En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.

En savoir plus Accepter
Vous êtes dans: Accueil » Archives » Courses 2004 » Grand Prix de Belgique » Conférence de presse

Grand Prix de Belgique

Spa-Francorchamps - Conférence de presse

Dimanche 29 Août 2004
16h35
K. Räikkönen (McLaren)
1 Kimi Räikkönen
(McLaren MP4/19B-Mercedes)
en 1h32'35"274
M. Schumacher (Ferrari)
2 Michael Schumacher
(Ferrari F2004)
à 0'03"132
R. Barrichello (Ferrari)
3 Rubens Barrichello
(Ferrari F2004)
à 0'04"371

L'interview des trois premiers de la course

A-
A
A+
Question: Kimi, en partant dixième sur la grille de départ, pensiez-vous avoir une chance de remporter la course?
Kimi Räikkönen: Je savais que notre voiture était très rapide car le vendredi, la seule journée durant laquelle nous avons roulé sur le sec, j'avais signé le meilleur temps. J'espérais donc être au moins sur le podium ici mais je ne pouvais pas imaginer que ma voiture allait être aussi efficace même si j'ai eu quelques problèmes avec la sélection des rapports. A chaque fois que je rétrogradais, la voiture continuait à pousser et j'ai vraiment eu des difficultés avec ça. Parfois ça marchait et parfois pas. J'ai failli partir à la faute plusieurs fois. Je suis donc content de ce résultat.

Q: Quand est-ce que ces problèmes ont débuté?
KR: Juste après que je sois passé devant Michael, peut-être deux tours après.

Q: Et cela a continué le reste de la course?
KR: Ouais. Je pense que cela a fonctionné quelques tours et puis le problème est revenu. J'ai alors changé les réglages au volant à chaque virage en essayant de voir comment je pouvais corriger ça. J'ai perdu beaucoup de temps avant de comprendre ce qui m'arrivait dans les freinages.

Q: Assez tôt en course, vous avez dépassé David Coulthard. Est-ce que ce fut un dépassement facile?
KR: J'ai juste pris l'Eau Rouge à fond et j'étais plus rapide que lui au sommet et ensuite je l'ai passé.

Q: D'autres moments majeurs dans cette course?
KR: Non, pas vraiment. Juste un peut-être. Alonso avait des problèmes car il perdait de l'huile et alors que j'étais derrière lui dans l'Eau Rouge il s'est mis un peu en travers. Mais à part ça, c'est tout.

Q: Michael. Vous avez remporté votre septième titre. Est-ce un moment plein d'émotion?
Michael Schumacher: La bonne chose c'est que c'est à chaque fois différent. Ce que je ressens aujourd'hui est difficile à décrire avec des mots. Rien à voir avec ce que je ressentais lorsque je suis devenu Champion du monde pour la cinquième ou sixième fois. C'est spécial car nous sommes ici à Spa et cela représente beaucoup pour moi. Je remporte mon septième titre et c'est la 700ème course de F1 de Ferrari. Je suis très fier d'être parvenu à ce résultat avec cette équipe qui est extraordinaire. Elle l'a encore prouvé aujourd'hui avec Rubens en changeant son aileron et en lui permettant néanmoins de rester dans le même tour. Bien sûr, la voiture de sécurité nous a aidé mais c'est quand même du bon boulot.

Q: Après la première voiture de sécurité, Kimi et Montoya vous ont dépassé. Il y a eu pas mal de dépassements réalisés par Juan Pablo ici. Parlez-nous de ça...
MS: Il a pu faire ça parce que mes pneus ont mis beaucoup de temps à monter en température. La voiture de sécurité est restée en piste assez longtemps et nous avons eu des difficultés avec la pression et à les faire monter en température. Nous avons eu plus de difficultés que les pilotes en Michelin. Nous avions déjà constaté ça plusieurs fois et ce ne fut donc pas une surprise. En outre, j'avais des pneus durs aujourd'hui et cela ne m'a certainement pas aidé.

Q: Vous vous êtes arrêté au 30ème tour alors que la voiture de sécurité était en piste. Est-ce que c'est vous qui avez décidé de rentrer ou est-ce l'équipe qui vous a appelé?
MS: Non, non. C'était de toute façon prévu que nous rentrions à ce moment-là. Mais nous avions reçu l'information assez tôt pour réagir en conséquence. Mais quoi qu'il en soit, mon arrêt était prévu.

Q: Rubens, après votre arrêt au stand en début de course, pensiez-vous terminer sur le podium?
Rubens Barrichello: Je crois qu'il était difficile de penser à quoi que ce soit à ce moment-là car tout le monde me parlait. C'était un moment magique car Ross Brawn me parlait comme si nous étions dans un salon en tête à tête. Il m'a demandé de rester calme. Il me disait qu'ils allaient changer l'aileron avant et qu'ils allaient terminer le travail avant le retour de la voiture de sécurité. Lorsque j'ai repris la piste, j'étais à cinq secondes de la dernière voiture. C'était difficile de suivre certaines voitures. Ma voiture était très efficace mais j'ai par exemple perdu beaucoup de temps en suivant Panis par exemple. Si j'ai eu de la malchance en début de course, j'ai eu de la chance que la voiture de sécurité entre en piste.

Q: Où avez-vous endommagé votre voiture? A La Source ou dans l'Eau Rouge?
RB: C'est arrivé à La Source. Il ne s'est rien passé pour moi à l'Eau Rouge. J'ai entendu un grand bruit mais je ne sais pas d'où cela venait. Je pensais que c'était Webber mais on m'a dit que c'était Massa. J'ai aussi eu des dégâts à l'aileron arrière mais heureusement pour moi nous ne l'avions pas vu car autrement ils n'auraient pas pu me faire ressortir des stands à temps.
source: F1-Live.com
.:: Vue du ciel ::.
>> Découvrez ce circuit sur des photos satellite!
globe terrestre • Vous disposez du logiciel Google Earth, cliquez ici.

• Sinon, vous pouvez utiliser Google Maps en cliquant ici.
.:: Jeu ::.
>> Le paddock perd la mémoire!
memory • Retrouvez toutes les associations nom + image en retournant les cartes deux par deux!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.