En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus Accepter
Vous êtes dans: Accueil » Archives » Courses 2000 » Grand Prix des Etats-Unis » Conférence de presse

Grand Prix des Etats-Unis

Indianapolis - Conférence de presse

Dimanche 24 Septembre 2000
23h40
M. Schumacher (Ferrari)
1 Michael Schumacher
(Ferrari F1-2000)
en 1h36'30"883
R. Barrichello (Ferrari)
2 Rubens Barrichello
(Ferrari F1-2000)
à 0'12"118
H.-H. Frentzen (Jordan)
3 Heinz-Harald Frentzen
(Jordan EJ10B-Mugen Honda)
à 0'17"368

Les interviews d'après course

A-
A
A+
Question: Michael, nos félicitations pour ce rêve qui se réalise pour vous et pour Ferrari. Après les émotions de Monza, comment vous sentez-vous après avoir gagné devant le plus grand public de l'histoire de la F1?
Michael Schumacher: Oh, c'est vraiment... vraiment agréable. C'est la première fois que nous venons ici et je devine qu'aucun de nous ne s'attendait à avoir un si bon accueil des supporters américains... Bien que ce ne soit probablement pas que des Américains parce qu'il y a les gens ici de tous les pays. Voir tant de monde célébrer ce doublé de Ferrari avec nous... c'est ce qu'il y a de mieux.

Q: Vous avez fait une course presque parfaite, sauf cet incident à environ cinq tours de la fin où vous avez réalisé un tête-à-queue. Vous dormiez?
MS: (rires) Cela y ressemble... Honnêtement, je peux le dire, je n'étais pas concentré. J'étais en croisière et j'avais un si grand avantage que l'équipe m'a demandé d'aller plus lentement et plus lentement encore. Donc je l'ai fait... Et j'ai juste mordu un peu dans herbe qui était encore humide. Ce sont des choses qui arrivent si vous ne vous concentrez pas correctement. Ensuite, Ross Brawn m'a demandé de tenir ma concentration. J'ai déclaré: "Ne t'inquiète pas, je suis éveillé maintenant!"

Q: En revenant sur les premiers tours de la course, vous aviez une bataille avec David Coulthard qui a fini pour vous par un excellent dépassement au premier virage. Saviez-vous à ce moment de la course qu'il allait être pénalisé pour avoir volé le départ?
MS: Nous le soupçonnions. Mais cependant il me ralentissait assez pour permettre à Häkkinen de me rattraper. C'était son but, ils sont équipiers et c'est parfaitement légal. Lors du dépassement, bien qu'il ne soit pas vraiment dans la course au championnat, il a vraiment essayé de me pousser à l'extérieur et m'a en réalité touché. Il dira probablement que c'était comme ça à Magny-Cours lors de notre duel mais d'un autre côté il n'est pas vraiment dans le championnat désormais et à mon avis il essayait d'aider son équipier. Je ne suis pas sûr si ce genre de chose doit être fait ou non. De toute façon, nous avons gagné. Nous avons rattrapé les gars de chez McLaren et c'est ce qui compte. Maintenant nous avons huit points d'avantage et il reste deux courses. Et un doublé de plus pour Ferrari, c'est fantastique.

Q: Rubens, félicitations pour votre seconde place. Tôt dans la course, je pense que vous n'auriez jamais imaginé que cela pourrait arriver. Etes-vous entré trop tôt pour mettre vos pneus secs?
Rubens Barrichello: Oui, certainement. Ce matin Michael avait essayé les pneus secs lors du warm-up et il a déclaré que c'était un peu trop difficile pour piloter dans ces conditions. Mais j'avais trop de sur-virage sur la voiture sur cette piste humide. J'ai pensé que c'était le meilleur moment pour changer les pneus, l'équipe a décidé de mettre beaucoup de carburant dans la voiture et c'était très difficile pendant cette période de maintenir la voiture sur la piste. Aussitôt que j'ai vu que j'étais rentré trop tôt, j'ai dû me concentrer pour tenir la voiture sur la piste. Il restait encore du chemin à faire et je savais que j'allais avoir ma chance plus tard.

Q: En fait votre chance est arrivée lorsque vous êtes passé devant Heinz-Harald lorsqu'il a fait son arrêt au stand. Après cela la voiture a semblé parfaite, l'était-elle?
RB: Eh bien, la voiture était vraiment bonne. Les réglages étaient vraiment agréables et le seul mauvais côté de la course fut que je me suis arrêté peut-être quatre ou cinq tours trop tôt. Bien que j'ai souffert avec les pneus pluie, je tournais probablement au moins deux secondes plus vite sur les pneus pluie que je ne l'étais avec les "slick". Ce fut le seul mauvais choix. La voiture avait un peu trop d'aileron, ce qui a rendu un peu difficile les dépassements. Mais c'était rapide. Je savais que lorsque Frentzen rentrerait aux stands j'aurai ma chance... Donc je devais piloter vite.

Q: Heinz-Harald, c'est seulement votre deuxième podium de l'année. Mais la course a duré 73 tours et vous vous êtes battu durement sur chaque tour. L'avez-vous appréciée?
Heinz-Harald Frentzen: Tout d'abord, je n'avais pas beaucoup de temps pour l'apprécier car je devais aller à fond. Près de l'arrivée, lorsque Jacques [Villeneuve] s'est rapproché, il a essayé de me passer une fois, en essayant au premier virage. Heureusement il n'y est pas parvenu. Mais j'ai connu une course vraiment difficile, je me suis battu pour chaque dixième aujourd'hui et j'avais ma voiture réglée pour être rapide en ligne droite. Mais je souffrais un peu dans la partie intérieure du circuit, où tous les concurrents me rattrapaient. Je pouvais réussir à rester devant eux sur la ligne droite, mais Jacques est arrivé très près, à l'aspiration, ce qui lui a donné une chance. Cette journée nous a apporté un super résultat pour nous. Cette année nous avons souffert sur l'aspect de la fiabilité de notre voiture. Nous avions beaucoup de chances de finir sur les podiums, mais pour des raisons évidentes nous ne l'avons pas fait. Je suis heureux que nous l'ayons fait ici aujourd'hui. Je suis très heureux pour l'équipe, qui est passée par une période difficile cette année et cela nous donnera un nouveau "boost" et plus de motivation pour remplir nos espérances élevées.

Q: Michael, cette saison s'est balancée d'une course à l'autre en faveur de Ferrari ou McLaren. Avec juste 2 courses restantes, pensez-vous que la victoire d'aujourd'hui est l'oscillation décisive en votre faveur?
MS: Naturellement, de mon point de vue je l'espère. Mais d'un autre côté je sais qu'avec un avantage de huit points tout est toujours ouvert, mathématiquement, bien que ce soit un bon avantage. Mais je commencerai à croire au championnat qu'une fois qu'il sera fini, et non auparavant. Vous avez vu ce qui est arrivé plus tôt cette année et on ne sait jamais ce qui arrivera dans les deux dernières courses. Nous serons très concentrés, à travailler dur pour ces deux dernières courses et nous espérons avoir des occasions supplémentaires.
source: DailyF1.com
.:: Vue du ciel ::.
>> Découvrez ce circuit sur des photos satellite!
globe terrestre • Vous disposez du logiciel Google Earth, cliquez ici.

• Sinon, vous pouvez utiliser Google Map en cliquant ici.
.:: Jeu ::.
>> Le pendu de la F1!
pendu • Découvrez le mot mystère en commettant moins de 6 erreurs et sauvez notre pilote de la pendaison!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.