En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus Accepter
Vous êtes dans: Accueil » Archives » Courses 2003 » Grand Prix de Malaisie » Conférence de presse

Grand Prix de Malaisie

Sepang - Conférence de presse

Dimanche 23 Mars 2003
10h35
K. Räikkönen (McLaren)
1 Kimi Räikkönen
(McLaren MP4/17D-Mercedes)
en 1h32'22"195
R. Barrichello (Ferrari)
2 Rubens Barrichello
(Ferrari F2002)
à 0'39"286
F. Alonso (Renault)
3 Fernando Alonso
(Renault R23)
à 1'04"007

Les interviews d'après course

A-
A
A+
Question: Kimi, que ressentiez-vous sur le podium en entendant l'hymne national finlandais? Quels sont vos sentiments maintenant que vous êtes en tête du championnat?
Kimi Räikkönen: Je me sentais très bien mais il me faudra encore un peu de temps avant que je ne me rende compte que je l'ai vraiment fait. Je pense que demain, je serai différent. Un grand merci à l'équipe, aux personnes de chez Mercedes, a tous dans l'équipe, les ingénieurs, bref, à tout le monde. Michelin a aussi fait de gros efforts. Ce que nous avons fait cet hiver commence à payer aujourd'hui. Bien sûr, il reste encore beaucoup de courses cette saison mais celle-ci était bien pour nous.

Q: Qu'avez-vous vu du chaos au premier virage?
KR: Deux voitures se sont touchées dans le second virage et l'une d'entre elle est sortie de la piste. J'ai alors décidé de prendre la trajectoire extérieure et j'ai remarqué qu'une voiture revenait sur la piste et j'ai pu l'éviter de justesse. Ce fut une bonne décision car même si j'étais un peu lent, je n'ai perdu aucune place.

Q: Nick Heidfeld était devant vous... est-ce que cela a été difficile de le doubler?
KR: Non, pas vraiment. Nous avions une bonne vitesse de pointe. La traction et les freins nous donnaient entière satisfaction depuis le début du week-end. Ce fut donc assez facile de le doubler.

Q: Pensiez-vous pouvoir gagner en partant septième sur la grille de départ?
KR: Il est très difficile de prévoir ce que les équipes vont faire après les qualifications. Vous avez remarqué que Michelin a été très fort durant tout le week-end. Bien sûr, je n'espérais pas gagner mais cette victoire est cependant très agréable. Mes qualifications ne se sont pas bien déroulées et c'est pour cela que j'étais si loin sur la grille de départ. Lors du tour de mise en grille, j'ai senti que la voiture était efficace mais je ne m'attendais pas à gagner pour autant.

Q: A part ça, tout s'est parfaitement déroulé?
KR: Oui, la voiture a été parfaite et dans les 20 derniers tours, je roulais à mon aise. Mon seul souhait était de ramener la voiture à l'arrivée. Je n'ai connu aucune difficulté, c'était tout simplement parfait. J'ai juste perdu un peu de temps en doublant certaines voitures mais c'était la même chose pour tout le monde.

Q: Rubens, vous avez bataillé aussi avec Heidfeld. Etait-ce difficile?
Rubens Barrichello: Nous avions aussi une très bonne vitesse de pointe et l'équilibre de la voiture était fantastique. J'ai perdu quelques places au premier tour et ensuite j'ai dû remonter. Lorsque vous suivez une autre voiture, vous perdez du temps mais j'ai eu une course sans problème. J'ai pu le doubler sans problème. Lorsque j'étais seul en piste, je pouvais faire les mêmes chronos que Kimi mais il poussait alors un peu plus et j'essayais de soutenir son rythme. Notre stratégie était bonne. Il est juste dommage que nous n'étions pas en bonne position après le premier tour car je pense que notre stratégie était fantastique.

Q: Comment vous êtes-vous retrouvé dans cette position après les deux premiers virages?
RB: Je roulais sans problème. J'ai vu que Coulthard avait pris un bon départ. Je ne sais pas s'il était en lutte avec Trulli ou pas. J'étais à côté de Michael lorsque soudainement, quand je suis entré dans le second virage, une voiture s'est mise en travers et elle s'est rapprochée très fortement de la mienne, j'ai donc été obligé de l'éviter. Après j'ai vu Trulli aller très large et j'ai dû freiner et quelques voitures sont passées. J'ai été chanceux de ne toucher personne. Il y avait beaucoup de pièces qui volaient. J'ai vu Montoya sans aileron arrière. Ce premier tour fut assez dur.

