En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus Accepter
Vous êtes dans: Accueil » Archives » Courses 2004 » Grand Prix de Bahreïn » Conférence de presse

Grand Prix de Bahreïn

Sakhir - Conférence de presse

Dimanche 04 Avril 2004
16h00
M. Schumacher (Ferrari)
1 Michael Schumacher
(Ferrari F2004)
en 1h28'34"875
R. Barrichello (Ferrari)
2 Rubens Barrichello
(Ferrari F2004)
à 0'01"367
J. Button (BAR)
3 Jenson Button
(BAR 006-Honda)
à 0'26"687

Les interviews d'après course

A-
A
A+
Question: Michael, vous signez ici votre troisième victoire d'affilée avec une belle avance d'une demi-minute. On dit que toute la beauté de l'art est que cela paraisse facile de l'extérieur mais à quoi cela ressemblait vu de votre cockpit?
Michael Schumacher: Ce n'était pas très facile à cause des freins et des pneus sur lesquels il fallait garder un oeil attentif. Les deux manufacturiers de pneus se battaient avec le grainage et il nous fallait donc piloter prudemment, sans pousser trop fort. En outre, je pense que j'ai gagné la course avec quelques secondes d'avance sur Barrichello et pas une demi-minute.

Q: Oui, bien sûr, en fait je parlais de votre équipe par rapport aux autres...
MS: Ce fut juste un superbe week-end. Nous avons suivi notre voie et c'était dur de temps en temps. Nous avons été raisonnablement bons le vendredi, nous avons eu des difficultés pour trouver le bon équilibre le samedi car les conditions étaient changeantes mais au dernier moment, tout était en place. Nous avons signé la première ligne de la grille de départ et ensuite les deux premières places en course. C'est bien sûr un résultat de rêve.

Q: Vous avez bloqué vos roues au freinage du premier virage...
MS: Oui parce que nos pneus étaient froids, tout particulièrement ceux de l'avant. Je ne pouvais pas relâcher les freins pour corriger cela car j'étais déjà à la limite pour ce qui concerne le point de freinage. Ce blocage a causé quelques vibrations et j'ai dû les subir durant les neuf premiers tours.

Q: Avez-vous eu des problèmes pour doubler des voitures plus lentes?
MS: Le plus grand problème était de rester dans la bonne trajectoire car ça glissait vraiment. Cela m'est arrivé plusieurs fois. Lorsque je suis revenu sur Juan Pablo (Montoya), je me suis écarté de la trajectoire pour le dépasser et j'ai eu des difficultés dès le virage suivant.

Q: Rubens, comment était votre voiture?
Rubens Barrichello: La voiture était super mais comme en Malaisie, je pense que les quelques gouttes de pluie au départ ont joué contre moi, dans la mesure où mes freins ont mis du temps à monter en température. Après, j'ai dû éviter Michael dans le premier virage. Ensuite, il a été très rapide dans les premiers virages. Je pensais pouvoir lutter avec lui une fois mes freins chauds, j'ai donc essayé de rester dans son sillage. Ensuite, j'ai eu un problème pour redémarrer après mon ravitaillement. Cela m'a fait perdre du temps. A partir de là, l'écart était trop important, il n'y avait plus rien à faire.

Q: Jenson, une autre belle course de votre part. C'est votre deuxième podium de suite...
Jenson Button: C'est vraiment fantastique. Celle-ci était un peu plus difficile. Partir de la sixième position, ce n'était pas l'idéal pour moi. J'étais un peu déçu car nous avions un peu trop de sous-virage, ce qui m'avait coûté beaucoup de temps en qualification. Mais ce fut bon de se battre comme nous l'avions fait en Malaisie. La voiture a été très efficace durant toute la course. Comme Michael l'a dit, il nous fallait faire attention de rester sur la trajectoire car c'était sale en dehors de celle-ci.

Q: Vous avez eu quelques duels intéressants aujourd'hui. Tout d'abord avec Takuma Sato et ensuite avec Jarno Trulli que vous avez doublé à l'occasion du dernier ravitaillement.
JB: Oui, les gars qui s'occupent des ravitaillements ont fait un boulot fantastique. Comme toutes les équipes, nous nous sommes beaucoup entraînés à cet exercice. Ils ont été très bons et je pense aussi que notre stratégie de course a été payante.

Q: Et comment cela s'est passé avec Takuma? Est-ce que vous vous battiez avec lui ou restiez-vous simplement derrière lui en attendant qu'il se passe quelque chose?
JB: Je ne poussais pas très fort derrière lui mais lorsqu'il a fait une erreur j'ai réussi à le doubler.

Q: Michael, je dois vous le demander: comment était la boisson rose que l'on vous a donnée sur le podium?
MS: Je dois dire que ça sentait très bon. D'habitude nous avons de drôles d'odeurs après la course mais aujourd'hui, nous sentons tous très bon.

Q: Pouvez-vous nous dire encore quelque chose sur ce premier GP de F1 de Bahreïn?
MS: Je pense que tout le monde a fait de l'excellent travail ici. Ce circuit est très intéressant pour les pilotes, techniquement très difficile. Nos équipes disposaient de très grands espaces pour travailler. C'était superbe. L'accueil des fans et des gens d'ici a été très chaleureux. Ce fut une très agréable expérience et nous sommes impatients de revenir.
source: F1-Live.com
.:: Vue du ciel ::.
>> Découvrez ce circuit sur des photos satellite!
globe terrestre • Vous disposez du logiciel Google Earth, cliquez ici.

• Sinon, vous pouvez utiliser Google Map en cliquant ici.
.:: Site Mobile ::.
>> Suivez toute l'actualité de la Formule 1 où que vous soyez!
mobile • Connectez-vous sur notre mobile à l'adresse:
mobile.zonef1.com
.:: Publicité ::.