis pas là pour perdre de l'argent. Je suis là-dedans pour le long terme, comme je l'ai été avec toutes les autres entreprises que j'ai eues, que ce soit Tommy Hilfiger, Michael Kors ou n'importe qui."

Il admet aussi que la perspective des plafonds budgétaires à l'horizon 2021 l'a grandement aidé à prendre cette décision: "Ce n'est un secret pour personne qu'il y aura une sorte de plafond budgétaire et une meilleure distribution d'argent aux petites équipes."

"J'ai eu assez de conversations avec Chase [Carey, directeur de la F1] pour comprendre que c'est la direction qu'ils veulent et qu'ils doivent prendre pour leur entreprise. Pour moi, c'est une opportunité financière et, à partir de 2021, une opportunité commerciale rentable."

"Avec le bon financement, le bon leadership, la bonne motivation, il n'y a aucune raison que nous n'ayons pas de grandes attentes et que nous soyons capables d'aller encore plus loin, de nous battre pour cette troisième place."

L'équipe est actuellement séparée en deux entités, mais Stroll veut faire de Racing Point F1 une seule grande équipe de 400 personnes dans la même usine: "Ce sera une étape importante pour cette organisation que de déménager dans des installations modernes et d'être tous sous un même toit."

"Bien que l'équipe que j'ai achetée ne soit pas une équipe qui a perdu beaucoup d'argent, elle était constamment en difficulté. Il ne s'agit pas d'une énorme somme d'argent, mais simplement de sommes raisonnables et de l'embauche d'un peu plus de gens à l'endroit où il manquait des ressources, pour combler ce vide."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton - J'ai une idée des points faibles du nouveau règlement
La saison n'était pas finie que Mercedes a déjà fait un gros point sur la prochaine monoplace, qui sera utilisée en 2019.

L'équipe allemande a en effet travaillé étroitement avec ses ingénieurs dès le week-end d'Abu Dhabi pour discuter des points faibles liés à la nouvelle réglementation aérodynamique. Cela a permis aussi de préparer les essais de cette semaine, bien qu'aucune pièce pour 2019 n'a eu le droit d'être testée sur le plan aéro.

"Le vendredi avant le Grand Prix, nous avons discuté avec des personnes qui ne sont pas là d'habitude, mais qui suivent le développement de la voiture de l'année prochaine, nous avons eu cette conversation profonde et c'était inspirant", a déclaré Hamilton.

"Ils sont si intelligents, incroyablement intelligents et ils pensent sur une toute autre longueur d'onde qu'une personne normale."

"En fin de compte, je veux m'assurer, par le biais de nos débriefings, qu'ils n'ont pas mal interprété quelque chose. Par exemple, je sais ce dont j'ai besoin dans cette voiture pour aller plus vite et je dois m'assurer que je communique avec eux pour qu'ils aillent trouver cette performance. Pour la voiture de l'an prochain, j'ai une idée des points faibles du nouveau règlement, tout comme eux."

Pour Hamilton, le travail effectué entre l'usine et l'équipe de course est l'un des points forts de Mercedes.

"Il s'agit de travailler en étroite collaboration, de communiquer, et nous travaillons tous en étroite collaboration, ce qui nous permet d'élever notre niveau, et je pense que cette année, si vous regardez la performance de l'équipe pendant les week-end de course, que ce soit nos mécaniciens, nos ingénieurs, nos stratèges, nous avons tous amélioré notre niveau de jeu."
source: Nextgen-Auto.com

Brawn - L'arrivée de Leclerc, un coup de pouce pour Ferrari
Charles Leclerc fera ses débuts chez Ferrari en 2019, aux cotés de Sebastian Vettel. Selon Ross Brawn, directeur technique de la Formule 1 et ancien de Ferrari, l'arrivée du Monégasque doit constituer un pas en avant pour lui, mais aussi pour son équipe. Brawn assure néanmoins que les progrès effectués par la Scuderia sont déjà importants.