Q: Est-ce que cette course a été épuisante?
RB: J'étais bien préparé. Je me suis beaucoup entraîné malgré mes douleurs au dos. J'ai pu pousser à fond tout le temps. Après le second ravitaillement, lorsque je me suis retrouvé devant Alonso j'ai eu des ratés. J'ai parlé à l'équipe durant 3 ou 4 tours et ils m'ont dit que si j'étais capable de me rapprocher de Kimi, c'était bon. Si cela n'était pas possible, je devais juste ramener la voiture à l'arrivée.

Q: Vous avez été autorisé par la FIA à ne pas utiliser le système HANS. Pour quelle raison?
RB: En fait, je dois remercier les commissaires qui m'ont autorisé à ne pas utiliser ce système. J'ai un problème avec un nerf dans mon dos et Sid Watkins qui m'a examiné a approuvé ma demande. Je ne peux pas être parfaitement harnaché dans la voiture. Je bouge beaucoup dans la voiture et j'ai une petite hernie qui me fait beaucoup souffrir. J'ai roulé avec le HANS vendredi et samedi mais comme c'était très douloureux, ils m'ont permis de ne pas l'utiliser durant la course. La semaine prochaine, nous aurons de nouvelles ceintures et cela me permettra peut-être une meilleure adaptation de ma position de conduite. J'ai bon espoir que cela résoudra mon problème.

Q: Fernando, vous aviez l'air d'être très heureux sur le podium, mais vous êtiez en pole position... n'êtes-vous pas un peu déçu?
Fernando Alonso: Non, non, pas du tout. J'étais très heureux d'être sur le podium. Nous avons prouvé que les qualifications avaient été une bonne stratégie pour nous. Nous n'étions pas si légers que ça en carburant car les autres se sont arrêtés plus au moins au même moment que nous. Nous avons démontré notre compétitivité et notre fiabilité qui est très bonne pour l'instant. L'équipe a fait du très bon travail durant tout le week-end et pour ma part, c'est probablement ma meilleure fin de semaine de ma vie.

Q: Quel était le problème sur la voiture en fin de course?
FA: C'était quelque chose à la boîte de vitesses car en fin de course je devais passer les rapports manuellement. J'ai été très chanceux de pouvoir finir la course. Maintenant ça va très bien car j'ai croisé mes doigts lors des 10 derniers tours.

Q: Est-ce que vous aviez encore tous vos rapports? J'ai entendu dire qu'il ne vous restait plus que 5 vitesses?
FA: Non, non, j'avais tous mes rapports mais j'ai limité mes tours pour sauvegarder ma troisième place.

Q: Est-ce que ce fut le seul problème durant votre course?
FA: Oui, ce fut mon seul problème. Au début de la course, la voiture était très bonne mais pour le second relais, c'était moins bien. J'avais un petit problème de sous-virage avec mon second train de pneus. Je me suis battu un peu avec Rubens et ensuite lors du troisième relais j'ai eu ce problème particulier mais à part ça la course fut parfaite, sauf au premier virage j'ai été triste pour Jarno lorsque j'ai vu son accident. Il avait été si compétitif durant tout le week-end et j'étais un peu malheureux pour l'équipe, mais pour moi, personnellement, c'était une course fantastique. C'était fantastique pour moi de mener 14 tours, et de maintenir l'écart avec Kimi plus ou moins constant. C'était vraiment une belle bataille et un sentiment très spécial.
source: F1-Live.com
.:: Vue du ciel ::.
>> Découvrez ce circuit sur des photos satellite!
globe terrestre • Vous disposez du logiciel Google Earth, cliquez ici.

• Sinon, vous pouvez utiliser Google Map en cliquant ici.
.:: Jeu ::.
>> Le paddock perd la mémoire!
memory • Retrouvez toutes les associations nom + image en retournant les cartes deux par deux!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.