En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.

En savoir plus Accepter
Vous êtes dans: Accueil » Archives » Courses 2005 » Grand Prix de Malaisie » Conférence de presse

Grand Prix de Malaisie

Kuala Lumpur - Conférence de presse

Dimanche 20 Mars 2005
10h35
F. Alonso (Renault)
1 Fernando Alonso
(Renault R25)
en 1h31'33"736
J. Trulli (Toyota)
2 Jarno Trulli
(Toyota TF105)
à 0'24"327
N. Heidfeld (Williams)
3 Nick Heidfeld
(Williams FW27-BMW)
à 0'32"188

L'interview des trois premiers de la course

A-
A
A+
Question: Fernando, c'était visiblement une course épuisante. Que représente pour vous cette victoire, sur un circuit que vous appréciez beaucoup?
Fernando Alonso: Oui, c'est l'un des meilleurs endroits où je voulais gagner car c'est un circuit technique, le plus difficile et le meilleur du championnat avec celui de Spa. Cela me rend encore plus heureux de gagner ici plutôt que sur un autre circuit.

Q: Est-ce que la fatigue vous a affecté pendant la course?
FA: Non car lorsque vous êtes dans la voiture, vous êtes concentré, vous respirez et c'est OK. Malheureusement, ma bouteille n'a pas fonctionné et ce n'était pas génial en fin de course. Ca m'était déjà arrivé vendredi. Lorsque vous vous levez rapidement, la pression du sang tombe et c'est normal. Ca arrive partout mais peut-être ici plus qu'ailleurs.

Q: Est-ce que l'équipe vous a demandé de réduire votre rythme ou est-ce de votre initiative?
FA: C'était ma décision. L'équipe m'a demandé de réduire le régime moteur car Jarno aussi contrôlait sa course, ses pneus, son moteur. Nous avons donc ralenti un peu plus encore car cette course est la plus dure de l'année. C'était la seconde course pour le moteur et il y a cette chaleur qui a été dure avec les pneus. Si des personnes avaient pensé en début de championnat que j'étais trop agressif avec les pneus, même sous des conditions extrêmes, je leur montre ici le contraire en remportant la course.

Q: Jarno, vous avez pris un excellent départ, mais il nous a semblé que lorsque vous avez passé la troisième, ils sont partis...
Jarno Trulli: Nous avons encore du travail dans ce domaine, mais c'est agréable de se retrouver ici. Je voulais relever un challenge en choisissant Toyota. Si j'ai choisi cette équipe, c'est pour certaines raisons, certaines personnes et je savais qu'elle avait un énorme potentiel. Maintenant, nous savons qu'il nous reste du travail sur le moteur, le châssis et l'aérodynamique. Heureusement nous pouvons compter sur des personnes expérimentées comme Mike Gascoyne, Marmorini et un tas d'autres ingénieurs qui préparent l'avenir. Ce premier podium est donc bon pour notre motivation. Il arrive au bon moment pour l'équipe et au bon endroit car je crois que cette course est l'une des plus dure sur le plan technique. Je veux remercier tous les membres de l'équipe Toyota.

Q: Comment se sont comportés vos pneus pendant la course?
JT: Je voulais les préserver en début de course. J'ai bien essayé de suivre Fernando lors des 10 premiers tours, mais j'ai ensuite pensé que je ne pouvais pas maintenir le même rythme et comme j'avais de l'avance sur Giancarlo, j'ai ralenti et fait attention à mes pneus. A la mi-course, j'avais un tel retard que l'équipe a commencé à s'inquiéter pour mes pneus avant et j'ai dû ralentir encore un peu plus. C'est agréable de terminer cette course à la seconde place. Il était important de ramener la voiture à l'arrivée et de signer ce premier podium.

Q: Nick, vous avez pris un excellent départ. Parlez-nous de ce premier tour...
Nick Heidfeld: Il était important de prendre un bon départ. Malheureusement, je ne m'étais qualifié qu'à la 10ème position et j'avais été devancé par les deux Red Bull comme à Melbourne. J'étais donc très content d'avoir pu les dépasser très vite et je me suis alors retrouvé derrière Kimi Räikkönen qui était lourd en essence. Il m'a un peu bloqué, mais je suis finalement très content de ma troisième place.

Q: Parlez-nous de votre bataille avec Ralf Schumacher...
NH: C'était une bataille à trois et c'est ce qui l'a rendue plus difficile mais encore plus excitante. Je devais deviner ce qui allait arriver par la suite. J'ai finalement pris le dessus. C'était très intéressant et amusant.

Q: Tous les pilotes allemands doivent vivre dans l'ombre de Michael Schumacher ou même de son frère mais aujourd'hui, vous les avez battus tous les deux. Que ressentez-vous?
NH: Je ne suis pas en F1 pour me retrouver sous les projecteurs. Je suis très heureux d'être dans l'ombre et sur le podium.
source: F1-Live.com
.:: Vue du ciel ::.
>> Découvrez ce circuit depuis des images satellite!
globe terrestre • Vous disposez du logiciel Google Earth, cliquez ici pour télécharger le fichier KMZ.

• Vous pouvez aussi utiliser Google Maps directement en ligne en cliquant ici.
.:: Twitter ::.
>> Actualité, commentaires, résultats... retrouvez les tweets postés par notre équipe!
Twitter • Suivez-nous sur Twitter à l'adresse:
twitter.com/ZoneF1
.:: Publicité ::.