"Charles Leclerc a été vraiment impressionnant en termes de vitesse et de talent, mais il doit maintenant faire un grand pas en avant", explique Brawn. "Je suis sûr que son arrivée chez Ferrari sera un coup de pouce pour l'équipe et une motivation supplémentaire pour Vettel l'année prochaine."

"Quand on ne gagne pas un Championnat du monde qui semblait très facile à gagner, il est inévitable qu'on se pose des questions pour comprendre ce qui s'est mal passé. Quand l'équipe en question est Ferrari, la question n'est pas seulement posée au sommet, mais devient presque une question nationale en Italie, comme j'ai pu le constater moi-même durant ma décennie à Maranello."

"Ferrari est condamnée pour avoir terminé deuxième dans les deux championnats, car ce n'est tout simplement pas assez bien à domicile. Et pourtant, il y a de quoi être satisfait à Maranello, car en deux ans, l'équipe a réussi à combler un écart de performance par rapport à Mercedes qui en 2016 s'élevait à une seconde par tour."

Selon Brawn, ces progrès sont dus à la restructuration de l'équipe, initiée par Sergio Marchionne: "Le remaniement de la gestion technique initié par Sergio Marchionne a porté ses fruits cette année. Je pense que ce qui est le plus important, c'est qu'il en est résulté une nouvelle approche du fonctionnement de l'équipe et que cela lui a donné un nouvel esprit d'équipe."

"Cela faisait dix ans que Ferrari n'avait pas été capable de remporter six Grands Prix et de partir de la pole à six reprises. Sebastian Vettel était un digne adversaire pour Lewis Hamilton, mais contrairement à l'Anglais, l'Allemand n'a pas réussi à gagner toutes les courses qu'il aurait dû gagner, et il ne pouvait pas gagner s'il n'était pas favori pour le faire."
source: Nextgen-Auto.com

Hartley de retour chez Porsche, en Formule E?
Brendon Hartley a clairement indiqué qu'il estimait ne pas en avoir fini avec la Formule 1, mais il sait aussi qu'il est peu probable qu'il retrouve un baquet à l'horizon 2020.

A la lumière des nombreuses spéculations depuis plusieurs mois, le Néo-Zélandais s'attendait à son éviction de Toro Rosso et aurait déjà pris des contacts avancés avec son ancienne équipe en Endurance, Porsche.

Le constructeur allemand va s'engager officiellement en Formule E dans un an et il est devenu l'un des favoris pour prendre un des deux baquets de la firme de Stuttgart.

Hartley étudie cependant d'autres possibilités, du côté de l'Indycar ou du WEC, qui se dote d'un nouveau règlement pour les années à venir afin de remplacer les couteuses LMP1.
source: Nextgen-Auto.com

Todt veut une 'sanction constructive' pour Verstappen
Le président de la FIA, Jean Todt, a confirmé l'information que nous vous donnions en primeur cette semaine: Max Verstappen sera probablement mobilisé du côté des commissaires de course sur une catégorie junior.

Le pilote Red Bull doit payer pour son geste de mauvaise humeur envers Esteban Ocon à l'arrivée du Grand Prix du Brésil. Même si Todt reconnait une part d'émotions légitime, cela doit être contrôlé.

"Nous allons voir ce que nous allons lui donner à faire. Quand on a ce genre d'exposition mondiale, un pilote doit faire attention et la FIA y veille dans le cadre de sa gouvernance", explique le Français.

"Il a des responsabilités, nous aussi. On doit contrôler ces émotions. Il faut respecter les fans, le sport. Sinon il y a des conséquences."

