En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus Accepter
Vous êtes dans: Accueil » Courses 2020 » Grand Prix de Turquie

Grand Prix de Turquie

Tout savoir sur... la course


@EN BREF:
Quatorzième manche du Championnat du monde 2020 de F1. FIA F1WC
Dates: 13, 14 et 15 novembre. Lieu: Circuit d'Istanbul Park.
Engagés: 20. Qualifiés: 20. Partants: 20. Classés: 17.
Conditions atmosphériques: ciel variable. 13°C dans l'air, 23°C sur la piste et 82% d'humidité.
Affluence: huis clos.


@LE GRAND PRIX:
circuit Année de création du Grand Prix: 2005.
Editions disputées à ce jour: 7 (toujours sur le même circuit).
 
Décalage horaire: GMT +3h (+2h de France, heure d'hiver).
Heure de départ: 13h10, heure locale (11h10, heure française).
Circuit: 5,338 km x 58 tours, soit 309,396 km au total.
Décalage entre les lignes de départ et d'arrivée: -208 m.
ATTENTION: la course s'effectue dans le sens inverse des aiguilles d'une montre!


@LES RECORDS:
Pole position Meilleur temps en course
1'25"049 (moy. 225,950 km/h) par
Sebastian Vettel (Red Bull RB7-Renault) en 2011.
1'24"770 (moy. 226,693 km/h) par
Juan Pablo Montoya (McLaren MP4/20-Mercedes) en 2005.
 
@LE PODIUM 2011: (dernier GP s'étant déroulé sur ce circuit)
P Pilote Ecurie-Moteur Pneu Temps Moyenne
1 1. Sebastian Vettel Red Bull RB7-Renault (P) en 1h30'17"558 (205,596 km/h)
2 2. Mark Webber Red Bull RB7-Renault (P) à 0'08"807 (205,262 km/h)
3 5. Fernando Alonso Ferrari 150° Italia (P) à 0'10"075 (205,214 km/h)


@LES FAITS DE COURSE:
Victoire impériale d'Hamilton qui s'offre un 7ème titre mondial!Exceptionnel. Les qualificatifs manquent pour décrire les performances de Lewis Hamilton, week-end après week-end mais dimanche, en Turquie, le Britannique a réalisé une course fantastique pour décrocher sa 94ème victoire en carrière mais aussi, et surtout, son septième titre mondial (2008, 2014, 2015, 2017, 2018, 2019, 2020). Le pilote Mercedes devient donc l'égal de Michael Schumacher avec ses sept couronnes, après l'avoir dépassé au nombre de podiums et de victoires cette saison.

On parle beaucoup de Mercedes, qui possède la meilleure voiture du plateau, et cela parfois réduit les performances paranormales de Lewis Hamilton. Dimanche, dans des conditions humides où la moindre faute emmenait le pilote dans le décor, le dorénavant septuple Champion du monde a été fantastique. En difficulté tout le week-end, aussi bien sur piste sèche ou humide, le Britannique n'avait décroché que le sixième temps des qualifications. Son pire samedi de l'année, c'est dire le niveau d'exigence de cette écurie.

Comme à son habitude, la marque allemande a alors travaillé pour voir où elle pouvait s'améliorer et dimanche, Lewis Hamilton a fait le reste. Auteur d'un bon départ, il s'est rapidement retrouvé troisième avant de rétrograder au profit de Verstappen et Vettel. Il s'est d'ailleurs arrêté en même temps que l'Allemand et a perdu beaucoup de temps, bloqué par la Ferrari, pendant de nombreux tours. La victoire paraissait alors lointaine mais c'était sans compter sur la magie du champion.

Alors que l'ensemble du plateau repassait par les stands une seconde fois, et que Bottas seul concurrent au titre était en perdition sur la piste humide d'Istanbul, Sergio Pérez et Lewis Hamilton restaient en piste. La Mercedes passait la Racing Point au 37ème tour et se retrouvait en tête. Une position qu'il ne lâchera plus. Avec brio, le Britannique accentuait son avance sur le Mexicain et le reste des poursuivants, incapables de remonter malgré des pneus neufs. Devant, Hamilton gérait de main de maître la course et faisait durer ses intermédiaires sur 50 tours (!) pour remporter le Grand Prix avec plus de vingt secondes d'avance sur le deuxième et expédiant son rival le plus direct, Valterri Bottas, à plus d'un tour.

Sept. Le voilà donc comme l'égal du Baron Rouge avec ses sept couronnes mondiales. A l'issue de la course, le bonheur et l'émotion s'entremêlaient dans la voix de Lewis Hamilton: "Je manque de mots. (ému) Je veux remercier mon équipe, mes supporters et ma famille. On savait que ça serait un week-end difficile. J'étais déçu en qualifications. On a beaucoup appris, on ne se blâme pas, on travaille. On essaie toujours de s'améliorer. Au début de la course, avec les pneus neufs, j'étais bloqué derrière Vettel. J'ai gardé la tête baissée, j'ai retrouvé de la ressource et je m'en suis servi. J'ai réussi à améliorer mon pilotage au fur et à mesure des tours." Insatiable, Hamilton ne va pas s'arrêter là. Il reste trois courses pour se rapprocher un peu plus des 100 victoires en F1. Il va aussi pouvoir s'asseoir autour d'une table avec Mercedes afin de prolonger sereinement l'aventure au moins jusqu'en 2021 pour décrocher un huitième sacre et effacer Michael Schumacher des tablettes.
.:: Affiche ::.
>> 1032ème Grand Prix de F1:
affiche
.:: Autres éditions ::.
>> Sélectionnez une année:
.:: Vue du ciel ::.
>> Découvrez ce circuit sur des photos satellite!
globe terrestre • Vous disposez du logiciel Google Earth, cliquez ici.

• Sinon, vous pouvez utiliser Google Map en cliquant ici.
.:: Publicité ::.