En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus Accepter
Vous êtes dans: Accueil » Courses 2022 » Grand Prix de Hongrie

Grand Prix de Hongrie

Tout savoir sur... la course


@EN BREF:
Treizième manche du Championnat du monde 2022 de F1. FIA F1WC
Dates: 29, 30 et 31 juillet. Lieu: Hungaroring, Budapest.
Engagés: 20. Qualifiés: 20. Partants: 20. Classés: 20.
Conditions atmosphériques: ciel nuageux. 19°C dans l'air, 26°C sur la piste et 69% d'humidité.
Affluence: ---.


@LE GRAND PRIX:
circuit Année de création du Grand Prix: 1986.
Editions disputées à ce jour: 36 (toujours sur le même circuit).
 
Heure de départ: 15h.
Distance: 4,381 km x 70 tours, soit 306,630 km au total.
Décalage entre les lignes de départ et d'arrivée: -40 m.


@LES RECORDS:
Pole position Meilleur temps en course
1'13"447 (moy. 214,734 km/h) par
Lewis Hamilton (Mercedes F1 W11) en 2020.
1'16"627 (moy. 205,823 km/h) par
Lewis Hamilton (Mercedes F1 W11) en 2020.
 
@LE PODIUM 2021:
P Pilote Châssis-Moteur Pneu Temps Moyenne
1 31. Esteban Ocon Alpine A521-Renault (P) en 2h04'43"199 (147,513 km/h)
2 44. Lewis Hamilton Mercedes F1 W12 (P) à 0'02"736 (147,459 km/h)
3 55. Carlos Sainz Ferrari SF21 (P) à 0'15"018 (147,217 km/h)


@LES FAITS DE COURSE:
Victoire de Verstappen malgré sa 10ème place sur la grille!Max Verstappen a frappé fort à Budapest. Très fort. Parti dixième, le Néerlandais a remporté le Grand Prix de Hongrie signant ainsi sa 28ème victoire et la 8ème de la saison. Le pilote Red Bull a devancé les deux Mercedes de Lewis Hamilton et George Russell. Ferrari a, encore une fois, commis de nombreuses erreurs.

Pourtant, l'occasion était immense pour la Scuderia. Derrière la Mercedes de George Russell en pole, Carlos Sainz et Charles Leclerc étaient idéalement placés pour grappiller des points sur Red Bull et Max Verstappen, seulement dixième sur la grille. Auteur d'un départ solide, le Néerlandais, parti en tendres, naviguait au sixième rang après 15 tours, tout de même assez loin des leaders. La valse des premiers arrêts ne changeait pas grand-chose au classement devant. Après 22 tours, Russell menait la course devant Leclerc, Sainz, Hamilton et Verstappen. Devant Sainz, Leclerc partait en chasse de la Mercedes et le dépassait au tour 31 après une magnifique manœuvre au virage 1.

Le coup était alors parfait pour le Monégasque. En tête avec des gommes peu usées, Leclerc repoussait rapidement Russell à plus de cinq secondes. Ce dernier était d'ailleurs sous la menace de l'autre Ferrari, celle de Sainz. Mais un diable néerlandais fit basculer les stratégies. Cinquième, Max Verstappen décida d'effectuer son second et dernier arrêt à la fin du tour 38. Forçant ainsi Russell et Leclerc à l'imiter. Le début de la fin pour Ferrari car Leclerc venait de chausser à deux reprises des mediums et était alors contraint de changer de gommes. Les tendres? Impossible car trop de tours à effectuer. Les gommes dures étaient alors montées sur la voiture 16. Une erreur magistrale.

Un tour après, Verstappen, avec ses mediums frais, avait déjà rattrapé Leclerc, à l'agonie avec ses pneus durs impossible à mettre en température, et l'avalait au tour suivant pour partir en chasse de Sainz et Hamilton, encore devant lui. On pensait alors que le Néerlandais avait fait le plus dur mais la Formule 1 est surprenante par moments. Quelques virages après, le Champion du monde en titre partait à la faute avec un tête-à-queue. Une belle frayeur pour le clan Red Bull mais rien de plus hormis une place perdue sur... Leclerc. Quelle importance? En deux tours, Verstappen avait recollé une seconde fois à Leclerc et la punition fut la même que précédemment avec un dépassement facile. Cette fois-ci pas d'erreur dans la foulée. La victoire tendait alors les bras à la voiture numéro 1 puisque Sainz et Hamilton, encore devant, s'arrêtaient à vingt tours du but.

Les deux pilotes chaussaient alors les gommes tendres pour s'offrir une course d'attaque. Si ce fut le cas pour Lewis Hamilton, ressorti cinquième et finalement deuxième, la chanson fut différente pour Carlos Sainz. Car Ferrari, pas à une erreur près, avait pris le soin de manquer l'arrêt de l'Ibère, histoire de perdre encore quelques secondes. Et pour bien finir, la Scuderia demanda à Charles Leclerc de repasser une troisième fois par les stands afin d'être certain que sa course soit ruinée. Ferrari visait le doublé à Budapest et se contente d'une quatrième place pour Sainz et de la sixième de Leclerc. Un tournant dans cette saison, aussi bien chez les pilotes que chez les constructeurs.
.:: Affiche ::.
>> 1070ème Grand Prix de F1:
affiche
.:: Autres éditions ::.
>> Sélectionnez une année:
.:: Vue du ciel ::.
>> Découvrez ce circuit sur des photos satellite!
globe terrestre • Vous disposez du logiciel Google Earth, cliquez ici.

• Sinon, vous pouvez utiliser Google Map en cliquant ici.
.:: Publicité ::.