Quant à la sanction, "pour l'instant rien n'est définitivement décidé. Cela doit être quelque chose qui soutient le sport, auprès des commissaires par exemple. Dans d'autres catégories. Se mettre de l'autre côté de la barrière, comprendre que juger ce n'est pas facile. Mais cela doit être une sanction constructive."
source: Nextgen-Auto.com

Le plateau F1 2019 affiche complet, le nouveau nom de Force India connu
Après une saison des transferts extrêmement agitée, l'ensemble du plateau 2019 est connu! Il s'agit en effet de l'une des périodes de transferts les plus agitées depuis très longtemps, puisque seules deux équipes ont gardé leur duo entre 2018 et 2019. Au total, 12 des 20 pilotes ne gardent pas la même place.

Du côté de Mercedes, la confiance reste placée en Lewis Hamilton et Valtteri Bottas après le gain des deux titres mondiaux. Le Finlandais a vécu une saison compliquée et sera sous pression l'année prochaine avec l'arrivée d'Esteban Ocon en tant que troisième pilote, et possible futur titulaire. Du côté de Haas, cela n'a pas bougé non plus avec la prolongation de Romain Grosjean et Kevin Magnussen.

Du côté des équipes qui ont changé un pilote, on retrouve Ferrari, puisque Charles Leclerc remplacera Kimi Räikkönen. Après une saison d'apprentissage, le Monégasque a convaincu la Scuderia de le signer comme titulaire.

Chez Red Bull, on verra également une nouvelle tête en la personne de Pierre Gasly, promu depuis Toro Rosso aux côtés de Max Verstappen. Il remplacera Daniel Ricciardo, qui a signé la grosse surprise de cet été en annonçant qu'il rejoignait Renault. Il fera équipe avec Nico Hülkenberg.

Du côté de Racing Point Force India, changement de nom confirmé sur la liste fournie par la FIA: au revoir Force India, l'équipe s'appellera Racing Point... tout court. Sergio Pérez a conservé sa place et accueillera à ses côtés Lance Stroll, dont le père a racheté l'équipe.

Quant aux autres équipes, elles auront un duo entièrement renouvelé. McLaren a remplacé un Espagnol par un autre, puisque Carlos Sainz a quitté Renault et le giron Red Bull pour prendre la place de Fernando Alonso, tandis que Lando Norris (qui a choisi comme numéro permanent le 4) a été promu depuis la F2 pour remplacer Stoffel Vandoorne.

Chez Sauber, Räikkönen fera son retour, 17 ans après ses débuts en F1 dans l'équipe suisse, et sera accompagné d'Antonio Giovinazzi (numéro 99), qui avait disputé deux courses pour l'équipe début 2017. Chez Toro Rosso, Daniil Kvyat va effectuer son retour après avoir été congédié avant la fin de saison 2017, et sera accompagné d'un autre revenant dans la filière Red Bull, Alexander Albon (numéro permanent encore non connu).

Du côté de Williams, là aussi, un nouveau duo sera en place. George Russell (numéro 63) a obtenu un contrat d'au moins deux ans avec l'équipe grâce à son titre en Formule 2, tandis que Robert Kubica (numéro 88), après une année passée comme essayeur de l'équipe, revient grâce au soutien de PKN Orlen.

Du côté des partants, on retrouve donc Fernando Alonso, qui a décidé de quitter la F1 pour aller courir notamment les 500 Miles d'Indianapolis, ainsi que Stoffel Vandoorne, qui a trouvé refuge chez HWA Racelab en Formule E. Esteban Ocon ne sera plus sur les grilles mais vise un retour chez Mercedes en 2020, tandis que Marcus Ericsson va aller courir en IndyCar. Enfin, Brendon Hartley et Sergey Sirotkin quittent également la Formule 1 mais n'ont pas annoncé leur future destination.
source: Nextgen-Auto.com
Suivez l'évolution du marché des transferts et découvrez le calendrier définitif du championnat 2019.

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Jeu ::.
>> Le pendu de la F1!
pendu • Découvrez le mot mystère en commettant moins de 6 erreurs et sauvez notre pilote de la pendaison!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.